Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

20/02/2012

n°603 - Journal de Palestine - 22-01 au 18-02 : 1a - Réconciliation Palestinienne vise à neutraliser la Résistance palestinienne


Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Palestine

n°603                          22-01  au  18-02

C.De Broeder          &   M.Lemaire



Vous retrouverez ce journal 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

Tiré a part

Abbas va devenir chef d'un cabinet de transition.

1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés

Résistance

Almanar : manifestations anti-françaises.

Bande de Gaza - Au jour le jour

Raids contre les zones d'habitation.

Cisjordanie occupée par Israël depuis 1967 :  Au jour le jour

Palestine: assaut des colons et des militaires contre Naplouse  

2 Politique

a) Politique des Usa (le parrain...)

3 Organisations Mondiales & régionales

L’ONU fustige la politique israélienne de judaïsation des territoires occupés.

Nations Unies

Palestine Info : Colère à Gaza contre Ban Ki-Moon qui refuse de rencontrer les familles des victimes palestiniennes.

4 Politique  - Europe

Allemagne

L’Allemagne va fournir un sixième sous marin. 

5 Monde

1 Afrique du Sud

Mel Frykberg : L’Afrique du Sud promet de soutenir les Palestiniens

6 Médias/Vidéos 

6-1 Vidéo : Julia Boutros dénonce le sionisme.

6-2 Vidéo :Un œil sur la planète.

6-3 Vidéo : Nicolas Sarkozy au dîner du CRIF.

6-4 Vidéo : Accoucher aux check-points en Palestine. 

6-5 Alessandra Bajec : Les médias internationaux se rendent complices de la légitimation des colonies israéliennes.

7 Les brèves

Canada: John Baird suit la ligne de Netanyahu...

8 Dossier

8-1 Des soldats israéliens maltraitent un adolescent de Qattana.

8-2 François Hollande : « Israël est très critiqué car c’est une grande démocratie ».

9 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

9-1 Abir Kopty : Un produit chimique inconnu pulvérisé à l'intérieur des voitures palestiniennes aux check points israéliens.

9-2 La Palestine et se mobilise pour BDS.

10 Analyse - Géopolitique et stratégie– Réflexion.

10-1 Mireille Delamarre : Réconciliation Palestinienne : Le Qatar Agit pour Protéger Israël.



Tiré à part

Abbas va devenir chef d'un cabinet de transition.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas va diriger un gouvernement de transition jusqu’à la tenue d’élections, aux termes d’un accord entre son mouvement, le Fatah, et le Hamas, a affirmé lundi à l’AFP un responsable palestinien.

«Les deux parties ont convenu que le président Abbas dirigerait un gouvernement d’entente nationale, formé d’indépendants et de technocrates, chargé de superviser la tenue d’élections», a précisé ce responsable participant aux réunions interpalestiniennes à Doha.

Les réunions entre M. Abbas et le chef du Hamas Khaled Mechaal se déroulent à Doha sous l’égide des responsables du Qatar, activement impliqué dans la réconciliation interpalestinienne.

Une nouvelle réunion est prévue lundi matin entre les deux hommes et le prince héritier du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, au cours de laquelle cet accord devrait être annoncé, selon le responsable palestinien qui a requis l’anonymat.

MM. Abbas et Mechaal avaient convenus dimanche de la nécessité de tenir rapidement des élections présidentielle, législatives et du Conseil national palestinien (CNP, Parlement en exil).

L’accord de réconciliation conclu au Caire par le Fatah et le Hamas le 27 avril 2011, prévoit des élections générales en mai 2012. Le dernier scrutin remonte à janvier 2006.

http://www.liberation.fr:80/monde/01012388151-palestine-abbas-va-devenir-chef-d-un-cabinet-de-transition?xtor=EPR-450206



1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés

Résistance

Almanar : manifestations anti-françaises.  

Les Palestiniens ont manifesté contre l'accord militaire signé entre la France et Israël . Le rassemblement a eu lieu à Qods et Ramallah.
Scandant des slogans et en brandissant des banderoles, les manifestants dénonçaient la France, coupable d'avoir signé un contrat avec un régime d'Apartheid. ils ont exigé l'annulation de ce contrat et le boycott des produits made in Israël.
A noter que la France compte acheter des drones israéliens pour un montant de 500 millions de dollars.
Par ailleurs, selon le quotidien israélien le Jerusalem Post, Israël a déclaré dimanche qu'elle a signé avec l'Allemagne un contrat fournissant à Israël un sixième sous-marin mde type Dolphin.
Selon le ministre allemand de la Défense, Christian Schmidt, Berlin a accepté de financer une partie de l'accord care l'entité israélienne est un client privilégié!
Le responsable allemand affirmé que "l'accord confirme l'engagement de l'Allemagne à la sécurité d'Israël".
Cela dit, le ministre a démenti ce qui a été publié que la chancelière allemande Angela Merkel, a envisagé la possibilité d'annuler la transaction en réponse à la construction de nouveaux logements dans le quartier de Gilo au sud de la ville d'alqods .
Rappelons que l'entité israélienne dispose actuellement de 3 sous-marins de type Dolphin , sachant que deux autres sous-marins sont en construction en Allemagne et doivent être délivrer à la marine israélienne dans le courant de cette année.
http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=48989&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=22&s1=1



Bande de Gaza - Au jour le jour

Raids contre les zones d'habitation.  

 L'aviation israélienne a bombardé, mardi matin, quatre quartiers du Nord, du centre et du Sud de Gaza. Ces frappes ont laissé des blessés. Les localités de Al-Soudaniyah et Beit-Lahiya ont été prises pour cible de ces attaques.

Dans un communiqué, l'armée israélienne prétend avoir attaqué un atelier de métallurgie et trois tunnels reliant le Nord et le Sud de Gaza.

IRIB

24/01/2012

http://www.alterinfo.net/notes/Gaza-raids-contre-les-zones-d-habitation_b3710542.html?&start=20


Cisjordanie occupée par Israël depuis 1967 :  Au jour le jour

Palestine: assaut des colons et des militaires contre Naplouse  

Des centaines de colons soutenus par les militaires de l'Armée israélienne ont pris d'assaut la ville de Naplouse, en Cisjordanie. Cette attaque a eu lieu ce mardi matin, à partir de trois axes.

Les militaires ont tenté de disperser les jeunes palestiniens qui s'étaient rassemblés à l'entrée du camp Balata, dans l'Est de cette ville, en lançant sur eux des gaz lacrymogène et des grenades sonores assourdissantes. L'objectif des militaires sionistes est de sécuriser le chemin des centaines de colons qui se dirigeaient vers le mausolée du Prophète Joseph, chaque semaine sous prétexte d'accomplir des cérémonies religieuses au mausolée du Prophète Joseph, les colons sionistes donnent l'assaut à Naplouse, selon ce rapport.
http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/165700-palestine-assaut-des-colons-et-des-militaires-sionistes-contre-naplouse



2 Politique

a) Politique des Usa (le parrain...)

1 Les grandes manœuvres

Devant la TV, 1 débat se transforme en concours anti palestinien  

Lors d'un débat télévisé en vu des élections présidentielles, Mitt Romney et Newt Gringrich, deux candidats républicains en lice pour les élections en ont oublié leur programme de politique intérieur et se sont disputés sur qui d'entre eux est le plus pro israélien des deux.
Lors de ce débat diffusé sur CNN le vainqueur de la primaire du New Hampshire (nord-est) Mitt Romney  a mis la faute sur les palestiniens si la paix est impossible. Pour lui "la raison provient dû au fait que parmi les dirigeants du peuple palestinien on retrouve le Hamas, et d'autres personnes liées au Hamas, dont la seule intention est d'éliminer Israël".
N'hésitant pas à pratiquer la démagogie, l'ancien gouverneur du Massachusetts (nord-est) a également  prétendu que : "dans les livres d'école, on enseigne comment tuer des juifs". Et de poursuivre   "Ce sont les Palestiniens qui ne veulent pas d'une solution à deux Etats, ils veulent éliminer Israël", a renchéri le candidat républicain qui remonte dans les sondages à cinq jours de la primaire de Floride.
Son principal rival Newt Gingrich est allé bien plus loin, à ses yeux les Palestiniens étaient un "peuple inventé". Le peuple palestinien "était techniquement une invention de la fin des années 1970 et avant cela ils étaient arabes", a ainsi lancé l'ancien président de la Chambre des représentants.
Newt Gingrich avait provoqué de vives réactions en décembre en qualifiant les Palestiniens de peuple "inventé", semblant remettre en cause la solution à deux Etats et la politique américaine au Proche-Orient.
Mitt Romney avait promis en novembre, lors d'un précédent débat, qu'il se rendrait en Israël pour son premier voyage en tant que président s'il était élu à la Maison Blanche en 2012.

Al Manar



3 Organisations Mondiales & régionales

Onu

L’ONU fustige la politique israélienne de judaïsation des territoires occupés.

L’ONU a critiqué Israël, pour sa politique de judaïsation.

Les Nations unies ont dénoncé le régime israélien, pour avoir expulsé les Palestiniens et les Arabes de Tel-Aviv, dans le sens de sa politique de judaïsation. "Israël mène une "stratégie de judaïsation", à Qods-Est et en Cisjordanie occupée, ainsi que dans les zones du territoire israélien où vit une minorité arabe", a accusé, dimanche, une représentante de l'ONU. "De la Galilée au Néguev, en passant par Qods et la Cisjordanie, les autorités israéliennes ont adopté un modèle de développement territorial qui exclut les minorités, les discrimine et les déplace", a déclaré Raquel Rolnik, rapporteuse spéciale de l'ONU sur le logement convenable, lors d'une conférence de presse, à Qods. "Ce modèle affecte, plus particulièrement, les communautés palestiniennes, qui se trouvent proches de colonies juives en développement accéléré", a déploré Mme Rolnik, en présentant aux médias ses conclusions préliminaires, à l'issue d'une mission de deux semaines, en Palestine occupée. "De manière générale, il est clair que les politiques et les pratiques israéliennes, à l'égard de la population palestinienne, à Qods-Est et en Cisjordanie, violent les droits de l'Homme et le droit humanitaire international", a-t-elle estimé. Les Palestiniens accusent Israël de les pousser à quitter Qods, notamment, en rendant très difficile l'obtention de permis de construire.
http://french.irib.ir/info/...


Nations Unies

Palestine Info : Colère à Gaza contre Ban Ki-Moon qui refuse de rencontrer les familles des victimes palestiniennes.

La colère règne dans la Bande de Gaza, en raison du refus du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, de rencontrer des représentants des familles des prisonniers et des martyrs, les propriétaires des maisons démolies et des terres confisquées, les agriculteurs et les malades, lors de sa visite prévue dans la Bande de Gaza.

Des sources bien informées ont déclaré au correspondant du Centre Palestinien d'Information (CPI) que Ban Ki-Moon, qui visitera la Bande deGaza en coordination avec l'UNRWA, a refusé de mettre sur son agenda toute rencontre avec les familles des prisonniers dans les prisons de l'occupation ou avec les familles des martyrs et les propriétaires des maisons détruites ou de permettre à leurs représentants de participer dans l'accueil ou les rencontres avec certaines personnalités palestiniennes.
Les sources ont ajouté que Ki-Moon ne rencontrera pas de responsables du gouvernement palestinien, dans une position qui reflète sa partialité en faveur de l'occupation sioniste ; il répète cette fois ce qu'il a fait durant sa précédente visite, lorsqu'il a refusé d'accueillir les familles des prisonniers palestiniens au moment où il a rencontré la famille du soldat sioniste qui a été capturé à Gaza, Gilad Shalit.

Le secrétaire du Comité des forces nationales et islamiques et le coordinateur de ses activités,
Atiyeh Bassiouni, a condamné cette position de Ban ki-Moon, appelant les personnalités qui doivent le rencontrer à le boycotter pour protester contre sa position alignée sur celle de l'occupation.
Bassioni s'est interrogé : "Comment ces personnalités rencontreront Ban Ki-Moon qui ne fait rien pour les prisonniers, les martyrs et victimes de la guerresioniste contre Gaza, les pêcheurs, les agriculteurs et ceux qui habitent dans la région sous blocus imposé par les forces occupantes ?"
Des sources locales ont déclaré que certains représentants de la société locale ont déjà décidé de boycotter la rencontre de Ban Ki-Moon, y compris le directeur du centre d'el-Mizan pour les droits de l'homme, Issam Younès.
Dr. Youssef Rezka, le conseiller politique du premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, avait condamné dans un article le refus de Ban Ki-Moon et de Catherine Ashton, commissaire pour la politique étrangère de l'Union Européenne, de rencontrer le gouvernement palestinien élu et légitime dans leurs visites à la Bande de Gaza.

Source : Palestine Info

http://www.ism-france.org/communiques/Colere-a-Gaza-contre-Ban-Ki-Moon-qui-refuse-de-rencontrer-les-familles-des-victimes-palestiniennes-article-16568

 

Réaction du Hamas à la position adoptée par Ban Ki-moon.

Le mouvement de la Résistance islamique de la Palestine, le Hamas, a condamné l’attitude du secrétaire général de l’ONU qui s’est abstenu de rendre visite aux familles des prisonniers palestiniens détenus par le régime sioniste.

"Cet acte constitue une atteinte aux responsabilités de cette Organisation et un soutien flagrant au régime occupant israélien", a déclaré, jeudi, dans un communiqué, le Hamas. Dans ce communiqué, il est demandé à l’ONU et aux diverses instances d’être loyales, envers le peuple palestinien, qui subit, chaque jour, les affres des politiques belliqueuses israéliennes. Ban Ki-moon est arrivé, à Gaza, pour s’informer de la situation des Palestiniens, et avait, auparavant, annoncé qu’il ne rendrait pas visite aux familles des martyrs, des prisonniers et des sinistrés de l’attaque de 2008-2009 de l’Armée du régime sioniste contre Gaza.
http://french.irib.ir/info/... 



4 Politique  - Europe

Allemagne

L’Allemagne va fournir un sixième sous marin. 

 Israël et l'Allemagne auraient signé, en toute discrétion, un accord qui finalise la vente d'un sixième sous marin de la classe Dolphin a Israël. Ehud Barak avait initié des discussions depuis plus d'un an sur cette acquisition, mais la Chancelière Angela Merkel avait bloqué l'accord lorsqu'Israël a demandé que l'Allemagne subventionne la transaction et finance une partie de l'achat.

En novembre dernier, Merkel avait fini par accepter l'accord.

IRIB



5 Monde

1 Afrique du Sud

Mel Frykberg : L’Afrique du Sud promet de soutenir les Palestiniens.
The New Age

Le gouvernement sud-africain pourrait envisager de soutenir des sanctions contre Israël alors qu’il explore une variété de méthodes pacifiques pour intensifier son soutien à la lutte des Palestiniens pour la liberté et l’indépendance.

  « Nous voulons renforcer notre soutien aux Palestiniens et nous étudions un certain nombre de moyens pacifiques pour revoir à la hausse ce soutien. Nous ne voyons aucun problème à soutenir la campagne du Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël », a déclaré Paul Mashatile, ministre des Arts et de la Culture, au The New Age.

Mashatile s’exprimait ainsi pendant une conférence de presse à Prétoria, hier, au Département des Arts et de la Culture, lors de la signature d’un accord culturel entre l’Afrique du Sud et la Palestine.

Pendant la signature, le ministre des Arts et de la Culture palestinien, Siham Barghouti, ainsi que son vice-ministre des Arts et de la Culture, Musa Abu Ghreibeh, ont échangé des cadeaux avec leurs homologues sud-africains, le ministre Mashatile et le vice-ministre Joe Pehle.

Plus tard cette année, les Palestiniens seront les hôtes de la Semaine des Arts et de la Culture en Afrique du Sud, où les artistes sud-africains et les entrepreneurs culturels présenteront des expositions culturelles de leur pays.

La déclaration de Mashatile représente une formidable évolution dans un soutien de longue date de l’Afrique du Sud pour les Palestiniens et la consolidation d’une relation qui remonte à des décennies, à l’époque où l’ANC luttait contre l’ancien gouvernement d’apartheid.

« Votre Excellence, nous comptons le peuple de Palestine parmi ces patriotes qui se tenaient à nos côtés dans notre combat pour la libération nationale », a déclaré Mashatile à la délégation palestinienne, en rappelant le discours de l’ancien Président, Nelson Mandela, en 1997, en l’honneur de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

« Ayant acquis notre liberté, nous pourrions tomber dans le piège de nous laver les mains des difficultés auxquelles les autres sont confrontés. Mais nous serions moins humains si nous le faisions » avait déclaré Mandela en 1997.

Les partisans du BDS arguent que l’occupation illégale continue par Israël des territoires palestiniens, et l’expropriation de la terre, de l’eau et des autres ressources palestiniennes ne peuvent être arrêtées que lorsque des sanctions contre Israël commenceront à se faire sentir économiquement.

« Nous sommes reconnaissants du soutien de l’Afrique du Sud à nos efforts pour devenir membre de la communauté internationale et nous tournons nos regards vers vous pour être conseillés dans notre lutte permanente » a dit Barghouti.

Les deux délégations ont convenu que leur future coopération inclurait un développement du langage, une préservation du patrimoine, des échanges en littérature et des expositions.

Mel Frykberg

samedi 11 février 2012

The New Age


2 Inde

Pour l’ancien premier ministre indien, Netanyahu est un violateur du droit international.  

26/01/2012

L’ancien Premier ministre indien a décrit le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu comme un violateur du droit international. Au seuil de la visite en Inde du Premier ministre israélien, l’ancien Premier ministre indien a écrit au chef de la diplomatie de son pays pour lui indiquer que Benyamin Netanyahu est responsable de nombreux cas d’infractions aux lois de la Cour Pénale Internationale. «  Israël a violé, également, les clauses des conventions de Genève portant sur la protection des civils durant la guerre, ainsi que sur les droits des enfants et l’interdiction de la pratique de torture » a-t-il précisé dans sa lettre rappelant également que le régime israélien continue de construire des colonies dans les territoires occupés, en Cisjordanie et à al-Qods, malgré les vives protestations au niveau international

IRIB



6 Médias/Vidéos 

6-1 Vidéo : Julia Boutros dénonce le sionisme.

Chant révolutionnaire de la chanteuse libanaise Julia Boutros

A VISIONNER SUR CE LIEN  http :/www.comiteactionpalestine.org/modules/news/article.php?storyid=212


6-2 Vidéo :Un œil sur la planète.

Le documentaire qui n'a pas plu à Israël, France2 AIPAC

http://www.youtube.com/watch?v=KzCoSUSszBw&feature=player_embedded


Bernard-Henri Lévy tient la plume à Benjamin Netahyahou

6-3 Vidéo : Nicolas Sarkozy au dîner du CRIF.

Invité le 2 décembre 2011 à l’émission d’Eric Zemmour et Eric Naulleau sur Paris Première, Bernard-Henri Lévy a tenté de se justifier, face aux journalistes qui l’interrogeaient, sur son rôle peu louable dans la guerre en Libye et sa rédaction de communiqués officiels avec le premier ministre Benjamin Netahyahou à Tel Aviv, comme cela s’est passé au terme de la visite en Israël du ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé.

Les vidéos de l’émission que nous avions mises en ligne - où l’on voyait Bernard-Henri Lévy (BHL) défendant les intérêts stratégiques et militaires de l’État qui pratique l’épuration ethnique et l’apartheid contre un peuple dont il a volé la terre, ont disparu. Elles ont été retirées des poscast sur le site de M6.

BHL y était interpellé par les journalistes sur son rôle dans la guerre en Libye et sur l’imposture par laquelle commence son livre sur les prétendus bombardements sur Tripoli devant incriminer Kadhafi … bombardements qui ont été démentis par l’ambassadeur de France qui s’y trouvait.

Pressé de questions sur le fait d’avoir rédigé un communiqué de presse avec le premier ministre Benjamin Netahyahou, BHL considérait cela comme tout à fait normal.

On savait depuis longtemps que BHL est un agent d’influence qui défend les intérêts d’Israël, avant ceux de son pays, la France. Mais il restait encore à découvrir que BHL tenait la plume au Premier ministre israélien !

Lors de la première Convention nationale organisée par le Conseil représentatif des organisations juives de France (CRIF), au sujet de son engagement en Libye il avait déclaré : « C’est en tant que juif que j’ai participé à cette aventure politique. (…) J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël. Je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas été juif ». [1]

Après avoir jeté la Libye et son peuple dans l’horreur et l’insécurité de « sa guerre » personnelle - la torture s’y étant depuis généralisée - et être apparu de manière trop voyante, comme étant au service des intérêts idéologiques d’Israël, BHL est devenu très discret sur la Syrie...il a perdu toute crédibilité.

Silvia Cattori

Sur le système par lequel BHL concentre entre ses mains de nombreux pouvoirs médiatiques, voir :
« Le système Bernard-Henri Lévy décortiqué par Jade Lindgaard - Le faux philosophe à la pensée nulle qui met le monde à feu et à sang », 28 octobre 2011.

[1] Voir : « “C’est en tant que juif” que BHL engage la France dans “ses guerres” », par Silvia Cattori, 14 décembre 2011.

http://www.alterinfo.net/Le-diner-du-CRIF-en-5-minutes-et-comment-Gueant-de-la-race-superieure-s-aplatit-et-adapte-la-France-au-communautarisme_a71166.html


6-4 Vidéo : Accoucher aux check-points en Palestine. 

A tous ceux qui n’y croient pas, qui prétendent que l’on exagère, voici une vidéo d’une femme en train d’accoucher au check-point de Kalandia en Cisjordanie, ainsi qu’un article de la revue scientifique britannique ’The Lancet" sur les femmes palestiniennes qui sont obligées d’accoucher aux barrages de l’armée israélienne, en Palestine.

 Il faut savoir également qu’un nombre croissant de Palestiniennes, pour éviter d’être confrontées à ces situations dramatiques, choisissent d’accoucher chez elles, dans des conditions souvent précaires.

L’IRIN, un service du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations-Unies, attire l’attention sur une série d’études concernant la santé publique en Palestine occupée publiée par "The Lancet". Etudes qui soulignent que des femmes palestiniennes sur le point d’accoucher sont empêchées par l’armée d’occupation d’aller à l’hôpital.

Elles accouchent parfois au bord d’une route devant un check-point de l’armée d’occupation, comme dans la vidéo ci-dessous qui n’est pas récente, mais que nous n’avions jamais visionnée. Elles y meurent aussi, de même que les enfants qu’elles portaient.

Extraits du Lancet : www.pourlapalestine.be

"Les restrictions à la circulation constituent une source quotidienne de tension et d’anxiété dans les territoires palestiniens occupés. Outre les fouilles fastidieuses et humiliantes effectuées aux postes de contrôle, les résidents ne savent jamais combien de temps leur déplacement va prendre, ou même s’ils pourront effectivement se déplacer. Cependant, en cas d’urgence médicale, ces restrictions peuvent être une question de vie ou de mort.

L’année dernière, les collaborateurs de The Lancet ont décrit de manière très réaliste la terreur ressentie par les femmes sur le point d’accoucher lors des raids de bombardement israéliens sur Gaza au début de l’année 2009. Ces femmes savaient qu’elles pourraient avoir besoin d’une aide médicale d’urgence alors qu’elles se trouvaient prisonnières chez elles pendant les attaques israéliennes. Cette année, un autre chercheur s’est intéressé à ce qui arrive aux femmes dont l’accouchement a déjà commencé et qui se trouvent aux points de contrôle [de l’armée d’occupation].

Halla Shoaibi, de l’université américaine d’Ann Arbor, estime que dans la période qu’elle a étudiée (2000-2007), 10% de Palestiniennes enceintes ont été retenues à des points de contrôle alors qu’elles se rendaient à l’hôpital pour accoucher. Cela s’est notamment traduit par une augmentation considérable du nombre de naissances à domicile, les femmes préférant éviter les déplacements routiers pendant l’accouchement de crainte de ne pas arriver à l’hôpital à temps.

Les craintes de ces femmes sont justifiées. Mme Shoaibi indique que 69 bébés sont nés à des points de contrôle au cours de ces sept dernières années. Trente-cinq bébés et cinq mères sont décédés, un résultat qu’elle assimile à un crime contre l’humanité.

Source: http://www.thelancet.com/health-in-the-occupied-palestinian-territory-2011 - voir : "childbirth at checkpoints"

VISIONNER  LA vidéo SUR CE LIEN

http://www.youtube.com/watch?v=5NuKV55w8WU&feature=player_embedded#!


6-5 Alessandra Bajec : Les médias internationaux se rendent complices de la légitimation des colonies israéliennes.

(Palestine News Network)

Incroyable mais vrai : plus de 70 journalistes des principaux médias ont pris part à une visite des colonies israéliennes en Cisjordanie palestinienne jeudi dernier 19 janvier.

La chaîne nationale israélienne d’information télévisée, Arutz Sheva, a communiqué la nouvelle le jour suivant, en parlant d’une visite de la Samarie à laquelle s’étaient joints les médias étrangers, sur invitation du directeur du Conseil Régional de Samarie, Gershon Mesika, et du ministre de l’Information de la Diaspora, Yuli Edelstein.

Les participants étaient des journalistes de médias bien connus comme le Guardian britannique, l’agence Reuters et des reporters de France, Pologne, Chine, Allemagne, Amérique du Sud, Etats-Unis, Radio Londres et plusieurs chaînes de TV russes.

On a emmené les visiteurs voir des communautés, des sites industriels, des cultures et des vignobles en Samarie. Ils se sont rendus notamment sur le site industriel de Lipski, au Mont Gerizim, à la communauté d’Itamar et à la ferme de Givot Olam.

Les relais d’information israéliens ont proclamé avec fierté que cette visite de la région était la plus importante jamais réalisée par des reporters et des journalistes étrangers reconnus.

Ce qui est frappant c’est le simple fait qu’une (large) délégation de professionnels des médias internationaux se soit rendue dans des colonies qui sont toutes considérées comme illégales par le droit international. En d’autres termes, un groupe des professionnels des médias appartenant aux pays mêmes qui condamnent les colonies illégales en Palestine occupée, a participé à un événement qui viole manifestement le droit international.

S’il est besoin de rappeler, pour la énième fois, en quoi consistent les colonies, voici ce qu’a écrit la Cour internationale de Justice en juillet 2004 : "Les colonies israéliennes dans les Territoires Occupés Palestiniens y compris à Jérusalem Est, sont illégales et constituent un obstacle à la paix et au développement social et économique [....et] ont été établies en violation du droit international."

Et le paragraphe 6 de l’Article 49 de la Quatrième Convention de Genève stipule que "la puissance occupante ne déportera pas et ne transférera pas une partie de sa propre population dans les territoires qu’elle occupe."

Parmi les journalistes qui ont participé à cette visite dans les colonies, il y avait Lars Larson, un animateur étasunien de radio qui a aussi assisté à une séance de la Knesset portant sur la diplomatie publique et les médias internationaux pendant la semaine.

Larson a déclaré tranquillement que se rendre en ’Judée Samarie’ (dans les colonies implantées dans cette région, pour être précis) ne suscite pas "trop de controverses". Et cela ne nous surprend pas puisque Larsen a exprimé ouvertement son amour d’Israël : "C’est mon quatrième voyage en Israël, j’adore ce pays" a-t-il affirmé, selon Arutz Sheva qui le cite "C’est le seul pays étranger du monde où j’ai exporté mon programme radiophonique".

Il n’est pas surprenant que quelqu’un qui aime tant Israël ne tienne aucun compte des lois internationales puisque Israël viole ces mêmes lois et réussit à maintenir son statut privilégié d’état au dessus des lois. Mais il est plus surprenant d’entendre une telle déclaration publique dans la bouche d’une personne qui est aussi journaliste et qui, pour enfoncer le clou, choisit Israël (ou plus exactement les colonies israéliennes en l’occurrence) pour y diffuser son émission de radio. C’est vraiment, de la part d’un journaliste, un parti pris qui va bien au-delà des opinions personnelles ordinaires.

Pendant la visite des colonies israéliennes Larson a dit à Arutz Sheva une autre chose tout aussi extraordinair, à savoir que la "couverture médiatique est anti-israélienne’’ — on reste sans voix. Non seulement on ne relève pas le moindre commentaire hostile à Israël dans les médias mais Israël exerce au contraire une influence indéniable dans la presse étrangère. Il est clair que l’amitié indéfectible qui lie les Etats-Unis et Israël, ajoutée à la sympathie dont l’état hébreu bénéficie en Europe (encouragée par les lobbys pro-israéliens et les réseaux sionistes) ne peut qu’aboutir à un déséquilibre dans la couverture médiatique des médias dominants, ce n’est pas difficile à comprendre. Pour ceux qui se rendent compte du peu de couverture médiatique dont bénéficient les évènements qui concernent le plus proche voisin d’Israël et pour ceux qui constatent à quel point la réalité quotidienne de la Palestine est peu évoquée dans les médias dominants quand elle n’est pas déformée ou carrément cachée, rien n’est plus étonnant que d’entendre un journaliste affirmer une chose pareille.

A sa décharge, on peut dire que Larson a fait preuve de courage en disant clairement ce qu’il pensait (dans une vidéo diffusée sur le site de Arutz sheva). Mais qu’en est-il des 70 autres journalistes internationaux ? Il aurait été agréable et approprié de savoir ce que les reporters des principaux médias avaient à dire sur leur visite. Sont-ils tout aussi inconscients de s’être rendus dans des colonies unanimement condamnées pour leur illégalité ? Ou les agences médiatiques sous influence israélienne pour qui ils travaillent les ont-elles encouragé à fermer les yeux sur la question des colonies ? Il semble qu’il soit ok pour les médias internationaux de considérer simplement cette visite comme n’importe quelle visite de terrain et de négliger d’informer les auditeurs et les lecteurs sur la teneur du problème.

Le simple fait de visiter des colonies israéliennes en Palestine Occupée est un affront au droit international, cela révèle la complicité des journalistes dans l’effort de légitimation des colonies israéliennes. Pire encore, le fait que les médias internationaux acceptent de se prêter à une visite de ce genre montre qu’ils se rendent complices de l’entreprise de couverture des crimes de guerre d’Israël. C’est une attitude tout à fait indigne qui discrédite les médias principaux et leur travail.

On voit bien la contradiction entre leur comportement et ce qu’on lit dans ces mêmes médias internationaux sur les positions régulièrement réaffirmées de l’Angleterre, les Etats-Unis, l’Union Européenne et l’ONU contre l’expansion des colonies sur de la terre (internationalement reconnue) palestinienne ; et sur le fait que la construction continuelle de colonies illégales crée une situation dans les faits qui sabote le processus de paix et rend impossible la création d’un état palestinien viable.

Ironiquement, en début de semaine, nous avons appris par des fuites au Guardian, que dans un rapport confidentiel sur Jérusalem Est, des diplomates européens suggéraient à l’UE de revoir la législation pour empêcher les entreprises et les organisations de s’engager dans des actions qui soutiennent la colonisation israélienne.

La même semaine, nous avons entendu aux nouvelles que le vice-premier ministre anglais avait critiqué violemment la politique coloniale israélienne en Cisjordanie. Nick Clegg aurait dit en référence à la construction des colonies que "c’était une acte de vandalisme délibéré" qui "ruinait" les espoirs de paix.

Parmi les récents rapports condamnant les politiques israéliennes il y avait aussi un rapport de parlementaires français qui soulignait la disparité entre les quantités d’eau allouées aux colons et celles allouées aux Palestiniens en Cisjordanie ; et un rapport interne de l’UE qui critiquait "l’augmentation de la colonisation" en 2011.

Il n’est pas surprenant que la visite d’un grand groupe de journalistes internationaux dans les colonies israéliennes n’ait été mentionnée qu’aux informations israéliennes. Aucun des principaux médias internationaux n’a envie de parler de cette visite embarrassante.

Alessandra Bajec

1er février 2012

Pour consulter l’original : http://english.pnn.ps/index.php/israeli-settlements/733-inte...

Traduction : Dominique Muselet

URL de cet article 15712 
http://www.legrandsoir.info/les-medias-internationaux-se-rendent-complices-de-la-legitimation-des-colonies-israeliennes-palestine-news-network.html



7 Les brèves

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

Canada: John Baird suit la ligne de Netanyahu...

 Au cours d'une visite, en Israël et en Cisjordanie, les 29 et 30 janvier, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, n'a exprimé aucune préoccupation, au sujet de la principale entrave à la reprise des négociations de paix, soit la poursuite de la colonisation israélienne, en territoire palestinien.

Il s'est, également, tu, relativement, sur la violence des «colons» israéliens, à l'endroit des Palestiniens et sur les révélations récentes d'organisations israéliennes des droits de la personne, selon lesquelles, des enfants palestiniens, détenus, dans des prisons israéliennes, y sont gravement maltraités. Il a plutôt exhorté les dirigeants palestiniens à négocier avec Israël, «sans conditions préalables». Baird a, également, qualifié de «terriblement mauvaise», la décision des Palestiniens de porter la question de leur statut d'État à l'ONU. En outre, il appuyé la nouvelle demande controversée des Israéliens, voulant que les Palestiniens reconnaisse qu'Israël est un «État hébreu», et ce, en dépit du fait que 20% des Israéliens sont des Palestiniens chrétiens ou musulmans. Les communiqués de presse du gouvernement canadien, au sujet de la visite de Baird, révèlent que ce dernier a négligé de soulever différentes questions, lors de ses entretiens avec son homologue israélien, Benyamin Netanyahu, questions, au sujet desquelles, les États-Unis et d'autres pays ont, quant à eux, exprimé leurs inquiétudes.

Par exemple, à la fin de 2011, les autorités israéliennes ont révélé à des représentants de l'ONU leur plan de déplacer de force quelque 27.000 bédouins, pour permettre l'expansion de Ma'ale Adumim, une colonie, exclusivement, juive. Cette initiative unilatérale viole la Quatrième Convention de Genève, qui interdit à toute puissance occupante de transférer sa population civile, dans un territoire qu'elle occupe militairement.
http://french.irib.ir/info/...



8 Dossier

Ndlr :La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

8-1 Des soldats israéliens maltraitent un adolescent de Qattana.

L’ONG « Defense for the Children Inter­na­tional » a révélé que l’arrestation d’un ado­lescent de 16 ans, Mahmoud Omar Faqeh, s’est effectuée en totale vio­lation des stan­dards inter­na­tionaux les plus élémen­taires en matière de trai­te­ments des mineurs en cas d’arrestations.
L’adolescent, ori­gi­naire du village de Qattana au nord-
​​ouest de Jéru­salem, a expliqué à l’ONG qu’il se trouvait avec ses amis près du mur d’Apartheid, dans le village de Beit Sourek, quand il a été attaqué par des soldats israéliens.
« L’un des soldats m’a touché à la jambe avec une balle en caou­tchouc avant de m’attraper. Les soldats m’ont forcé à m’allonger sur le sol, face contre terre, et m’ont attaché les mains avec une lien en plas­tique. Ils ont com­mencé à me frapper vio­lemment, me donnant des coups de pied et de bâton sur tout le corps », a raconté Mahmoud. « Je pleurais de douleur. Je leur ai crié que mes jambes étaient cassées mais ils ont continué à me frapper pendant presque 15 minutes. »
« Ensuite, les soldats m’ont obligé à me lever et comme je ne pouvais pas tenir sur mes jambes à cause de la douleur, ils ont recom­mencé à me frapper. Ils m’ont forcé à marcher mais je suis tombé. Ils m’ont alors attrapé par les épaules et m’ont traîné jusqu’au mur. Ils m’ont amené rue Ma’bad près du mur et se sont remis à me frapper jusqu’à ce qu’un véhicule mili­taire me conduise jusqu’au check­point mili­taire le plus proche. Je crois que c’était le check­point de Beit Eksa mais je ne suis pas sûr car les soldats m’avaient bandé les yeux avec le bonnet en laine que je portais et je ne pouvais rien voir. »
L’adolescent a été détenu au check­point pendant près d’une demi-
​​heure, assis par terre sur le ciment, dans la pluie et le froid, les mains liées der­rière le dos, les yeux bandés, souf­frant d’une douleur aiguë aux jambes. « Les soldats m’ont ensuite conduit à la prison mili­taire d’Atarot. Ils m’ont obligé à m’asseoir sur le ciment et à regarder vers le sol, chaque fois que je levais la tête un soldat me hurlait dessus ; cette position était très douloureuse ».
L’adolescent a raconté qu’il est resté dans cette position pendant près d’un quart d’heure. « Quand j’essayais de changer de position, les soldats m’en empê­chaient. Je voulais aller à la prison le plus vite pos­sible pour qu’on soigne mes jambes. »
A minuit, les soldats ont interrogé l’adolescent, lui demandant pourquoi il se trouvait près du mur d’Apartheid. L’homme qui a mené l’interrogatoire a déclaré que le jeune avait été arrêté parce qu’il jetait des pierres sur les soldats et les empê­chait de tra­vailler, ce que Mahmoud a démenti.
Après une heure d’interrogatoire, l’enfant a été transféré à la prison mili­taire d’Ofer près de Ramallah. Là-
​​bas, les docteurs ont refusé de le toucher et de le soigner. Les soldats l’ont alors emmené à l’hôpital, cou­vrant ses yeux avec un sac en plas­tique durant le trajet.
« Quand je suis arrivé à Ofer, les soldats m’ont traîné jusqu’à la cli­nique de l’hôpital. J’avais très mal et j’ai demandé aux soldats d’arrêter mais l’un d’eux m’a dit en arabe : "Tais-
​​toi ou on te met avec les chiens". »
Le matin suivant son arres­tation, l’adolescent a été conduit à un hôpital de Jéru­salem, que Mahmoud a reconnu comme étant l’hôpital Hadasa dans le quartier d’al-Issawiyah. Jusqu’alors, on n’avait donné au jeune ni nour­riture ni pos­si­bilité d’aller aux toilettes.
« A l’hôpital, les radios ont montré que j’avais deux frac­tures à la jambe droite. On m’a plâtré la jambe et j’ai essayé de dormir mais à chaque fois que je m’endormais, les soldats me frap­paient, me disaient que j’allais mourir ici ou que j’allais aller en prison, et m’insultaient.

PNN

Le jour suivant à l’hôpital, les doc­teurs ont réalisé que ma jambe gauche était également cassée et ils ont dû la plâtrer ». C’est alors seulement que Mahmoud a pu manger quelque chose et uti­liser une salle de bain.
L’après-midi suivant, l’adolescent a été transféré à la prison d’Ofer, accom­pagné par trois soldats, dont une femme, qui ont continué à le mal­traiter. Ils l’ont obligé à marcher jusqu’aux bâti­ments admi­nis­tratifs de la prison alors que les médecins lui avaient recom­mandé de rester immobile pendant au moins 13 heures pour que le plâtre sèche.
« L’un des soldats m’a frappé à la poi­trine et la soldate m’a tiré par les cheveux pour me forcer à marcher ».
L’adolescent est resté à la section al-
​​Ashbal de la prison d’Ofer pendant 16 jours, durant les­quels il a déclaré avoir été torturé par les soldats israé­liens. Il a été conduit cinq fois en fau­teuil roulant devant le juge, devant subir les remarques cyniques du per­sonnel péni­tencier.

A la cin­quième séance, il a été libéré moyennant le paiement d’une caution de 1000 shekels. Il attend la date de sa pro­chaine convo­cation en justice.

Vendredi 17 Février 2012

http://www.france-palestine.org


8-2 François Hollande : « Israël est très critiqué car c’est une grande démocratie ».

Le 8 février, le Conseil représentatif des institutions juives de France organisera à l’occasion d’un dîner son rendez-vous traditionnel avec la classe politique. Le Parti socialiste n’a pas voulu attendre cette date pour donner des gages de bonne volonté à ses représentants. Mercredi dernier, François Hollande recevait à son Q.G. de campagne une « forte délégation » du Conseil « dans une ambiance chaleureuse, conviviale et franche » selon le communiqué du CRIF.

« Je ne laisserai rien passer »,aurait affirmé le candidat socialiste à propos des actes antisémites « et antisionistes », précise le CRIF. Sur la question israélo-palestinienne, François Hollande aurait « souligné que si Israël est l’objet de tant de critiques, c’est qu’il constitue une grande démocratie ». Pas un mot supplémentaire n’est rapporté par le Conseil ou les communicants de François Hollande pour nuancer -ou contredire- une telle déclaration, atypique dans le discours de la diplomatie française. La rencontre avec le CRIF n’est d’ailleurs pas évoquée à la date du 25 janvier dans l’agendadu candidat socialiste.

Par ailleurs, François Hollande aurait « confirmé la prochaine visite en Israël de Laurent Fabius » après avoir également rappelé à ses interlocuteurs que « c’est sans doute au PS que l’on trouve le plus grand nombre d’amis d’Israël et du peuple juif ».Le candidat socialiste était alors entouré de Manuel Valls et Pierre Moscovici. Durant la campagne des primaires, Oummaavait révélé dans son contexte le propos singulier du député-maire d’Evry : « Je suis lié de manière éternelle à Israël ».

Quant à Pierre Moscovici, rescapé du clan strauss-kahnien, il avait également tenu en comité restreint des propos particuliers -car contraires à la neutralité religieuse affichée par le PS- lors d’un débat organisé en 2003 par le cercle Léon Blum : « Si j’ai adhéré au Parti socialiste, en tant que Juif, Français et socialiste, c’est aussi en pensant à Léon Blum. Il faut réfléchir et essayer de savoir pourquoi il se serait battu aujourd’hui. Or, cet homme s’est battu pour la République, pour la gauche et le socialisme, ainsi que, sur la fin de sa vie, pour le sionisme, porteur à son sens d’une paix pour le Proche Orient ».

Info ou intox ?

Au contraire d’une agence de presse, le compte-rendu publié par le CRIF est nécessairement parcellaire et orienté selon ses positions politiques.

Reflète-t-il pour autant la vérité des échanges exprimés ce jour-là ?

En l’absence, à ce jour, de toute réaction de l’équipe de François Hollande, la question de l’authenticité semble ne pas devoir se poser mais une certaine prudence, au regard des pratiques passées du CRIF, s’impose.

En 2005, cet organisme communautaire avait manifesté une volonté de tromper l’opinion publique en prêtant à François Hollande des propos qu’il n’avait pas tenus.

A l’issue d’une rencontre avec celui qui était alors premier secrétaire du PS, le CRIF avait publié sur son site un communiqué, retiré depuis, faisant état du souhait imputé au leader socialiste de « réorganiser le Quai d’Orsay », source « idéologique » de la « politique arabe de la France » et administration caractérisée dès lors par un « problème de recrutement ».

Après plusieurs semaines de polémique sur le Net, notamment sur les sites d’ Europalestineet du réseau Voltaire, François Hollande avait finalement démenti ces déclarations au quotidien Libération, ajoutant que le CRIF avait « voulu utiliser mes propos dans le sens de ses thèses ».Pour se justifier, les représentants du Conseil avaient simplement évoqué qu’il s’agissait là d’un compte-rendu « elliptique » avec des « raccourcis sortis de leur contexte ».Le journaliste de Libération, Eric Aeschimann, rapporta la « gêne » du CRIF sur ce sujet mais préféra néanmoins édulcorer l’incident en évoquant des « propos incorrectement reproduits ».

Pas de manoeuvre frauduleuse ou d’instrumentalisation politique comme le laisse pourtant entendre François Hollande : juste une « reproduction incorrecte », suggère délicatement Eric Aeschimann. Quelques mois plus tard, ce journaliste publiera aux éditions Grasset « Chirac d’Arabie », un essai apprécié par Ivan Rioufol du Figaro et fustigeant, à l’instar du CRIF, les « mirages » de la « politique arabe de la France » conduite par Jacques Chirac entre 1995 et 2006.

Quant à François Hollande, sa déception à l’égard du CRIF sera vite estompée : deux mois après cette clarification, le 27 mars 2006, il sera l’invité du « petit-déjeuner » organisé par le Conseil. Une rencontre plus intimiste que le célèbre dîner annuel qui réunit environ un millier de personnes.

Entre le PS et le CRIF, c’est « je t’aime, moi non plus ». Ainsi, après avoir adressé ses félicitations pour la victoire de François Hollande aux primaires socialistes et reçu, dès le lendemain, le député Julien Dray, le CRIF a dénoncé ensuite l’éviction, par les instances du PS et au profit des Verts, de quatre postulants -censés être juifs- pour les prochaines élections législatives. Récemment encore, le Conseil s’en est pris au député Jean Glavany, coupable d’avoir utilisé le mot « insultant et mensonger » d’« apartheid » pour qualifier le régime israélien dans sa politique de l’eau au Proche-Orient. Contrairement au CRIF, le quotidien israélien Haaretzrapporta sereinement et en détail la polémique, précisant que Jean Glavany dénonçait également une « occupation de l’eau » par les autorités israéliennes.

Au-garde-à-vous

Au-delà de ces fluctuations, la rencontre avec François Hollande augure d’un accueil chaleureux lors du prochain dîner du CRIF. Ce rituel devenu quasiment obligatoire pour tous les prétendants à l’Elysée -hormis ceux non conviés du FN, du PCF et des Verts- sera probablement plus agréable pour le leader socialiste que sa visite lors d’une grande festivité organisée jadis par le CRIF. C’était le 22 juin 2003, à l’occasion d’un évènement intitulé « 12 heures pour l’amitié France- Israël» : aux côtés de Dominique Strauss-Kahn et Michel Sapin, mais aussi de Nicolas Sarkozy, Pierre Lellouche et Benyamin Netanyahou, François Hollande était sur une scène, droit debout, pour soutenir le gouvernement d’Ariel Sharon, vivement critiqué à l’époque dans les instances internationales.

Celui que de nombreux juristes n’hésitaient pas alors à qualifier de « criminel de guerre » -notamment en raison de son rôle dans le massacre de Sabra et Chatila- a vu ses partisans en France organiser cette cérémonie pro-israélienne digne d’une « union sacrée ». Quelque peu hué au début du rassemblement, l’ex-premier secrétaire du PS aurait « indiqué l'attachement des socialistes à l'Etat d'Israël depuis 1948, et reconnu la tardive prise de conscience de la vague d'antisémitisme par le gouvernement de Lionel Jospin » selon le site Guysen Israël News.
http://www.geostrategie.com/4314/jssnews-90fm-%e2%80%93-interview-exclusive-de-laurent-fabius/



9 Déclaration, courrier des lecteurs& témoignage

Ndlr : PS : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

9-1 Abir Kopty :Un produit chimique inconnu pulvérisé à l'intérieur des voitures palestiniennes aux check points israéliens.

Dernièrement, je suis allée à Jenin toutes les 2-3 semaines avec des membres de ma famille. Nous achetons nos légumes au marché de la ville. Samedi dernier, au checkpoint israélien, nous avons eu la surprise de découvrir une nouvelle technologie pour vérifier les voitures "suspectes". Habituellement, le contrôle se passe comme ceci : les voitures, sur six files, se présentent au checkpoint. Sur chaque voiture, 2 officiers de la "sécurité" demandent les papiers d'identité, et décident si la voiture, et ses occupants, représentent ou non une menace majeure à la sécurité d'Israël et à son existence. Si non, l'officier donne au conducteur un ticket blanc, qui prouve qu'il a passé le contrôle de "sécurité". Si oui, alors on lui remet un ticket vert. Si vous avez le ticket vert, vous devez aller plus loin sur votre droite, pour un contrôle spécial. On vous demande d'ouvrir toutes les portières, de sortir toutes vos affaires et de subir un contrôle physique pendant que la voiture est contrôlée séparément.
Impossible de comprendre la logique des officiers-contrôleurs. Quelquefois notre voiture a le ticket vert, et quelquefois le ticket blanc.
Samedi dernier, nous avons reçu le ticket vert, nous sommes allées sur la voie de contrôle des voitures. Nous avons été surpris par une petite machine étrange qui ressemble aux machines à perfusion qu'on trouve à l'hôpital.
On nous a demandé de fermer les fenêtres arrière et de laisser celles de devant ouvertes d'un centimètre, de sortir de la voiture et d'aller au contrôle physique. Moi et mon frère avons commencé à poser des questions sur cette machine, à quoi elle sert, etc. Ils ont refusé de répondre.
Selon
Ha'aretz, cette machine est aussi utilisée au checkpoint de Bethléem et à mon avis, dans beaucoup de checkpoints privatisés ; l'Etat a décidé de sous-traiter la gestion de certains checkpoints à des compagnies de "sécurité" privées pour les "civiliser", une autre tentative vouée à l'échec de blanchir l'occupation.
Ha'aretz décrit ainsi la procédure : Deux tubes sont alors connectés au véhicule - un est relié à une pompe à air, l'autre, qui passe par un filtre minuscule, est attaché au véhicule. Un policier menu d'un chronomètre appuie sur l'interrupteur de la pompe à air.
Si vous regardez attentivement les photos, vous verrez clairement une petite boite connectée aux tubes avec un matériau inconnu, qu'on pense être, comme l'a dit l'employée d'une ONG internationale à Ha'aretz, "des produits chimiques provoquant des nausées".
Lorsque nous avons repris la voiture, nous nous sommes sentis légèrement étourdis et il y avait une odeur étrange dans la voiture, nous ne savions pas si c'était un effet de notre "imagination délirante" ou de ce qui avait été pulvérisé dans la voiture.
Je suggère aux organisations pour les droits de l'homme de prendre l'initiative de se procurer un échantillon de ce produit et de l'examiner. Je suis pratiquement sûre qu'il est composé de matières prohibées, testées d'abord sur les Palestiniens pour être ensuite commercialisées dans le monde comme nouvelle réussite de la technologie de l'industrie militaire israélienne.
Source : Abir Kopty

Lundi 6 Février 2012

Traduction : MR pour ISM


9-2 La Palestine et se mobilise pour BDS.

Ce samedi 17 décembre 2011, de jeunes Marseillais-e-s se sont réunis pour la deuxième année consécutive pour danser la Palestine, à l’initiative du pôle marseillais de Génération Palestine.

Fêter la Palestine

Se tenant par la main autour d’un drapeau palestinien, une quinzaine de jeunes, filles et garçons de divers horizons, ont battu le bitume au rythme de la Dabké, qui désigne à la fois un genre musical et une danse collective pratiquée lors des célébrations en Palestine historique.
Le poète Mahmoud Darwish écrivait « Nous aussi nous aimons la vie…quand nous en avons les moyens ». Quiconque se rend en Palestine peut voir que la culture -séculaire- n’y est pas un luxe mais ce qui permet de mieux vivre ; c’est ce qui permet à tout-e Palestinien-ne de se construire de façon positive et autonome, de célébrer la vie dans ses joies et de résister à ses peines.

Pour faire cesser la colonisation et l’occupation : BDS

En tant que jeunes Marseillais-e-s nous inscrivant dans le mouvement de solidarité, nous avons voulu rendre hommage à la culture palestinienne. Un clin d’œil suite à l’adhésion de la Palestine à l’UNESCO comme membre à part entière, qui est une victoire politique.
Notre danse fut ainsi ponctuée de prises de parole. Le message était clair : dans le sillage du réveil arabe, la centralité de la question palestinienne demeure. Le combat contre l’occupation et la colonisation continue et nous concerne tous. C’est pourquoi l’outil à privilégier se résume en 3 lettres : BDS.

Boycott des produits issus de la spoliation des ressources des Palestiniens
Désinvestissement par les entreprises complices de la machine coloniale
Sanctions pour faire cesser l’impunité d’Israël

vidéo :  A VISIONNER ICIhttp://www.youtube.com/watch?v=AHLwjgSvji4&feature=player_embedded#!



10 Analyse - Géopolitique et stratégie– Réflexion.

10-1 Mireille Delamarre : Réconciliation Palestinienne : Le Qatar Agit pour Protéger Israël.

 La réconciliation palestinienne entre le Fatah et le Hamas vise à neutraliser la Résistance palestinienne dans le conflit à venir entre Israël la Syrie l’Iran et le Liban mais aussi à sauver les dictatures monarchiques du Golfe des mouvements arabes de contestation populaire tout en protégeant le régime juif sioniste et en renforçant l’alliance entre Juifs sionistes et Sunnites au Moyen Orient.

Les dirigeants des deux principaux courants politiques palestiniens le Fatah et le Hamas, Mahmoud Abbas à la tête de l’OLP et Khaled Mechaal, chef du bureau politique du Hamas, on décidé lors d'une réunion lundi 6 février au Qatar de former un gouvernement d'union chargé à la fois de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, dirigé par Mahmoud Abbas.
Abbas sera premier ministre à la place de Salam Fayyad, le chouchou des Occidentaux que le Hamas voulait écarter. La date précise de formation de ce nouveau gouvernement n’a pas été évoquée Abbas se contentant de dire que ce serait fait le plus tôt possible.
L'accord signé prévoit la constitution d'un gouvernement d'experts indépendants qui sera chargé de superviser la préparation d'élections cette année. D’abord prévues en Mai il semble qu’elles seront retardées. Les dernières élections présidentielle et parlementaire remontent à 2006 le Hamas avait remporté le scrutin législatif. Abbas dirigeant putschiste avait refusé de reconnaître le résultat de ces dernières élections. Se réconcilier avec un putschiste collaborationniste des Juifs sionistes n'a aucun sens et dessert la cause palestinienne.
Le Hamas - dont l’ascension au pouvoir pour affaiblir l’OLP a été soutenue par Israël - semble être devenu plus pragmatique … et intéressé. Les pétrodollars de l’Emir du Qatar n’y sont certainement pas étrangers de même que l’arrivée au pouvoir des Frères Musulmans - avec qui le Hamas est très lié - en Tunisie et au Caire.
Le silence assourdissant observé par les dirigeants palestiniens sur les tentatives occidentales et sionistes de changement de régime en Syrie en dit long sur l’allégeance à ces extrémistes islamiques qui tentent de renverser Assad. Les gouvernements syriens des Assad père et fils ont pourtant soutenu pendant de nombreuses années et continue de le faire la cause palestinienne acceptant des centaines de milliers de réfugiés palestiniens en Syrie leur permettant également d’y travailler comme tout citoyen syrien contrairement à ceux du Liban qui n’ont pas cette chance.

Ingratitude ou simple pragmatisme politique pour les dirigeants de ces factions palestiniennes qui dépendent financièrement de l’extérieur pour survivre. Les pétrodollars du monarque dictateur putschiste du Qatar sont probablement les bienvenus pour une OLP qui rencontre de nombreuses difficultés à se faire subventionner par l’UE et les US et à toucher les taxes douanières dues par Israël qui en suspend régulièrement les versements à des fins de pression politique. Les pétrodollars de l’Emir putschiste du Qatar sont également les bienvenus pour le Hamas les taxes imposées sur les produits importés via les tunnels de Gaza étant largement insuffisantes pour couvrir ne serait-ce que les frais de fonctionnement institutionnel de la Bande de Gaza.
Le Qatar entretient avec le régime sioniste des relations politiques économiques militaires élaborées même si elles ont un caractère clandestin. l’Emir du Qatar ne veut pas s’attirer les foudres des peuples arabes de la région à cause de sa collaboration rapprochée avec les Juifs sionistes.La TV de l'Emir qatari Al Jazeera s'est évertuée depuis sa création à "normaliser" la colonisation juive sioniste de la Palestine.
Cette démarche de dialogue entreprise par Doha pour aider au rapprochement des différentes factions palestiniennes ne vise pas à solidifier la réconciliation palestinienne mais à neutraliser la Résistance palestinienne et l'empêcher d'agir dans le prochain conflit entre la Syrie l’Iran et le Liban qui risque d’ébranler le Moyen Orient.

Grâce aux pétrodollars Fatah et Hamas occupés à se réconcilier et à tenter de former un hypothétique gouvernement d’union nationale sous perfusion qatarie pour gérer des réserves où seront entassés les Palestiniens dépossédés ne seront pas en capacité - en fait c’est plus le Hamas qui est visé l’OLP d’Abbas s’est elle déjà prostituée à Israël, l’UE, les US le Qatar et autres pétromonarchies du Golfe- de prendre part au conflit à venir.

Pour remplir le rôle qui lui est imparti dans cette comédie politique où le peuple palestinien est le dindon de la farce le premier ministre Benjamin Netanyahou s’est empressé de dénoncer cette réconciliation. "Le Hamas est une organisation terroriste dont le but est de détruire Israël et qui s'appuie sur l'Iran. Si Mahmoud Abbas applique ce pacte, a-t-il ajouté, il choisira d'abandonner le chemin de la paix (...), on ne peut pas avoir les deux."
Comme si le principal souci de Netanyahou actuellement c’était de faire la paix avec les Palestiniens alors qu’il pousse publiquement les US à attaquer l’Iran tout en demandant à ses troupes de se taire pour éviter que l’opinion publique mondiale ne croit que c’est Israël qui est à l’origine du déclenchement de cette guerre qui embrasera tout le Moyen Orient et au-delà la Russie et la Chine ayant déclaré qu’une guerre contre l’Iran constituait une menace contre leur sécurité nationale.
Pour les dictatures monarchiques du Golfe les revendications palestiniennes ont toujours été perçues comme un obstacle à une « normalisation » de leurs relations avec Israël pour consolider leur pouvoir et surtout actuellement pour les sauver de la vague de contestations populaires qui agite le monde arabe.
Ces dictatures monarchiques du Golfe ne sont en fait que de vulgaires colonies américaines où sont stationnés des dizaines de milliers de soldats américains tout comme l’entité sioniste qui survit depuis plus de 60 ans grâce à l’aide de l’empire américain. Leur survie tout comme celle du régime sioniste sont inéluctablement liées. Pendant des années elles ont réussi à dissimuler cet état de fait tout en développant des relations souterraines avec l’entité sioniste via de multiples agents d’influence juifs sionistes comme Laurent Fabius un crypto juif (Juif élevé dans la religion catholique) qui coïncidence se trouvait à Doha en fin de semaine dernière après être passé par Tel Aviv et y avoir rencontré Netanyahou. Quel message de ce dernier Fabius a-t-il fait passer à l’Emir du Qatar Al Thani ? Faites de « l’occupationnel » grassement rémunéré avec les factions palestiniennes pendant que nous (Juifs sionistes) nous occupons de nos encombrants voisins Syrie Liban et surtout Iran…. Shi’ites ?
Le remodelage du Moyen Orient sur une base confessionnelle juive sioniste shi’ite sunnite etc… est tout aussi vital non seulement pour la survie de ces dictatures monarchiques du Golfe sunnites mais aussi pour la survie du régime juif sioniste en Palestine qui mise depuis le début sur ces divisions shi'ites sunnites au sein des peuples arabes. Ce remodelage a également pour objectif le renforcement de la main mise des US sur cette partie du monde riche en ressources énergétiques via ses colonies arabes et juive sioniste avant postes militaires de l'Empire américain.

Le peuple palestinien pourra attendre encore quelques décennies - si tant est qu’il réussisse compte tenue de la colonisation galopante juive sioniste - pour avoir un état. Au mieux ils seront parqués dans des réserves comme les Amérindiens au pire expulsés lors d'un prochain conflit.
Les dirigeants palestiniens actuels de l'OLP et du Hamas ont senti l’odeur des pétrodollars plus attirante que celle de la poudre de Kalachnikov.
On ne peut aider un peuple à se libérer du joug colonial si lui-même ne prend pas l’initiative de le faire par tous les moyens légaux appropriés inscrit dans la Charte de l’ONU.

Mireille Delamarre

Mardi 7 Février 2012

http://www.alterinfo.net/Reconciliation-Palestinienne-Le-Qatar-Agit-Pour-Proteger-Israel_a70911.html


Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Les commentaires sont fermés.