Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/03/2012

n° 46 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos de Syrie - 05-03 au 26-03-2012

n° 46   Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos de Syrie -  05-03 au 26-03-2012


Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.


Dossier Syrie : Médias et Manipulation de l’opinion.

n°46                                                                05-03 au 26-03-2012

C.De broeder & M.Lemaire



Le "Dossier deSyrie" est  visible 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous vouleznous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be




Sommaire :  

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos.

1-1 Syrie: un scénario bien rodé mais le public n'a toujours rien compris au film.

1-2 Vidéo ;  Des militaires français capturés (vidéo sous-titrée):

1-3 Video : 5 questions à Thierry Meyssan à propos de Baba Amr mars 2012):

1-4 Vidéo ; La France rétablit la censure militaire:

1-5 Vidéo : Pierre Piccinin rétablit la vérité sur la situation en Syrie

1-6 Vidéo ; A quoi servent les reporters de guerre ?

1-7 Charte de Munich (1) et manipulations

1-8 Raghga Bittar : Paul Craig Roberts : « campagne médiatique menée actuellement contre la Syrie par les Etats-Unis. »

1-9 Guy Delorme, : Après la mort des deux journalistes occidentaux, Sarkozy et Juppé nous refont le coup de Gilles Jacquier

1-10  Bahar Kimyongur : Siège de Homs : à qui la faute ?

1-11Todenhöfer : « La moitié des informations sur la Syrie sont fausses »

1-12137 officiers de renseignements arrêtés!  

1-13 13 officiers français capturés par l’armée syrienne.

1-14 Sami  Kleib ;  Les journalistes-combattants de Baba Amr (1ère partie)



1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos.


Dernière minute

La Syrie accepte le plan de Kofi Annan

Édité par: Caroline Albert 7/7
27/03/12 - 12h36  Source: belga.be  © reuters.

Le gouvernement syrien a accepté le plan en six points de Kofi Annan, qui considère cette décision comme une "étape initiale importante" pour mettre fin à la violence, a annoncé mardi le porte-parole de l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe.

"Le gouvernement syrien a écrit à l'envoyé spécial conjoint Kofi Annan pour accepter son plan en six points, approuvé par le Conseil de sécurité des Nations unies", a indiqué le porte-parole de M. Annan, Ahmad Fawzi, dans une déclaration écrite.
"M. Annan a écrit au président Assad pour exhorter le gouvernement syrien à mettre immédiatement en vigueur ses engagements", a-t-il ajouté. Pour M. Annan, a spécifié M. Fawzi, la décision de Damas est "une étape initiale importante qui pourrait mettre un terme à la violence et à l'effusion de sang".

© ap.  © ap.

Elle devrait aussi permettre de répondre aux "souffrances" et "créer un environnement propice à un dialogue politique qui répondrait aux aspirations légitimes du peuple syrien", a-t-il poursuivi.
Le plan Annan, approuvé le 21 mars par le Conseil de sécurité, préconise notamment la cessation de toutes formes de violence armée par toutes les parties sous supervision de l'ONU, la fourniture d'aide humanitaire à toutes les zones affectées par les combats et la libération des personnes détenues arbitrairement.
M. Annan, qui a déjà visité Moscou ce week-end pour obtenir l'appui de la Russie à son plan, a souligné mardi à Pékin qu'il "a besoin de l'aide" de la Chine pour résoudre la crise en Syrie, lors d'un entretien avec le Premier ministre chinois Wen Jiabao.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1414765/2012/03/27/La-Syrie-accepte-le-plan-de-Kofi-Annan.dhtml


 1-1 Syrie: un scénario bien rodé mais le public n'a toujours rien compris au film.

La machine propagandiste occidentale, relayée par les pays arabes satellites, tout "dévoués" à leur cause, ainsi que par les médias occidentaux, est désormais bien lancée contre Bachar Al-Assad. 

Ainsi, pas un jour ne se passe sans que la presse publie un article contre lui, sans que quelque dirigeant dénonce les atrocités commises "par le régime contre son peuple". Comme pour l'Irak, comme pour la Libye, la pression monte de plus en plus pour faire admettre le renversement d'un chef d'état de pays souverain.


La guerre, c'est ça: pas le machin virtuel qu'il veulent nous fourguer

Voyons quelques titres de presse :

En Syrie, "les obus tombent et le monde regarde", LEMONDE.FR avec AFP | 28.02.12 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, quatorze personnes ont été tuées dans ce pays meurtri par une crise qui a fait "aux alentours de 8 000 morts" en onze mois, a confirmé le ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, sur RTL. "On a franchi toutes les limites de la barbarie", a-t-il estimé. Le bilan des victimes de la répression est "certainement bien supérieur à 7 500 morts", a déclaré de son côté Lynn Pascoe, secrétaire général adjoint de l'ONU pour les affaires politiques, qui a cependant admis que l'ONU ne pouvait "pas donner de chiffres précis".

 

NB: l'"Observatoire syrien des droits de l'homme", sur lequel s'appuient les médias pour donner leurs chiffres, opèrerait et "observerait" depuis Coventry, en Angleterre, avec, pour matériel, un ordinateur. C'est dire s'ils sont carrément dans le feu de l'action, avec du matériel High Tech. 

Syrie: La chirurgie utilisée comme arme de répression par Bachar al-Assad Le Monde - 28/02/2012 
On se rappelle les couveuses de prématurés débranchées, pour l’Irak I, Le Viagra aux soldats pour la Libye, les ADM pour Irak II, etc.

Monarchies arabes /Les ambassadeurs de Syrie expulsés; AFP, mardi 07 février 2012
Les six monarchies du CCG (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Oman, Qatar et Koweït) C'est-à-dire, les vice-rois mis en place, protégés par l'Empire, et qui lui sont tout dévoués. On peut leur faire confiance, donc.

"Syrie : Non-assistance à peuple en danger" par Laurent-David Samama dans "La règle du jeu
Introduction

Chaque jour, dans les rues de Homs et de Damas, le peuple syrien clame son opposition au régime sanguinaire de Bachar al-Assad. Celui-ci, sentant son pouvoir vaciller, utilise des moyens toujours plus violents pour réprimer la fronde de son peuple. Chaque jour, ce sont plusieurs dizaines de civils qui périssent sous les bombardements et les tirs d’artillerie lourde de l’armée syrienne. Impuissante, divisée, la Communauté internationale assiste au massacre du peuple syrien par caméras interposées. Protégé par la Chine et la Russie, Le régime de Damas survit encore, protégé par la Russie et la Chine. Mais pour combien de temps encore ?

 

Oui, ces salauds de Russes et de Chinois, complices d'assassinats, qui empêchent les Occidentaux, c'est bien connu, empathiques et désintéressés, d'agir pour faire cesser des atrocités.

Et, cerise sur le gâteau: 
Dans ce même organe de propagande de M. Botul himself, on trouve, écrit de sa plume, le mardi 28 février 2012: 

Il faut, maintenant, une intervention en Syrie
Le 19 mars, cela fera un an, jour pour jour, que des escadrilles d’avions français, puis, dans un deuxième temps, anglais, américains, arabes, auront sauvé Benghazi d’une destruction annoncée.
Eh bien, les choses étant ce qu’elles sont et si, non seulement la France, mais la communauté internationale ne se ressaisissent pas, cet anniversaire risque d’avoir un mauvais parfum de cendres et d’échec. Car il y a, aujourd’hui, un nouveau Benghazi.
Il y a une ville, dans la région, qui est dans l’exact cas de figure qui était celui de Benghazi.
Il y a une ville qui se trouve, pour être précis, dans une situation presque pire que celle, alors, de Benghazi puisque le même type de chars, positionnés de la même façon, à la même distance des populations civiles désarmées, sont, cette fois, depuis des mois, déjà passés à l’œuvre.
Cette ville, c’est Homs.

Evidemment, l'auteur omet un léger détail: ce qui c'est passé entre deux, à savoir, la désintégration de la Libye, la dévastation de la ville de Syrte et d'autres, la destruction d'infrastructures, le démantèlement de la société, la mainmise sur les avoirs du pays, les tortures et assassinats commis, depuis, par ses amis, les "révolutionnaires". Sans oublier son rôle primordial dans cette destruction, les exhortations à la guerre qu'il a menées tambour battant dans le bureau présidentiel, qui ont conduit à ce désastre humanitaire et dont les champions de l'intervention "humanitaire" se désintéressent totalement depuis les humiliations, la torture, le lynchage qu'a subis Kadhafi avant d'être assassiné froidement, ainsi que la liquidation d'une partie de sa famille. 
Mais si c'était un "dictateur sanguinaire" on ne va pas pleurer, hein. On a déjà du mal à compatir à la mort de centaines de milliers d'innocents qu'on a provoquée, alors, bon. 
Il poursuit:

"Il y a un moment où trop, c’est trop.
Il y a un moment où, face au carnage, face à la bagatelle des 8000 morts qu’ont faits les chars de Bachar el-Assad, face à la lugubre bouffonnerie de ce référendum que l’on prétend organiser, de surcroît, sous les tirs de snipers et les obus, il faut avoir l’élémentaire dignité de dire stop".
"Il y a un moment, oui, où une communauté internationale qui a voté à une écrasante majorité (137 voix, le 16 février, à l’assemblée générale des Nations unies) la condamnation de l’assassin ne peut plus se laisser prendre en otage, et paralyser, par ces deux Etats voyous que sont, en la circonstance, la Chine et la Russie. (…)

C'est clair, deux pays qui s'opposent à la volonté destructrice d'une coalition toujours plus assoiffée d'invasions et de sang ne peuvent être que des Etats voyous.
En revanche, jamais aucune indignation (évidemment) contre l'"état voyou" qui ignore les multiples résolutions votées depuis 1973 par l’assemblée générale des Nations unies contre Israël, le pays qui détient, on le sait maintenant, grâce à lui, l'"armée la plus morale de monde". 
Suivent ses directives stratégiques pour éviter de toucher la population civile dans une ville – ce qui va rendre grand service à ces incompétents de militaires.
Et il conclut:

Tout cela est risqué?
Bien sûr.
Mais moins que la guerre civile à laquelle travaille Assad et qui transformerait la Syrie en un nouvel Irak. Moins que le renforcement, si Assad l’emportait, de cet axe chiite dont on rêve à Téhéran et qui menace la paix du monde.
Et moins que le désastre moral auquel nous aurions à faire face si la «
responsabilité de protéger», superbement assumée en Libye, devait, en Syrie, retourner dans l’enfer des idéaux trahis.

 

En toute bonne foi, bien entendu. 
(Je vous laisse lire le reste du billet sur son site, si le cœur vous en dit. ).
Conclusion: 
BHL pousse à l'intervention humanitaire dans les plus brefs délais en Syrie, afin, dit-il, d'éviter la guerre civile qu'El-Assad appelle de ses vœux, alors que celui-ci propose hypocritement, pour amuser la galerie, sans doute, "la lugubre bouffonnerie de ce référendum que l’on prétend organiser" et piétine de dépit devant l'inconscience de la Chine et de la Russie qui refusent d'assumer la "'responsabilité de protéger', superbement assumée en Libye! ". ("superbement assumée en Libye" : exactement ce que j'aurais dit). Mais il faut bien ça, parce que, sinon, la paix du monde serait menacée par cet axe chiite dont on rêve à Téhéran.
Tiens, si ce n'était si pathétique j'en rigolerais. 
Le problème, hélas, dans cette affaire, c'est qu'Al Assad "dispose de deux alliés de poids que n’avait pas Kadhafi et qui sont l’Iran et la Russie". Ah, l'Iran, encore un dictateur sanguinaire à mater là-bas. Il ne perd rien pour attendre: on règle cette affaire d'Al-Assad et on y va.
Rappelons-nous: Kadhafi à peine froid, il avait déclaré avec l'ardeur de l'illuminé:

"A qui le tour ? Bachar el-Assad ! Ou... ou Mahmoud Ahmadinejad, hein, ou Ahmadinejad en Iran ! Voilà ! Il y en a deux là, qui sont évidemment dans la ligne de mire, mais, pas, pas d’la France… de l’Histoire Universelle ! C’est un théorème maintenant. C’est le théorème 2011 ! Un dirigeant qui fait donner sa police, son armée, ses milices contre son peuple, d’une manière ou d’une autre : il dégage !" … forcément Bachar el-Assad ! Forcément ! Forcément, un jour ou l’autre Ahmadinejad et le régime iranien en général.

Eh bien, ça y est, on y est. On plie l'affaire Assad et on va bombarder l'Iran. Où est le problème? Juste à trouver un moyen d'agiter un peu la population contre le dictateur sanguinaire et hop, c'est comme si c'était fait. 
Evidemment, les épouvantails des occidentaux, les "islamistes", voire "terroristes", s'ils sont persona non grata quand cela les arrange, ne leur posent aucun problème quand ils veulent se débarrasser d'un empêcheur de balkaniser en rond. 
Qui parle des factions sectaires en Irak, en Libye et maintenant en Syrie, tapies dans l'ombre pour s'emparer du pouvoir - et qui remplaceront une dictature laïque par une tyrannie religieuse?
Qui parle de la nébuleuse qui constitue le "mouvement d'opposition" syrien et ceux qui les encouragent vivement, voire les arment en sous-main? 
La secrétaire d'Etat US les appelle "les amis d'une Syrie démocratique" et les exhorte à s'unir et à se retourner contre le président El Assad.
Outre certaines des forces d'opposition en Syrie, les "amis de la Syrie" sont également le regroupement de pays qui soutiennent les efforts des précédents pour renverser Assad. 
Parmi eux, les pays occidentaux, la Turquie et les pays arabes, en particulier ceux dirigés par l'Arabie saoudite ou le Qatar, qui financent très généreusement l'opposition (belle ouverture d'esprit de leur part que de s'intéresser à des démocrates, quand ils ne sont pas eux-mêmes enclins à privilégier ce genre de régime).

Mais, que dit-on côté USaméricain?

Eh bien, on a comme une impression de déjà-vu ces derniers temps.
Le 4 février dernier, Obama condamnait la répression menée par le gouvernement syrien dans un 
communiqué (que je vous conseille de lire in extenso, en anglais ) publié par la Maison Blanche:

"Je condamne vivement la répression inqualifiable du gouvernement syrien menée contre la population d'Homs et je présente toutes mes condoléances à ceux qui ont perdu des êtres chers. Assad doit immédiatement cesser sa campagne de massacres et de crimes contre son propre peuple. Il doit se retirer pour laisser s'opérer une transition démocratique immédiate".
Ou encore:

"Assad n'a pas le droit de gouverner la Syrie, et a perdu toute légitimité auprès de son peuple et de la communauté internationale. La communauté internationale doit s'efforcer de protéger le peuple syrien de cette brutalité abjecte".
(il est vrai que la délicatesse et l'empathie des Etats-Unis vis-à-vis des populations innocentes sont légendaires. Il n'y a qu'à demander en Afghanistan, en Irak, en Libye, au Yémen, en Somalie, à Guantanamo, à Bagram, à Abu Ghraib et ailleurs, qui ne pourront que confirmer). 
Tiens, tiens! Obama recycle ses discours, lui aussi. 
Concernant la Libye, Obama avait déclaré, en mars 2011:

"A partir de maintenant, nous ne cesserons de répéter de façon claire et nette: les violences doivent cesser. Mouammar Kadhafi a perdu toute légitimité pour gouverner, et il doit partir. Ceux qui ont commis des violences contre le peuple libyen seront tenus pour responsables de leurs actes. Et les aspirations du peuple libyen à la liberté, la démocratie et la dignité doivent être satisfaites".

D'autre part, Obama, déclarait, après la mort de Kadhafi, que celui-ci avait "raté l’occasion d’instaurer la démocratie dans son pays et décrivait sa mort comme un message envoyé aux dictateurs à travers le monde qui est que les peuples veulent être libres.

"Il a eu l’occasion pendant le printemps arabe de desserrer son étreinte sur le pouvoir et d’effectuer une transition pacifique vers la démocratie. Nous lui avons donné une ample opportunité qu’il n’a pas saisie".

Voilà. El Assad, lui n'a rien saisi du tout non plus, on suppose, puisque, à part organiser un référendum sur une nouvelle Constitution, et annoncer que des élections législatives se tiendront 90 jours après, il n'a rien fait. 
Mais Washington ne s'y est pas trompé, qui a, aussitôt, dénoncé un scrutin d'un "cynisme absolu". 
Hillary Rodham-Clinton, Madame"on-est-venu-on-a vu-il-est-mort", avait
déclaré, de son côté, à propos de la Libye, le 28 février 2011 à Genève devant le Conseil des Droits de l'homme :

"On apprend que des soldats ont été exécutés pour avoir refusé de retourner leurs armes contre leurs concitoyens, et qu'il y a eu des assassinats, des arrestations arbitraires, ainsi que des tortures. 
Le colonel Kadhafi et son entourage doivent rendre des comptes de leurs actes, qui violent les lois internationales et la décence commune.
Avec ces actions, ils ont perdu la légitimité de diriger un pays.
Ces violations des droits universels sont inacceptables et ne peuvent en aucun cas être tolérés. (…) 
C'est, au final, le peuple libyen qui décidera de son propre destin et qui créera son propre gouvernement. Ils affrontent actuellement les balles du dictateur et mettent leur vie en danger pour pouvoir profiter des libertés qui reviennent de droit à chaque homme, chaque femme et chaque enfant sur terre." 

 

Pour ce qui est de la Syrie, Ms Clinton est, évidemment, "scandalisée" de voir comment le régime El Assad traite son propre peuple, mais a déclaré qu'elle n'envisageait pas une intervention armée – pour l'instant, cela dit - et qu'elle était contre le fait d'armer les opposants (même si de toute évidence, ils le sont déjà, mais chut! Ca ne compte pas si ce n'est pas officiel). 
Toutefois, elle n'entend certainement pas 
lâcher sa proie
Le 4 février dernier, Clinton déclarait:

"Chaque fois que des tyrans refusent d'écouter les revendications légitimes de leur propre peuple, nous devons collaborer pour leur lancer un message clair: on ne peut pas arrêter le cours des choses sous la menace des armes".

Et lors de la conférence internationale réunissant les ministres des Affaires Etrangères des "Amis de la Syrie" qui s'est tenue à Tunis, le 24 février dernier, elle a prévenu le régime syrien qu'il paierait le "prix fort" s'il s'obstinait à ignorer la voix de la communauté internationale, et offert 10 millions de dollars pour soutenir l'aide humanitaire en Syrie (c'est sympa, parce qu'ils sont plutôt fauchés, les US, ces temps-ci, mais si c'est pour la démocratie, hein?). 
D'autre part, elle demande, évidemment, à Assad de se retirer et de laisser la place au CNS (Conseil National de Syrie) – un groupe aussi transparent que le CNT libyen– et propose d'envoyer ensuite une Force de Maintien de la Paix de l'ONU. 
Cette attitude "retenez-moi-ou je fais un malheur" pourrait bien être due au veto que la Chine et de la Russie ont opposé au projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Syrie, le 4 février dernier. 
D'ailleurs, elle ne décolère pas.
La secrétaire d'Etat USaméricaine a déclaré devant la presse à l'issue de la Conférence internationale sur la Syrie:

Moscou et Pékin "doivent comprendre qu'ils ne se mettent pas seulement en travers des aspirations du peuple syrien, mais également du Printemps arabe. Il est plutôt désolant de voir deux membres du Conseil de sécurité user de leur veto quand des gens sont assassinés. Nous devons faire changer de position les gouvernements chinois et russe".

Cette déclaration n'a plu ni à Pékin - qui a déclaré, par la voix de son porte-parole du ministère des Affaires étrangères: "Nous ne pouvons pas accepter cela (...) le monde extérieur ne devrait pas imposer son plan de solution de la crise au peuple syrien"; 
Ni à Moscou, où Vladimir Poutine, a fustigé l'attitude "cynique" de l'Occident vis-à-vis de la Syrie. 
Evidemment, on pourrait comprendre la compassion que manifeste madame Rodham-Clinton envers les victimes innocentes si cela ne faisait pas plus de 50 ans que les Etats-Unis ne "se mettaient en travers des aspirations du peuple" palestinien.
"Cynique". C'est bien le mot. 
Et du côté de la Grande Bretagne? 
"Le régime (de Syrie) est un régime condamné en même temps qu'un régime assassin. En aucune façon, il ne peut retrouver sa crédibilité que ce soit au niveau international ou auprès de son propre peuple”, a déclaré sur Sky News le petit ministre des affaires Etrangères, William Hague, appuyant docilement le scénario de Washington.

“parce ce que le régime est intraitable, parce qu'il se livre depuis dix mois à la violence et à la répression sans bornes – plus de 6,000 personnes ont été tuées, 12000 à 14000 sont détenues et soumises à toutes sortes de tortures et de mauvais traitements – ce qui pousse certains de ses opposants à commettre des actes de violence eux-mêmes" a ajouté Hague.

Donc, toutou pareil.
Je vous épargnerai les diverses déclarations des responsables en France , du même niveau. 
Décompte des morts
Curieux tout de même, qu'on nous annonce des chiffres précis sur les morts causées par les "dictateurs sanguinaires" qui "tirent sur leur propre peuple", qui servent à justifier une "intervention humanitaire" dans le cadre de la " responsabilité de protéger". 
Ainsi, Kadhafi avait été accusé d'avoir fait tuer 6000 personnes innocentes, Al Assad, lui, c'est 7 à 8000. Kif-kif, quoi. 
Ces chiffres ont été établis sur la foi d'organisations des "droits de l'Homme". 
Ainsi, l’une des principales sources à l’origine de l’affirmation selon laquelle Kadhafi aurait décimé son propre peuple est la Ligue libyenne des Droits de l’Homme, dont plusieurs de ses membres faisaient partie, devinez quoi? ... du CNT. Le 21 Février 2011, le secrétaire général de la ligue libyenne des droits de l’homme, le Dr Sliman Bouchuiguir avait, avec l’organisation UN Watch et la National Endowment for Democracy (NED), fait signer une pétition à plus de 70 ONG.
Pour ce qui est de la Syrie, c'est cet obscur "Observatoire des Droits de l'Homme", basé à Londres (ou à Coventry, selon les sources) qui fournit les informations sur ce qui se passe sur le terrain en Syrie. 
Ces informations sont reprises dans les médias français, anglo-saxons et même arabes (Al Jazeera). Son président, Rami Abdel Rahmane, 
déclare que l'association compte 200 adhérents. D'autres affirment qu'ils seraient ...deux.
Comment les grands médias peuvent-ils accorder le moindre crédit à une source aussi douteuse? 
Pourtant, ces mêmes médias sont complètement fâchés avec les chiffres quand il s'agit d'indiquer le nombre de victimes quand les forces occidentales, leurs marionnettes, les services secrets, les mercenaires et autres assassins occupent un pays.
ONG humanitaires
Outre la Fédération des Droits de l'Homme (FIDH), Amnesty International et Human Rights Watch ont choisi le camp des belligérants et appellent à une 'intervention humanitaire" pour "protéger les populations".
A lire (en anglais) cet excellent billet de Glenn Fiord dans Black Agenda Report :SYRIA: “Human Rights” Warriors for Empire: Amnesty International and Human Rights Watch have chosen the side of Empire in the Washington-backed belligerency.
J'y reviendrai. 
Alors récapitulons : 
Donc, pour que cela nous "parle, il faut:
- Un dictateur sanguinaire", qui commettrait des "atrocités", qui « assassinerait son propre peuple » (NB: le concept d’ "intervention humanitaire" est une sacrée trouvaille, qui permet de maquiller les guerres d’invasion en opérations philanthropiques), puis, pour relancer la machine, qui s’en prendrait aux bébés, aux femmes ou autre catégorie vulnérable, apte à soulever l’indignation des populations occidentales sous influence; 
- Un "Bengazi" –une ville "assiégée", où l’armée pilonnerait des populations civiles « innocentes » qui manifestent « pacifiquement » (et en brandissant, parallèlement la menace d’une guerre civile si rien n'est fait pour arrêter le carnage) ; 
- Tout un tas d’agitateurs sur le terrain: « conseillers » militaires étrangers, agents des services secrets, mercenaires, etc. 
- L’appel d’ONG humanitaires, apparemment au-dessus de tout soupçon (LDH, Amnesty), à protéger les populations civiles, prises dans une « souricière », dans un « bourbier » et que seuls les pays surarmés peuvent régler. 
C’est le même scénario qui s’est déroulé maintes fois : combien de fois encore allons-nous gober cela avant de nous rendre compte que nous nous faisons berner et que nous donnons notre aval à des massacres et des pillages de pays souverains ? 

Cette guerre-là, c'est celle qui est livrée aux pays rebelles qui refusent de s'aligner
Le prochain sur la liste à être démantelé et redécoupé en territoires rivaux, ce sera l'Iran, qui subit depuis longtemps la diabolisation des pays occidentaux.
Et, une fois cette mission terminée, la Palestine, sans alliés, livrée pieds et poings à Israël et ses alliés, sera définitivement rayée de la carte. 
Puis viendra le moment de s'attaquer aux pays insoumis d'Amérique latine, qui, pour l'instant s'émancipent bien trop pour la tranquillité de l'Empire. 
Et, enfin, sommes-nous, dans les pays occidentaux – et en particulier en Europe - à l'abri? 
Pas du tout. Bien au contraire. C'est une guerre sans merci, également. Mais c'est une guerre sans victimes visibles (ou peu), sans bruits de bottes (pour l'instant), où les militaires cèdent la place aux banquiers et autres requins de la finance et à leurs mercenaires. Cette guerre est actuellement menée de façon ostensible en Grèce, en Irlande, en Espagne, au Portugal, etc. 
Et bientôt ici même. 
Elle s'attaque d'abord aux peuples les plus affaiblis par les mesures prises par les gouvernements successifs, prescrites par les directives qui leur sont imposées par Bruxelles et les lobbys internationaux qui y font la pluie et le beau temps, les peuples de l'UE ayant été dépossédés de tout pouvoir de décision, même dérisoire. 
Les chefs d'Etat, petits gouverneurs de province, chefs de gouvernements fantoches, sont chargés d'exécuter les basses besognes: liquider les services publics, réduire les aides sociales, réduire les impôts, creuser des déficits en favorisant les grandes entreprises, tout cela pour faire monter en flèche la dette, ce qui les amènera à prendre des mesures d'austérité dont seuls les peuples pâtiront. 
Leur autre mission, c'est de parvenir à ne conserver que les pouvoirs régaliens (police, justice, armée) qui leur permettront d'intimider les insoumis, de mater les révoltes et d'asservir les populations.
C'est la raison pour laquelle nous votons systématiquement depuis des décennies "pour le changement" et que droite dure et droite molle se succèdent aux manettes. Mais de changement, il n'y en a point. Tout est verrouillé. Tout est joué.
Et, aujourd'hui, nous avons atteint un nouveau palier. 
Les chefs d'état, jusqu'ici élus "démocratiquement", de pays déclarés "en faillite" sont désormais carrément renversés et remplacés par des gestionnaires de la finance internationale, comme Papandréou et Berlusconi. Ce qui veut bien dire que, là encore, comme au Proche-Orient ou en Afrique, nous ne maîtrisons rien. 
Cela n'a pas ému grand monde, hélas, les limogés sont partis sagement, sans faire d'histoire, il n'y a pas eu besoin de les assassiner, comme Saddam ou Kadhafi. Sans doute parce qu'ils ont été bien récompensés pour leurs bons et loyaux services et, également, parce que personne ne se serait battu pour les garder, et donc, cette violation de la souveraineté des Etats n'a fait l'objet d'aucune protestation. 
Comme quand il s'agit de "dictateurs".
Ils sont très forts et nous sommes anesthésiés, empreints que nous sommes de nos certitudes et de notre supériorité.
Accepter que les Saddam, Kadhafi, Assad, Berlusconi, Papandreou, et autres, soient contraints par des entités extérieures, de façon plus ou moins radicale, de quitter leurs fonctions à la tête d'un Etat, c'est renoncer, à longue ou brève échéance, à nos droits de citoyen-ne-s et au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.
Message personnel à tous les "anti-impérialistes /"anticapitalistes" autoproclamés: cautionner des guerres, quelles qu'elles soient, quel que soit le nom qu'on leur donne, quel que soit le motif invoqué, c'est approuver la mainmise de l'Empire sur des Etats souverains. Il s'agit donc, soit de changer d'avis, soit de changer d'étiquette.

Liens annexes:

Rapport sur la Syrie 
Un excellent 
document pour qui veut approfondir.
Organisée à l’initiative du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R1) et du Centre international de recherche et d’études sur le terrorisme etd’aide aux victimes du terrorisme (CIRET--
AVT2), une délégation internationale d’experts s’est rendue en Syrie du 3 au 10 décembre 2011, afin d’évaluer la situation syrienne en toute indépendance et neutralité.

Et sur ce blog: 
La propagande médiatique concernant la Libye

 emcee 

jeudi 1 mars 2012,

Moyen Orient - Lien permanent

http://blog.emceebeulogue.fr/post/2012/03/01/Syrie%3A-un-sc%C3%A9nario-bien-rod%C3%A9-mais-le-public-n-a-toujours-rien-compris-au-film


1-2 Vidéo : Des militaires français capturés (vidéo sous-titrée):

On apprend le 5 Mars 2012 que des troupes militaires françaises ainsi que leurs officiers ont été capturés en Syrie. On n'en sait pas encore beaucoup sur ce coup de filet magistral totalement censuré des médias de l'héxagone mais Paris aurait, pour l'instant, simplement décidé d'envoyer son ambassadeur à Damas pour résoudre ce petit.... souci.

05-03

http://www.dailymotion.com/video/xp94no_syrie-des-militaires-francais-captures-rt-05-03-2012-v-o-s-t-fr_news?start=155#from=embediframe


1-3 Video : 5 questions à Thierry Meyssan à propos de Baba Amr (vidéo du 6 mars 2012):

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=vPsP4U6acj4


1-4 La France rétablit la censure militaire:

http://www.voltairenet.org/La-France-retablit-la-censure

 


1-5 Vidéo : Pierre Piccinin rétablit la vérité sur la situation en Syrie

 (http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=fBUKgGFfphA

 


1-6 Vidéo ; A quoi servent les reporters de guerre ?

:http://www.youtube.com/watch?v=HPXtYK0LCRA&feature=player_embedded


1-7 Charte de Munich (1) et manipulations

La crise syrienne  a fait connaitre aux medias français un personnage atypique : Mère Agnès Mariam de la Croix.

Cette religieuse à la double nationalité libanaise et française est établie en Syrie depuis deux décennies. Soucieuse de connaître et de faire connaître la réalité de la situation sur le terrain elle a eu à cœur de répondre à l’initiative de l’Union Catholique Internationale de la Presse qui cherchait à inviter des journalistes de la presse chrétienne européenne pour qu’ils puissent constater par eux-mêmes cette réalité qui, tout en étant complexe, était très mal médiatisée. Elle fit à tâtons les démarches auprès du Ministère de l’Information syrien grâce à une recommandation de l’organisation catholique. Contre toute vraisemblance elle obtint les visas pour les journalistes. 

Devant l’impossibilité de trouver des traducteurs qui acceptent de se rendre à Homs et sa région, elle n’eut d’autre alternative que de le faire par elle-même. C’est alors qu’elle vit de ses propres yeux ce que les citoyens lui racontaient. Lors de la conférence de presse qui conclut au Liban ce premier voyage journalistique elle fut sollicitée pour parler au nom des journalistes. Ce qu’elle révélait assez ingénument au nom de seize journalistes de tendances diverses provoqua un immense émoi. Cette première onde de choc contrecarrant la campagne abêtissante de désinformation déchainée à l’encontre de la Syrie, fut décuplée avec les publications dans certains médias « mainstream » des articles ou des émissions des journalistes participant à cette odyssée qui tranchait avec la doxa en cours. Le message des journalistes, rapporté d’autant plus fidèlement par Mère Agnès-Mariam qu’elle en était elle aussi témoin, était que la situation en Syrie n’était pas binaire comme le martelaient les chaînes satellitaires tendancieuses : d’un côté des manifestations pacifiques et de l’autre les forces de l’ordre qui les oppriment, mais qu’elle était bien plus complexe avec la présence de bandes armées non identifiées qui harcelaient sauvagement et la population civile sans défense et les forces de l’ordre retranchées dans leurs casemates. Elle devint alors une figure médiatique incontournable par son courage à dire ce qu’elle voyait joint à sa connaissance du pays ainsi qu’à son statut de religieuse non alignée qui lui confère un crédit exceptionnel. Cependant elle fut vite  honnie par les grands médias français puisqu’elle ne cautionnait pas la vision simpliste et caricaturale qu’ils cherchaient à diffuser.

La tentation sera donc forte de lui faire porter la responsabilité indirecte de la mort du journaliste français Gilles Jacquier le 11 Janvier à Homs.

Pourtant ce qui est vérifiable, puisqu’écrit, c'est qu'elle n’a pas invité les journalistes mais a seulement accepté de donner suite à une demande  écrite de France TELEVISIONS pour permettre à l’équipe Jacquier d’aller faire un reportage dans les unités de l’armée syrienne en butte aux attaques des « rebelles » (2). Les Unités basées à Homs étaient expressément nommées ainsi que les précautions nécessaires pour cette mission (casque et gilet pare-balles). Mère Agnès Mariam s’occupe d’obtenir les autorisations nécessaires pour satisfaire cette demande. On était avant la période où, grâce à la présence des observateurs de la Ligue Arabe, le gouvernement avait ouvert la porte aux journalistes étrangers. L’intercession de Mère Agnès Mariam était alors encore nécessaire comme elle l’avait été pour la presse chrétienne les mois précédents. D’autres journalistes se joignirent progressivement à ceux de France 2. L’équipe Jacquier arrive le 7 janvier et évolue librement le 8 à Damas. Gilles Jacquier lui apprend très vite qu’il désirait rencontrer les « rebelles » de Bab Sbah, à Homs et que, pour cela il avait fait des contacts très significatifs. Par souci d’honnêteté elle accepta de lui trouver les permissions nécessaires pour passer des zones loyalistes aux zones dissidentes.

Les journalistes accompagnent la Mère le 9 à une prière commémorative de deux personnes assassinées par les rebelles. Puis elle les rejoint pour une rencontre qu’ils boudent très vite car aux antipodes de leurs convictions, enfin ils vont ensemble au ministère des Affaires étrangères C’est durant cette journée passée en leur compagnie que Mère Agnès-Mariam remarque que les journalistes se comportent très mal, allant même jusqu’à l’enregistrer à son insu. A leur demande, elle les rencontre le  10  Janvier au soir pour faire le point et allonger leur visa. Pour ce faire, elle les avertit qu’elle ne pourra pas continuer à les prendre sous sa responsabilité s’ils n’étaient pas fidèles à la charte de Munich. De plus le ministère de l’information réclamait qu’ils restent ensemble. Elle manifesta son étonnement devant Gilles Jacquier qui présentait un programme débordant le cadre fixé par la Direction de France Télévisions et pour lequel il avait explicitement obtenu son visa. Plus tard, elle comprit qu’elle avait été manipulée pour obtenir ce visa lorsqu’elle vit Sofia Amara confier à CNN que, juste avant son départ pour la Syrie, Gilles Jacquier lui aurait dit qu’il était « obligé » d’aller dans les zones loyalistes mais que, dès qu’il pourra, il « désertera » pour aller chez les rebelles. Pour couper court à la discussion elle demanda à tout le groupe de décider par lui-même quelle serait sa prochaine étape. C’était, soit rester ensemble et accepter explicitement la fidélité à la Charge de Munich, soit attendre la fin du visa et partir car la Mère refusait de prendre sous sa responsabilité des journalistes peu crédibles.

Les journalistes décident d’aller à Homs. Précisément le Ministère de l’Information affrétait le lendemain un grand autocar pour Homs. Voudraient-ils en profiter avec d’autres reporters « mainstream » ? Nos journalistes choisissent unanimement d’aller à Homs par leurs propres moyens. Mère Agnès-Mariam doit déléguer ses pouvoirs à deux d’entre eux arabophones. Elle les avertit solennellement que la Syrie est un pays en guerre et qu’à Homs c’est l’enfer. Et leur rappelle qu’il est interdit de s’aventurer à Homs au-delà de 15 heures car c’est à partir de cette heure que les tirs reprennent chaque jour depuis les quartiers rebelles. A partir de ce moment-là l’équipe Jacquier et le reste des journalistes s’organisent seuls. Le lendemain ils se perdront les uns les autres et arriveront à Homs vers 14heures. Pour « profiter du temps » ils décident d’aller visiter les quartiers alaouites. Un groupe des forces de sécurité les accompagne et les prie de ne pas s’éloigner d’eux afin qu’ils puissent assurer leur sécurité. Arrivés au quartier Hadara ils font des interviews. A 14h45 précises, le colonel leur enjoint de repartir. Mais le groupe de la Télévision flamande n’est pas à l’appel. Leur équipe avait dérivé plus loin. On va à sa suite et on la retrouve mêlée à une manifestation pro régime organisée pour le groupe des médias « mainstream » dans le bus affrété par l’Etat mais les journalistes qui l’occupaient  s’étaient montrés plus prudents que notre groupe puisqu’à 14h45 ils avaient décidé de partir sans attendre l’arrivée de la manifestation. En voyant le grand bus s’éloigner, la vigie des rebelles avait cru que les journalistes étaient partis. Elle était incapable de repérer de loin la présence d’autres journalistes dans des voitures privées.  Ces derniers se mêlent imprudemment à la manifestation et lorsque les deux premiers obus tombent ils se précipitent imprudemment à l’affut d’images fortes. On est vers 15h35. Le troisième tir fait 8 morts dont Gilles Jacquier (3).

Il est donc permis de s’interroger :

-         sur le mensonge et la manipulation au sujet de la mission de l’équipe Jacquier : faire un reportage sur les unités loyales de l’armée syrienne comme le précisait la lettre de France TELEVISIONS  n’est pas la même chose que rencontrer les « rebelles » ou, plus tard, décider de rester à Damas et Daraa pour faire une étude sur les « hommes d’affaires ». 

-         sur les risques pris par l’équipe Jacquier et les autres journalistes malgré les mises en garde de Mère Agnès. 

-         sur l’absence de précautions élémentaires pour des professionnels habitués à ce type de mission : gilet pare-balles, casque, pour aller faire des photos là où des tirs de mortiers des « rebelles » étaient quotidiens

-         Sur la terrible campagne de diffamation déchaînée contre elle pour politiser son action et discréditer son témoignage.

Aurait-on cherché à décrédibiliser un témoin de poids qui dérangeait le dispositif propagandiste  visant à pousser la Syrie vers un vide constitutionnel et le chaos?

 

 (1) La charte de Munich des droits et devoirs des journalistes

Cette déclaration rédigée et approuvée à Munich les 24 et 25 novembre 1971 a été adoptée depuis par la fédération internationale des journalistes et par la plupart des syndicats de journalistes en Europe.

Dans le chapitre des devoirs du journaliste elle stipule :  « 4- Ne pas user de méthodes  déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents. »    

 

(2) extrait de la lettre de France Télévisions : « tourner ce reportage dans les rangs de l’armée syrienne accusée par la plupart des médias du monde entier, de réprimer le mouvement de contestation dans le sang. Peutêtre à tort ?". »

 

(3) Le rapport des observateurs de la Ligue Arabe confirme bien que c’est un tir de mortier des « rebelles » qui a tué Gilles Jacquier

COMAGUER 

17.02.2012

http://michelcollon.info/Siege-de-Homs-a-qui-la-faute.html

 


1-8 Raghga Bittar : Paul Craig Roberts : « campagne médiatique menée actuellement contre la Syrie par les Etats-Unis. »

WASHINGTON : L'ECRIVAIN AMERICAIN PAUL CRAIG ROBERTS CRITIQUE LA CAMPAGNE MEDIATIQUE MENEE CONTRE LA SYRIE PAR LES USA QUI NE VEULENT PAS D'UN GOUVERNEMENT DEMOCRATIQUE EN SYRIE

Washington/ L'écrivain américain Paul Craig Roberts a critiqué la campagne médiatique menée actuellement contre la Syrie par les Etats-Unis, précisant que ceux qualifiés de "manifestants pacifiques" sont en réalité des combattants armés payés par Washington qui essaye de semer la guerre civile en Syrie.
Qualifiant de mensonger le gouvernement américain, l'écrivain américain a précisé, dans un article publié sur le site de l'Institut américain socio-économique, que Washington prétendait qu'il œuvrait pour sauver les civils syriens comme l'avait fait au cas libyen avec le peuple de la Libye qui était le victime de miliciens armés, avertissant que l'objectif est de détruire la Syrie à l'instar de la Libye.
Il a affirmé que Washington ne veut pas un gouvernement démocratique en Syrie mais une marionnette dans la main, chose affrontée par le président Bachar al-Assad, qui était plus intelligent que Washington, par l'élaboration d'une nouvelle constitution qui guidera la Syrie vers la démocratie, précisant que l'agressivité des Etats-Unis et d'Israël envers le président al-Assad revient à son refus d'être leur marionnette.
Il a ajouté que Washington essayait désespérément de faire de la mer méditerranéenne une île américaine, de créer une révolution à l'intérieur de la Russie et de combattre la Chine par la coupure des ressources de l'énergie pour viser ensuite l'Iran qui exporte vers la Chine 20% de ses ressources pétrolières.
Raghga Bittar

21 Fév 2012

http://www.sana.sy/fra/55/2012/02/21/401941.htm

http://jacques.tourtaux.over-blog.com.over-blog.com/


1-9 Guy Delorme, :Après la mort des deux journalistes occidentaux, Sarkozy et Juppé nous refont le coup de Gilles Jacquier

Marie Colvin, la reporter américaine victime du même projectile que Rémi Ochlik à Homs
Comme prévisible, la France, à travers les personnes de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé, a vivement réagi à la mort du journaliste-photographe Rémi Ochlik, tué ce matin à Homs par un projectile d’origine encore indéterminée. Alain Juppé a exigé l’arrêt immédiat des attaques en Syrie, et réclamé « un accès sécurisé et médicalisé pour porter secours aux victimes » – sous entendu de la répression du régime – rappelons quand même à ce sujet que la Croix-rouge est en nécociations avec les deux parties pour obtenir deux heures de trêve quotidiennes à Homs. « Plus que jamais la France est déterminée à agir pour que cesse la sauvage répression dont est victime chaque jour le peuple syrien » a déclaré, dans son registre habituel de solennité creuse, l’actuel occupant du quai d’Orsay.

Et, pour commencer, l’ambassadeur de Syrie en France, Lamia Chakkour va être convoquée incessamment au Quai d’Orsay, pour s’entendre reprocher le « caractère intolérable du comportement du gouvernement syrien ».

Quant au patron d’Alain Juppé (Nicolas Sarkozy, et non Barack Obama, NdlR) il a lâché, histoire de tirer une morale politiquement correcte de ce drame, ce « raccourci » : »Maintenant, ça suffit (…) ça montre ce régime doit partir« .

Peut-être ces messieurs espèrent-ils trouver avec le malheureux Rémi Ochlik leur revanche de l’affaire Gilles Jacquier, dont ils avaient bien été obligés de reconnaître – enfin d’accepter silencieusement – que sa mort n’était pas, hélas, le fait du régime syrien mais plutôt de ses opposants.

Rappelons qu’on ne sait pas d’où venait l’obus – ou la roquette selon d’autres sources – qui a tué les deux journalistes français et américain, et blessé plusieurs autres. Et que si le projectile était d’origine gouvernementale, il a été tiré dans le contexte d’un affrontement implacable, dans un chaos urbain qui exclue tout ciblage particulier de journalistes, comme ose déjà l’avancer Bassma Kodmani, représentante du CNS.

Le gouvernement syrien, n’en déplaise à MM Sarkozy et Juppé, fauteurs de bombardements et acteurs de guerre civile en Libye, a un comportement qui convient à celui d’une nation souveraine, qui consiste à mettre hors d’état de nuire les djihadistes stipendiés ou équipés par l’étranger, et qui veulent mettre Homs et d’autres villes de Syrie à l’heure d’al-Qaïda, de Doha ou d’Ankara.

Bref, ce n’est pas aux supporters français des bandes armées de Bab Amr de verser des larmes de crocodiles atlantistes sur la mort de ce jeune journaliste.

Guy Delorme,

le 22 février 2012 

http://www.infosyrie.fr/actualite/apres-la-mort-des-deux-journalistes-occidentaux-sarkozy-et-juppe-nous-refont-le-coup-de-gilles-jacquier/


1-10  Bahar Kimyongur : Siège de Homs : à qui la faute ?

Nul ne peut rester indifférent devant les images effroyables qui nous viennent de Homs. Nul ne peut rester de marbre devant la souffrance de ces familles terrées dans leurs caves, sans pain, sans eau et sans espoir. Les obus pleuvent et s'écrasent dans un bruit assourdissant, fauchant des vies sans demander l'âge ni l'identité de leurs victimes. 

Devant le drame de Homs, on ne peut qu'éprouver rage et colère à l'encontre du président syrien, de son parti et de son armée.

Mais ce camp aujourd'hui en pleine offensive après avoir été totalement débordé par la violence terroriste (1), est-il le seul à blâmer ? L'Armée syrienne libre (ASL) qui, depuis des mois, tient des quartiers entiers en otage, entraînant une partie de la population dans une aventure militaire incertaine n'est-elle pas autant responsable de cette tragédie ? Début novembre, le régime de Damas avait promis une amnistie à tous les insurgés qui rendraient leurs armes pour autant qu'ils n’aient pas de sang sur les mains. Si l'on peut légitimement douter de la bonne foi du régime, rappelons-nous tout de même que ce type d'engagement gouvernemental a été respecté et même validé par les observateurs de la Ligue arabe (2). Au lendemain de cette promesse d'amnistie, la porte-parole du Département d’Etat américain Victoria Nuland avait appelé les insurgés à ne pas rendre les armes. Par leur soutien affirmé au terrorisme et au chaos, les États-Unis n’ont-ils pas mis de l’huile sur le feu ? Quant à la stratégie de ces rebelles fanatiques qui espéraient, comme en Libye, un appui aérien de l'OTAN pour poursuivre leur avancée vers la capitale et entraîner la chute du régime à tout prix n'est-elle pas insensée sinon criminelle vis-à-vis des millions de victimes potentielles ? Que dire aussi des actes terroristes commis par ces mêmes rebelles ? A Homs, ils ont procédé à une véritable épuration ethnique, chassant et liquidant chrétiens, alaouites ou sunnites pro-régime des quartiers qu'ils contrôlent. N’allez pas croire que notre grande presse va émettre un soupçon de reproches aux terroristes sectaires qui se servent de boucliers humains. Que nenni, quand il s'agit de défendre Israël et d'affaiblir l'Iran, l’ASL et ses bataillons salafistes parrainés par l’Arabie saoudite, le Qatar, le Courant du futur des Hariri et Al Qaida, sont les meilleurs alliés donc forcément de gentils militants pro-démocratie.

Le 28 janvier, nous avons tous été bouleversés par les images du massacre d'une famille sunnite à Nasihine, femme, enfants et bébés inclus. Dans ce quartier de Homs, ce jour-là, douze innocents, douze membres de la famille Bahader, ont été froidement assassinés. Sans la moindre preuve, le reporter photo du journal Le Monde répondant du pseudonyme de Mani avait mis ce crime horrible sur le compte des milices loyalistes recrutées, dit-on, parmi les alaouites. Le lendemain, on apprit que cette famille sunnite était en fait devenue la cible des rebelles parce qu'elle « collaborait avec le régime ». En fait, Abdel Ghani, le père de famille était un fonctionnaire du gouvernorat de Homs. Un homme sans histoires. Lui et son frère Ghazouan qui est un chauffeur attaché au même gouvernorat, avaient reçu de nombreuses menaces de mort de la part des rebelles. Abdel Ghani souhaitait déménager pour éviter toutes représailles de la part de l'ASL qui voulait l'enrôler de force. Mais la barbarie terroriste l'attendit au tournant, lui et sa famille.

Le 23 février, un groupe armé commit un nouveau massacre d'innocents. Quartier visé : al-Arman al-Janoubi à Homs. Les victimes : un couple et leurs quatre enfants. Les terroristes ont d'abord ligoté Mohamed Ryad Darwich, sa femme et ses enfants avant de les torturer à coups de poignards. Les victimes ont été mutilées méthodiquement par des tortionnaires qui ont poussé le vice jusqu'à écrire des mots sur leurs corps à l'aide de leurs poignards. Ils ont ensuite mis le feu à la maison de cette famille. Entre le massacre des familles Bahader et Darwich, on ne compte plus les exécutions sommaires perpétrées par les terroristes. Des centaines de civils et de militaires pro-régime ont subi le même sort. Ces événements et bien d'autres encore témoignent de ce que l'horreur ne se trouve pas dans un seul et même camp.

Tout ça pour ça ?

Peu d'analystes s'interrogent sur les réelles motivations des rebelles. Se rebeller, c'est bien. Encore faut-il avoir une raison valable, une réelle alternative démocratique et utiliser les moyens adéquats pour y parvenir. Nous savons toutes et tous que les rebelles veulent renverser le régime. Ce programme aurait été légitime s'il eut obtenu la confiance de la majorité des Syriens. Or, des millions de citoyens aspirent à une démocratisation dans le cadre du régime actuel. Ils l'ont maintes fois exprimé lors de manifestations monstre ou du référendum constitutionnel du 26 février 2012. En effet, 89,4 % de votants soit près de 7,5 millions des 14.589.954 inscrits sur les listes électorales ont approuvé la nouvelle Constitution syrienne qui abolit la suprématie du parti Baas « sur l’Etat et la société ». Malgré cette réalité, l’intransigeance des insurgés est totale. Ils excluent ainsi tout compromis, toute négociation, toute réforme et tout règlement politique. Seule une élimination radicale du régime baassiste qui revendique pourtant près de deux millions de membres pourra les satisfaire. Aux insurgés djihadistes, il faut tout, tout de suite. Qu’importe pour eux que la majorité des Chrétiens, des Druzes, des Alaouites, des Arméniens, des Sunnites kurdes ou arabes ne les suivent pas. Devant leur empressement, je ne peux m'empêcher de penser aux rebelles colombiens qui résistent depuis près de 50 ans envers et contre tout. Ces insurgés là n'ont droit à aucune compassion de la part de « nos » armées philanthropiques. Le sol de leurs jungles et de leurs montagnes regorgent pourtant de cadavres, celui de dizaines de milliers de syndicalistes, de paysans, de femmes et d'enfants assassinés par les escadrons de la mort agissant pour le compte de « nos » gouvernements. D'autres mouvements de libération résistent à la tyrannie, seuls dans leur maquis. Depuis des lunes. Comme les Tigres de l'Eelam Tamoul. Leur encerclement et leur anéantissement par l’armée sri-lankaise en 2009 n’a pas suscité l’indignation internationale que nous connaissons depuis des mois en faveur de l'ASL. Nos rebelles syriens, eux, veulent la victoire illico. Servie sur un plateau d'argent. De préférence avec show laser dans le ciel nocturne de Damas et d'Alep. « Déroulez-nous le tapis de bombes » martèlent-ils à leurs amis atlantistes et wahhabites.

 

Et pour faire quoi messieurs ? Une fois installés au pouvoir, le Conseil national syrien (CNS) alias « Conseil d'Istanbul » et l'Armée syrienne libre (ASL) prendront la courageuse décision de rompre le lien Damas-Téhéran. Ils souhaiteraient également couper les ponts avec les patriotes libanais rassemblés autour du Hezbollah. Dans une interview accordée au Wall Street Journal, le président du CNS Burhan Ghalioun, a affirmé vouloir négocier avec Israël, notamment au sujet de la restitution du Golan « en misant sur nos relations spéciales avec les puissances européennes et occidentales (sic) ». (3) 

 

En d'autres termes, Ghalioun rêve d'une Syrie apprivoisée et docile. Une Syrie asservie aux puissances coloniales. Une Syrie dénaturée, défigurée, dépersonnalisée. Le triste jeu des insurgés de Homs en vaut-il vraiment la chandelle ?

 

 

Comment aurait réagi un Etat occidental dans pareille situation ?

 

On l'a vu à l'œuvre maintes fois : lorsqu'il se sent ou se trouve réellement attaqué, le régime syrien peut s'avérer être excessivement brutal et sanguinaire. Ce mécanisme d'autodéfense est toutefois loin d’être exceptionnel. En effet, dictature ou pas, tout système politique qui se veut responsable à l’égard de ses citoyens ou qui désire juste sauver sa peau, aurait tendance à montrer ses dents dans une situation de violence extrême.

C’est d’autant plus vrai pour une nation dont les ennemis extérieurs n’ont ni le profil, ni l’armement ni l’appétit expansionniste des îles Kiribati, d’Andorre ou du Liechtenstein. C’est une nation qui, de surcroît, s'est aliénée une partie de sa population pour de multiples raisons parmi lesquels le massacre de Hama commis en 1982. L’impunité que s’offre le régime syrien depuis la boucherie de Hama couplée à l’esprit revanchard des djihadistes et à l’incompatibilité existentielle entre les principes laïcs du pouvoir et la charia entretiennent un climat de guerre larvée qui peut à tout moment dégénérer en conflit ouvert.

 

En Europe de l’ouest, depuis la seconde guerre mondiale, nous n’avons certes pas de situation équivalente à celle de Homs. Non pas que nos élites et leurs armées sont plus pacifistes mais parce que l’exploitation des pays du Sud notamment par le mécanisme de l’endettement, ont permis aux bourgeoisies européennes de s’offrir une relative paix sociale, de nous concéder quelques droits moyennant notre démobilisation, ce que l'on appelle en turc « la part du silence ». Nos élites ont, pour ainsi dire, construit et renforcé leur stabilité sur le malheur des plus faibles. Cela n’a pas empêché les pays occidentaux d’être régulièrement confrontés à des troubles sociaux et des crimes relevant davantage du droit commun à l’instar des Fort Chabrol ou des prises d’otages. Dans bien des cas, les forces d’intervention policières d’Europe ou des USA ne font pas dans la dentelle. Si les forcenés n'obtempèrent pas, ils sont froidement abattus. Et cela, au nom de la sécurité des citoyens.

Or, à Homs, certains Fort Chabrol durent depuis des mois et s’étendent sur des quartiers entiers. De plus, leurs auteurs tirent sur tout ce qui bouge, plongeant des populations entières dans un climat de terreur permanent qui fait bien souvent regretter l’environnement sécuritaire imposé par le régime syrien.

 

En tant que garante de la souveraineté nationale et de l'intégrité territoriale de la Syrie, l'armée gouvernementale était tenue d'intervenir dans les quartiers de Homs tombés en dissidence. Cette même armée avait d'ailleurs été vivement critiquée pour son laxisme par les habitants des secteurs soumis aux tirs provenant des quartiers insurgés.

 

A ceux qui l'ignorent, il convient de rappeler que depuis l’après-guerre, les pompiers pyromanes de l'OTAN ont maintes fois tiré « sur leurs propres citoyens » pour bien moins que ça. Le 13 mai 1985, une paisible communauté africaine baba cool de Philadelphie appelée Move fut arrosée de napalm pour avoir voulu vivre en autarcie. Onze personnes dont dix enfants périrent dans les flammes occasionnées par la bombe larguée depuis un hélicoptère de la police. Les habitants de l'immeuble ne menaçaient pourtant personne. Il y eut par ailleurs l'écrasement de la mutinerie de la prison d'Attica dans l’Etat de New York en 1971, le siège de Waco au Texas en 1993 contre la communauté des Davidiens (86 morts), le Bloody Sunday en Irlande, le massacre de Polytechnique en Grèce, les opérations militaires dans les prisons turques de Diyarbakir, Ümraniye, Ulucanlar, Bayrampasa ou dans les villes kurdes de Lice et de Cukurca en Turquie... Sans parler des guerres secrètes de l'OTAN : tueries du Brabant, attentats de la gare de Bologne, de la Piazza Fontana à Milan, de la place Taksim, de la place Beyazit et du quartier de Gazi à Istanbul, ou encore des pogromes de Maras, Corum et de Sivas... Personne n'a évoqué pour autant l'option d'une intervention humanitaire armée à Washington, Londres, Rome ou Ankara. Je vous passe des assassinats de masse et des génocides commis par les forces atlantistes dans les pays du Sud. Et puis, attendez voir ce que nous réserve l’Europe « démocratique » le jour où les mouvements d'indignés constitueront une véritable menace pour les élites politiques et financières... Les Murs des fédérés ressurgiront hélas à chaque coin de rue.

Bien entendu, comparaison n’est pas raison. Autrement dit, les crimes commis par les troupes atlantistes ne justifient nullement ceux commis par l’armée syrienne. Et la vie d'un enfant syrien qu'il soit du côté rebelle ou du côté loyaliste, n'est pas moins précieuse que celle d'un enfant français, américain ou scandinave.

 

Finalement, les mots sont si vains devant la tragédie de Homs. Seule compte la vie des innocents de cette ville pris entre deux feux. Si on veut les sauver, il faudrait peut-être commencer par abandonner la logique de confrontation et dialoguer avec le gouvernement syrien. Au lieu de gesticuler, d’insulter ou de tenter de convaincre la Russie et la Chine, il serait peut-être plus sage de descendre de ses grands chevaux et de rejoindre le bloc sino-russe dans son appui à une solution de transition démocratique syrienne sans paternalisme et sans interférence. Nous serions ainsi bien plus en phase avec la Charte des Nations Unies. Et si, pour les enfants de Homs et pour la survie de la Syrie, on osait la paix ?

 

Notes

 

(1) Durant les semaines qui ont précédé l’assaut sur Homs, il mourait en moyenne une vingtaine de soldats gouvernementaux par jour. Sans compter les innombrables victimes civiles tombées sous les balles des groupes insurgés.

(2) Le rapport de la mission des observateurs arabes en Syrie : http://tunisitri.wordpress.com/2012...

(3) The Wall Street Journal, 2 décembre 2011 

Bahar Kimyongur

27 février 2012

Source : michelcollon.info


1-11Todenhöfer : « La moitié des informations sur la Syrie sont fausses »
Carolin Brühl
 : L’auteur Jürgen Todenhöfer se rend fréquemment en Syrie. Il y a aussi rencontré le dirigeant Assad. Todenhöfer plaide pour un point de vue neutre sur le conflit.

Ancien député CDU au Bundestag, il visite la Syrie autant qu’il peut – parfois plusieurs fois par année. Il y a un mois, il a voyagé à travers le pays durant près de quatre semaines. Il a pu se déplacer librement. Todenhöfer était à Damas, mais aussi à Homs, Hama et Deraa, sur les lieux qui font la une des journaux depuis presque une année, en raison des affrontements sanglants entre les forces de sécurité du régime et les insurgés.

 

Carolin BrühlWelt Online : Monsieur Todenhöfer, il y a peu vous étiez en Syrie. Par qui avez-vous été invité, et dans quelle mesure étiez-vous libre de circuler ?

Jürgen Todenhöfer : Personne ne m’a invité.

Vous êtes donc simplement entré dans le pays comme touriste ? Est-ce possible ?

Oui, ça marche. Je me rends en Syrie depuis plus de dix an. J’ai écrit un livre sur la Syrie et l’Irak qui a aussi été traduit en arabe. Il commence par Hakaouati, le conteur de contes de la Mosquée des Omeyyades à Damas. J’y vais chaque année. La Syrie est le berceau de notre civilisation et Damas est une des plus belles villes du monde arabe. La tête de Saint Jean Baptiste est enterrée dans la Mosquée des Omeyyades et à Damas, Saül devint Saint Paul.

 

Mais est-ce que vous comprenez et parlez l’arabe ?

Pas un mot.

 

Comment parlez-vous alors avec les gens ?

La plupart du temps, je suis accompagné d’un ou de plusieurs traducteurs.

 

Qu’est-ce qui vous a incité à repartir juste maintenant en Syrie, en dépit de tous les avertissements ?

 

Lorsque durant dix ans on ne cesse de voyager dans ce pays, il n’y a aucune raison de ne pas y retourner juste maintenant. Cette fois, j’ai eu quelques difficultés au début. J’ai été arrêté à l’aéroport de Damas parce que les services secrets syriens avaient émis une interdiction d’entrée contre moi. J’avais écrit un article dans Die Zeit que bien des personnes considéraient comme trop critique en Syrie. Il fallut plus de deux heures jusqu’à ce que je puisse enfin entrer dans le pays. Plus tard, ça m’a été utile parce qu’un Allemand de Syrie avait assisté à la scène et il l’a racontée quelques jours plus tard à Assad. Sur quoi Assad m’a invité à un entretien.

 

Assad a annoncé un référendum populaire pour mars, concernant une nouvelle Constitution. A quel point peut-on prendre cette initiative au sérieux ? Assad dirige-t-il effectivement lui-même les destinées de son pays ?

Je crois qu’il est l’homme le plus puissant de son pays. Et que la crise l’a rendu plus fort.

 

Pourquoi ?

Une crise décide si on peut s’emparer des choses ou s’il vaut mieux les remettre à d’autres. Il me semble que depuis lors, Assad fixe clairement la direction de sa politique. Je crois que ce referendum populaire sur une constitution démocratique est son idée. Lorsqu’il est parvenu au pouvoir il y a dix ans, il a essayé de moderniser le pays. Cela lui a valu beaucoup de difficultés. A l’intérieur comme à l’extérieur. On sait qu’en Occident, on lui a reproché d’être impliqué dans l’assassinat de l’ancien président du conseil des ministres libanais Hariri. Aujourd’hui il s’est avéré qu’il n’en était rien. En tout cas, Assad n’a pas réussi dans ses efforts de transformer le pays comme il avait eu l’intention de le faire.

 

Qu’est-ce qui l’en a empêché ?

Il y a des forces conservatrices puissantes dans des pays comme le Maroc, l’Arabie saoudite ou la Syrie. Assad n’avait pas seulement le problème de Hariri, il dut aussi rapatrier les troupes syriennes du Liban. Tout cela a amené à une situation de politique intérieure dans laquelle il était difficile d’imposer des réformes essentielles contre les forces conservatrices. Assad m’a dit de vive voix qu’il considère la démocratie en Syrie comme « impérative ». Et qu’à cet égard l’élaboration d’une constitution démocratique devait jouer un grand rôle.

 

Veut-il aussi renoncer au primat de son parti Baath ?

Envers moi, il a souligné que tous les partis seraient autorisés. Le référendum populaire en mars est une décision révolutionnaire pour un pays autocratique comme la Syrie parce que ce faisant, Assad remet la décision sur l’avenir du pays dans les mains du peuple. Le peuple n’a pas seulement la possibilité d’accepter cette constitution, il peut aussi la refuser. Je ne connais pas beaucoup de souverains autocratiques qui oseraient risquer un pareil référendum populaire.

 

Cela veut-il dire que vous croyez à une volonté de changement d’Assad et que vous croyez que ça peut être un moyen réaliste pour le pays ?

Plus l’Occident lui tape dessus, plus ça devient difficile pour Assad. Un politicien marxiste de l’opposition, qui a fait 14 ans de prison sous le père d’Assad, m’a dit que le seul qui pouvait amener à l’amiable la Syrie à la démocratie, c’était Bachir al-Assad. Aussi parce que la majorité des Syriens continuaient de faire une grande différence entre Assad et le système.

 

Mais que doit alors faire l’Occident ? Soutenir Assad ? Négocier avec lui ? Les medias occidentaux sont sous la pression des images de la violence brutale qui proviennent du pays. Et il y a peu de reportages objectifs.

La situation en Syrie est très complexe. En dépit du fait que de manière inattendue ce ne sont pas que les adversaires, mais aussi les partisans d’Assad qui revendiquent bruyamment la démocratie. Entre-temps, la démocratie est largement indéniable en Syrie. J’ai assisté à des manifestations à Damas auxquelles participaient entre un et deux millions de personnes.
Les gens criaient en chœur : « Assad, démocratie », et « Assad, liberté ». Les révoltés syriens veulent évidemment aussi la démocratie, cependant sans Assad. Il y a donc des manifestations pacifiques pour et contre Assad, mais toujours pour la démocratie. Toutefois, il y a des unités armées des deux côtés qui se livrent à des confrontations militaires sans merci. Ce qui provoque toujours des morts civiles. C’est totalement inacceptable et est à juste titre durement critiqué.
Toutefois, des leaders politiques de l’opposition syrienne m’ont dit que la guérilla de l’opposition tuait des civils et « réglait des comptes ». A Homs, je me trouvais dans la maison d’un partisan déclaré de Assad. On a tiré dans la chambre de sa fille de trois ans depuis une tour d’en face. J’ai vu les points d’impacts. Le jour après ma visite, il reçut une menace de mort et dut quitter sa maison. A Homs, j’ai moi-même été pris sous un lourd feu croisé lorsque la guérilla tira sur deux policiers.
Ce sont des affrontements comparables à une guerre civile. En Occident, on ne nous parle que des méfaits que commettent les forces de sécurité de l’Etat. Mais on occulte les méfaits de l’autre côté. Les reportages internationaux sont extrêmement unilatéraux.

 

Mais pourquoi Assad n’admet-il pas des journalistes dans son pays qui pourraient dessiner une image plus objective ? 

C’est une grossière erreur du gouvernement. Je n’ai jamais ressenti aussi fortement la valeur d’un journalisme libre qu’en Syrie. En Syrie, l’opposition détient actuellement un monopole de l’information qu’elle exerce sans pitié via al-Jazira et al-Arabia. A Homs par exemple, il y a quatre stations satellite auxquelles chaque photographe muni d’un portable peut transmettre ses prises de vue dans la seconde. Aussi, on en profite, ce qui est bien compréhensible.

 

Qu’en est-il de l’accès libre à l’Internet ?

En matière d’Internet, la Syrie est un des pays les plus développés du monde arabe. C’est d’ailleurs Assad qui a instauré cela personnellement. Si vous allez dans un restaurant, vous avez toujours gratuitement un accès wireless et vous pouvez recevoir vos courriels. Il y a quelques semaines, la presse mondiale affirma que désormais les iPhones étaient interdits en Syrie. J’ai alors appelé Damas et interrogé mon interlocuteur à ce sujet. Il a ri : « Vous m’appelez pourtant précisément sur mon iPhone. » La moitié des informations concernant la Syrie sont fausses.

 

Connaissez-vous d’autres exemples ? 

Durant mon séjour à Damas, la presse mondiale rapporta que le quartier général du parti bath avait été attaqué et fortement endommagé. Qu’il y avait eu un mort. Ça m’a fortement impressionné. Jusque là, Damas avait été une ville sûre dans laquelle il y avait même encore quelques touristes.
Le lendemain, je me suis rendu en voiture vers ce bâtiment. Deux aimables policiers se tenaient devant le bâtiment intact. Lorsque je leur demandai où se trouvaient les lourds dégâts, ils m’ont montré deux vitres enfoncées dans le hall d’entrée, dans lequel quelqu’un avait jeté un pétard. Lors de ma visite à Homs, j’ai vu que les étals du marché étaient couverts de victuailles et de légumes. Moi aussi j’y ai fait mes emplettes. Quelques jours plus tard, j’ai lu dans la presse mondiale : « Catastrophe humanitaire à Homs ».
Peu après je suis retourné une deuxième fois en ville et j’y ai rencontré des rebelles. Je rencontre toujours les deux côtés. Je les ai interrogés sur la « catastrophe humanitaire ». Ils ont avoué en riant : « C’est nous qui avons lancé ça ». Ils étaient tout fiers. Peu de temps après, un autobus transportant de jeunes Alaouites a été arrêté à Homs par des motos. Ces jeunes gens ont été exécutés à quelques mètres de distance par les attaquants en moto.
Un seul a survécu. Il raconta que les auteurs étaient des rebelles armés. L’attaque était un signal pour Assad qui est aussi alaouite. Le soir par contre, al-Jazira prétendit dans les informations que Assad avaient à nouveau fait tuer des jeunes gens innocents à Homs. Les reportages de Syrie me rappellent de façon inquiétante les reportages avant le début de la guerre d’Irak. Les reportages de la télévision d’Etat syrienne ne sont toutefois pas meilleurs.

 

Mais qui soutient alors les rebelles ? Sont-ce les pays voisins mal intentionnés tels que l’Arabie saoudite ou le Qatar, qui s’étaient déjà engagés en Libye ? S’agit-il aussi d’un conflit islamique intérieur ?  

J’ai passé quatre semaines dans le pays. Je sais quand-même qu’il y a bien des choses que je n’ai pas vues. Mais j’ai vu que ce soulèvement n’est pas toujours pacifique. Il y a des forces à l’étranger qui fournissent des armes lourdes à la partie violente de l’insurrection. La piste la plus sérieuse mène au Qatar. Le Qatar était aussi le grand fournisseur d’armes en Libye. Les Américains n’interviennent pas directement, la résistance armée passe par des Etats arabes voisins, avant tout par le Qatar et l’Arabie saoudite. Al-Jazira est également originaire du Qatar.

 

Il s’agit donc d’une espèce de guerre par suppléants ? 

Je ne le sais pas. Je ne suis pas non plus partisan des théories de complots. Mais à l’arrière-plan se profile la tentative des Etats-Unis de créer un « Greater Middle East » dans lequel il n’y aurait plus que des Etats proaméricains dans la ligne. Les USA considèrent toute la région comme leur chasse gardée. Kissinger est l’auteur de la phrase : « Le pétrole est beaucoup trop précieux pour être abandonné aux Arabes ».
Les Américains ont raté la révolution en Tunisie et en Egypte. Mais ensuite ils ont pris la décision de participer dans leur sens aux bouleversements du monde arabe. J’éprouve une grande sympathie pour l’Amérique démocratique, mais au Proche-Orient, la démocratie importe peu aux Etats-Unis. Sinon ils devraient aussi appuyer les manifestations en Arabie saoudite, au Qatar et à Bahreïn, mais là, ils soutiennent des gouvernements dictatoriaux.

 

Comment cela va-t-il continuer en Syrie à votre point de vue ? 

En Syrie il y aura une démocratie comme dans l’ensemble du monde arabe. Le recours à la violence contre des manifestations pacifiques prônant celle-ci est inacceptable. Mais lorsque j’ai demandé à Assad pourquoi on ne pourrait pas – au moins durant un laps de temps limité – renoncer à la violence contre les rebelles armés, il m’a demandé si je pouvais lui citer un pays occidental qui accepterait que tous les jours vingt à trente de ses soldats soient tués.
Il m’a demandé : Est-ce que Madame Merkel accepterait cela ? Je n’ai pas su que répondre. Je lui ai dit qu’il devait néanmoins engager un dialogue, même avec les forces extrémistes. Qu’il n’y avait qu’un dialogue qui pouvait amener un cessez-le-feu. Qu’il devait prendre la tête du mouvement démocratique pour aboutir à la paix et à la démocratie.

 

Qu’a-t-il répondu ?

Il a dit que ce qui importait le plus, c’était d’élaborer une Constitution démocratique, et que le peuple devait pouvoir se prononcer à ce sujet. […].

 …….
Carolin Brühl

15 mars 2012

Jürgen Todenhöfe

Jürgen Todenhöfer a fait des études de droit aux universités de Munich, Paris, Bonn et Freiburg. Il a fait son doctorat à Freiburg. En 1972, il a été élu au Bundestag allemand en tant que candidat direct de la CDU. Il y a exercé le mandat de député et de porte-parole de politique du développement du groupe CDU/CSU jusqu’en 1990. Déjà avant cela, en 1987, il est entré au Groupe Hubert Burda Media, où il est parvenu à la vice-présidence de la direction.
Ces dix dernières années, Jürgen Todenhöfer s’est constamment exprimé de façon critique sur les guerres en Afghanistan et en Irak. Il y publié une série de livres traitant de ces deux guerres. En 2003, il a écrit « Wer weint schon um Abdul und Tanaya ? Die Irrtümer des Kreuzzugs gegen den Terror » (ISBN 3-451-05420-5) (Qui va pleurer Abdul et Tanaya ? Les erreurs de la croisade contre le terrorisme). C’est un livre qui décrit clairement, par l’exemple d’enfants afghans, l’absurdité de la « guerre contre le terrorisme ». Dans le livre « Andy und Marwa. Zwei Kinder und der Krieg » (2005, ISBN 3-570-00859- 2) (Andy et Marwa, deux enfants et la guerre), Todenhöfer décrit deux destins de la guerre d’Irak, celui d’une fille irakienne et d’un jeune soldat américain. Dans « Warum tötest du, Zaid ? » (Pourquoi tues-tu, Zaïd ?) (2008, ISBN 978-3-570-01022-8), Todenhöfer analyse par beaucoup d’entretiens sur place les raisons de la résistance contre l’occupation US en Irak. Son dernier livre jusqu’ici, « Teile dein Glück… und du veränderst die Welt ! – Fundstücke einer abenteuerlichen Reise » (2010, ISBN 978-3-570-10069-1) (Partage ton bonheur... et tu changes le monde ! – trouvailles d’un voyage aventureux) est un livre traitant de questions éthiques centrales.
 

Pour plus d’informations sur Jürgen Todenhöfer, consultez son site Internet
www.juergentodenhoefer.de 

Source : Horizons & Débats


1-12137 officiers de renseignements arrêtés!  

Le quotidien palestinien Al Manar a diffusé, le 3 mars, une information de la plus haute importance, aussitôt reprise sur de nombreux médias. Selon ce journal, qui affirme avoir reçu les confidences de "diplomates arabes et européens", "plus de 137 officiers de renseignements et instructeurs de différentes nationalités sont aujourd’hui entre les mains des moukhabarat syriens". Ils auraient été arrêtés durant les affrontements ayant opposé au cours des dernières semaines les forces syriennes de sécurité aux gangs armés soutenus par les Etats-Unis, Israël, leurs alliés du Golfe persique et la France. Ces officiers seraient de nationalité saoudienne, qatarie, française, tunisienne, turque, émiratie, pakistanaise… Certains seraient originaires d’Etats africains. D’autres, Libyens et Algériens, auraient précédemment travaillé en Afghanistan au profit des Etats-Unis et d’Israël.
08/03/2012

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/174826-syrie...


1-13 13 officiers français capturés par l’armée syrienne.

Puisqu’aucun média français ne daigne reporter la nouvelle, et qu’il faut se rendre sur les sites Web de journaux étrangers pour s’informer sur une affaire qui devrait pourtant intéresser les Français, nous vous proposons cet article paru dans le très sérieux quotidien anglais The Daily Telegraph, à propos de 13 soldats français qui seraient détenus à Homs en Syrie. Les autorités françaises démentent, et pour cause, en théorie nous ne sommes pas en guerre contre la Syrie et nos troupes n’ont donc rien à faire là-bas. Alors, avons-nous réellement envoyé nos troupes là-bas ? Pourquoi le Parlement n’en a-t-il pas été informé ? L’engagement en Syrie deviendrait-il pour les journalistes français un sujet aussi brûlant et tabou que celui des attentats du 11-Septembre

(savez-vous que 2 ex-sénateurs US viennent de mettre en cause l’Arabie Saoudite ?)

pour qu’il faille attendre des journaux étrangers qu’ils nous en informent ?

 


1-14 Sami  Kleib ;  Les journalistes-combattants de Baba Amr (1ère partie)

La répression de Baba Amr est-elle la plus grande fiction politique depuis le 11-Septembre ?

C’est ce qu’entend démontrer Thierry Meyssan dans un récit exclusif que le Réseau Voltaire publie en épisodes. Dans ce premier volet, il revient sur la prétendue évasion des journalistes occidentaux et montre que certains d’entre eux faisaient partie de l’Armée « syrienne » libre.

Les États membres de l’OTAN et du CCG ne sont pas parvenus à lancer une attaque conventionnelle contre la Syrie. Cependant ils l’ont préparée, dix mois durant, en conduisant une guerre de basse intensité doublée d’une guerre économique et médiatique. La ville de Homs est devenue le symbole de cet affrontement. L’armée « syrienne » libre a investi les quartiers de Baba Amr et d’Inchaat et y a proclamé un Émirat islamique qui donne un aperçu de son projet politique.

Avec le soutien de la Russie –toujours traumatisée par l’expérience de l’Émirat islamique d’Itchkérie– et de la Chine, soucieuses de voir le gouvernement de Damas protéger ses citoyens, l’Armée nationale syrienne a donné l’assaut le 9 février après épuisement de toutes les tentatives de médiation. L’Armée « syrienne » libre, défaite, se retranchait bientôt dans une zone d’environ 40 hectares, qui était immédiatement bouclée par les Forces loyalistes, qui ne cessa de rétrécir et finit par tomber le 1er mars. Pour se venger, les derniers éléments armés de l’Émirat massacrèrent les chrétiens de deux villages qu’ils traversèrent avant de trouver refuge au Liban.

Durant toute cette période, de grands médias ont été utilisés pour masquer la réalité sordide et cruelle de cet Émirat et pour lui substituer une fiction de révolution et de répression. Un soin particulier a été apporté pour faire accroire que des milliers de civils étaient pilonnés par l’artillerie, voire l’aviation, syrienne. Au cœur de ce système de propagande, un Centre de presse utilisé par les chaînes satellitaires de la Coalition : Al-Jazeera (Qatar), Al-Arabiya (Arabie saoudite), France24 (France), BBC (Royaume-Uni) et CNN (États-Unis) et coordonné par des journalistes israéliens.

L’opinion publique en Occident et dans le Golfe peut légitimement se demander qui dit vrai entre la version de l’Organisation du Traité de l’Atlantique-Nord et du Conseil de coopération du Golfe d’un côté, et celle de l’Organisation de Coopération de Shanghai de l’autre. Nous allons tenter de lui apporter des éléments décisifs pour trancher et pour établir la vérité. Nous nous appuierons sur les vidéos diffusées par les chaînes occidentales et du Golfe, les témoignages des survivants recueillis par le bureau du Réseau Voltaire en Syrie, et les documents découverts dans le Centre de presse de l’Émirat.

Le double visage des reporters occidentaux
Des journalistes occidentaux bloqués dans l’Émirat ont lancé des appels de détresse sur le Net.

Deux d’entre eux y apparaissent blessés, le troisième semble en bonne santé. Leurs gouvernements firent de leur extraction une affaire de principe. La France délégua un fonctionnaire pour négocier avec les rebelles. Plusieurs autres États –notamment la Russie–, soucieux de faire descendre la tension au Levant, offrirent leurs bons offices.

J’ai participé à cet effort collectif. En effet, une journaliste française avait refusé une première occasion de fuir avec la Croix-Rouge internationale et le Croissant-Rouge syrien. Craignant un piège, elle n’avait pas saisi la main qui lui était tendue. Ma mission avait deux aspect. D’abord, établir un contact avec mes compatriotes, les informer sur le contexte politique et militaire, et faciliter leur remise à un fonctionnaire français qui les place sous protection diplomatique. Ensuite, je devais rapporter à ceux qui œuvrent pour la paix dans cette région le déroulement exact des événements et évaluer la bonne volonté des protagonistes.

Comme on le sait, les négociations ont échoué. Les délégués des services de renseignement des différents États impliqués ont pu constater que les autorités syriennes et les organisations humanitaires ont fait tout leur possible et que le blocage est exclusivement imputable à l’Armée « syrienne » libre.

Quelle n’a donc pas été la surprise, réelle ou feinte, des différents négociateurs d’apprendre soudainement que les trois journalistes que nous avons tenté d’extraire d’Homs, plus un quatrième qui n’avait pas souhaité notre aide, ont franchi les lignes de l’Armée syrienne libre et celles de l’Armée nationale syrienne pour se rendre par leurs propres moyens au Liban.

Après un instant de confusion et la vérification que les initiatives parallèles de la Russie n’avaient pas plus abouti que les nôtres, nous avons dû constater qu’un commando armé d’une grande nation occidentale a exfiltré les quatre journalistes, et peut-être d’autres personnes, pendant que nous mettions inutilement notre vie en danger. Dans ces conditions je n’aie aucune raison de me taire sur les dessous de cette affaire. J’exclurai uniquement de cet article les références aux fonctionnaires et personnalités impliquées, afin de préserver leurs capacités à agir pour la paix, bien que mentionner certains détails auraient eu une utile valeur pédagogique pour nos lecteurs.

Je ne doute pas que les rescapés de Baba Amr publieront leur version des événements pour consolider la propagande atlantiste. Ils continueront à mentir comme ils n’ont cessé de mentir. C’est pourquoi, je tiens d’abord à témoigner de ce que j’ai vu pour prévenir le tissu de désinformation que l’on est en train de nous tisser.

Selon la version médiatique actuelle, une révolution aurait été sauvagement réprimée. Des journalistes occidentaux, mus par leur seul désir d’informer, seraient venus voir et témoigner. Les insurgés se seraient progressivement retranchés dans le quartier de Baba Amr où ils auraient survécus trois semaines sous un déluge de feu. Leur Centre de presse aurait été bombardé avec des GRAD, des « orgues de Staline », mercredi 22 février 2012. Au cours de ce bombardement, Marie Colson (Sunday Times) et Rémi Ochlik (IP3 Presse) auraient été tués, tandis qu’Édith Bouvier (Le Figaro Magazine) et Paul Conroy (Sunday Times) auraient été blessés. William Daniels (ex-Figaro Magazine et Time Magazine) serait resté avec eux, tandis que Javier Espinosa (El Mundo) se serait séparé du groupe.

Les survivants ont posté quatre vidéos sur le Net qui nous racontent une bien étrange histoire.

La mort de Marie Colvin et de Rémi Ochlik
La mort de Marie Colvin et de Rémi Ochlik nous est connue par une vidéo fournie par l’Armée « syrienne » libre. Leurs corps ont été retrouvés après la chute de l’Émirat et ont été identifiés par les ambassadeurs de France et de Pologne (représentant son homologue états-unien).

Marie Colson était connue pour le chic de ses tenues et le contraste dont elle jouait entre la finesse de ses atours féminins et la dureté du bandeau qui cachait son œil perdu. La vidéo, sur laquelle on voit uniquement de dos deux corps gisants au sol, est authentique et a été validée par divers médias qui l’ont diffusée. Les deux journalistes apparaissent en tenue de combat. Il conviendrait de se demander pourquoi ce détail, qui contrevient sur un champ de bataille au statut de non-combattant des journalistes, n’a pas soulevé d’interrogations du public, ni de commentaires indignés de la profession.

Les blessés Édith Bouvier et Paul Conroy au dispensaire
Sur la seconde vidéo, le représentant du Croissant-Rouge syrien dans l’Émirat, le docteur Ali, un dentiste du quartier qui s’est dévoué avec courage aux blessés, présente Édith Bouvier et Paul Conroy allongés sur des lits dans dans ce qui semble être une sorte de dispensaire hospitalier. Puis, une soldat de l’Armée « syrienne » libre qui se fait appeler « Docteur Mohammed », portant blouse bleue et stéthoscope, livre un commentaire révolutionnaire.

Trois éléments doivent être relevés :
- Édith Bouvier refuse de décliner son identité, qui est cependant révélée aux spectateurs, et tente de cacher son visage.
- Paul Conroy roule des yeux à la fois inquiets et réprobateurs.
- « Docteur Mohammed » est une star des vidéos de l’opposition syrienne. Il joue le rôle d’un médecin révolutionnaire, alors qu’il n’est pas médecin. Il s’exprime dans un langage approximatif, sans aucun vocabulaire médical, mais avec des références salafistes.

Tout laisse à penser que « Docteur Mohammed » a profité de la situation pour faire participer le vrai médecin et les deux journalistes à une petite mise en scène dramatisant outrageusement la situation.

Nouveau message de Paul Conroy depuis sa chambre
Dans une troisième vidéo, le photographe britannique Paul Conroy est à l’écart, allongé sur un canapé, après avoir reçu des soins. Il demande de l’aide. Il s’applique à préciser qu’il est invité et pas prisonnier.
Il semble aussi mal à l’aise que la première fois et glisse des indications aux spectateurs. Il appelle des « agences globales » à intervenir car « elles travaillent pour les mêmes objectifs sur le terrain ». Quelles sont donc ces « agences globales » qui auraient le pouvoir de l’extraire de l’Émirat ? Il ne peut s’agir que d’agences publiques, qu’elles soient intergouvernementales comme celles de l’ONU, ou nationales comme des agences de renseignement. Que signifie : « travailler pour les mêmes objectifs sur le terrain » ? Il ne peut faire référence à une activité des Nations Unies, puisqu’elles n’ont pas vocation à faire du journalisme. La seule interprétation possible est qu’il appelle des agences de renseignement alliées en évoquant son appartenance à une agence de renseignement britannique.


À la différence de Marie Colson qu’il accompagnait comme photographe pour ses reportages dans le Sunday Times Paul Conroy ne porte pas d’uniforme sur le champ de bataille, mais il n’en a pas besoin pour se faire identifier.

« Docteur Mohammed » intervient alors pour nous faire part de son diagnostic. Paul Conroy aurait été blessé la veille à la jambe par un missile GRAD. Il nous montre une jambe au bandage immaculé. Malgré l’extrême gravité de la blessure et sa fraîcheur, la jambe n’est aucunement tuméfiée. « Docteur Mohammed » n’a pas usurpé son surnom : sans avoir de formation médicale, il réalise des prodiges médicaux.
À la fin de son intervention, Paul Conroy ajoute un message pour rassurer « sa famille et ses amis en Angleterre » : « Je vais parfaitement bien ». Si le sens caché a échappé à « Docteur Mohammed », ceux qui savent que Paul Conroy est Irlandais du Nord, pas Anglais, n’ont pas de mal à décrypter. Le « photographe » s’adresse à la hiérarchie de l’agence militaire britannique pour laquelle il travaille et signale que cette comédie ne doit pas induire en erreur, il est en bonne santé.
Cette fois, c’est Paul Conroy qui semble utiliser la mise en scène de « Docteur Mohammed » pour faire passer son message, alors qu’il est immobilisé par sa blessure.

Nouveau message d’Édith Bouvier et de son compagnon
Dans une quatrième vidéo, tournée et diffusée la même journée, Édith Bouvier, allongée sur son lit d’infortune appelle à l’aide. Elle demande (1) « la mise en place d’un cessez-le-feu » et (2) « une voiture médicalisée qui la conduise jusqu’au Liban », afin qu’elle puisse y être rapidement traitée.

Vu que les besoins exprimés sont ceux d’une trêve pour laisser circuler une ambulance et d’un transport dans un hôpital pour y être soignée, ces revendications sont absolument incongrues.
- (1) Un cessez-le-feu est un accord qui suspend la totalité des hostilités entre les parties durant une négociation politique, tandis qu’une trêve est une interruption des combats, dans une zone déterminée et durant une période déterminée, pour laisser passer des personnes ou du matériel humanitaire.
- (2) De plus, être conduite au Liban implique une amnistie pour le délit d’immigration illégale, Édith Bouvier étant entrée clandestinement en Syrie aux côtés des rebelles.

Force est de constater que ces deux exigences ne sont pas argumentées, mais correspondent à la création d’un « couloir humanitaire » au sens où l’entend le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé.

Alain Juppé est malheureusement connu pour sa facilité à inverser les rôles et son usage des « couloirs humanitaires ». En 1994, il avait obtenu du Conseil de sécurité des Nations Unies une résolution autorisant l’opération Turquoise, c’est-à-dire la création d’un « couloir humanitaire » pour permettre à la population hutu du Rwanda de ne pas être massacrée à son tour en vengeance des crimes commis par le Hutu Power principalement contre la population tutsie. On sait aujourd’hui que ce couloir n’était pas qu’humanitaire. Il permit à la France d’exfiltrer les génocidaires mêlés aux civils, afin de leur éviter d’avoir à répondre de leurs crimes. Alain Juppé cherche cette fois à exfiltrer les groupes armés responsables des tueries en Syrie.

Il convient donc de constater qu’Édith Bouvier n’exprime pas des besoins personnels, mais que ses exigences correspondent aux intérêts de l’Armée « syrienne » libre tels que la France les défend.

Il n’est pas surprenant que la journaliste se fasse la porte-parole d’Alain Juppé. Elle a été engagée au groupe Le Figaro par Georges Malbrunot. Selon les autorités syriennes, ce dernier était dans les années 80 l’agent de liaison de la DGSE avec les Frères musulmans. Il fut arrêté à Hama, puis restitué aux autorités française à la demande expresse du président François Mitterrand.

Dans la séquence suivante, « Docteur Mohammed » explique la situation, tandis que son compagnon le photographe William Daniels (pigiste au Figaro-Magazine, puis à Time Magazine) insiste sur l’urgence de la situation. Les déclarations en arabe sont traduites en anglais par un quatrième personnage que l’on ne voit pas à l’écran. Enfin un cinquième intervenant, le jeune Khaled Abou Saleh, apporte une conclusion révolutionnaire au petit film.

Alors que dans les premières vidéos Édith comme Paul refusaient manifestement de coopérer avec « Docteur Mohammed », elle joue cette fois le jeu de bonne grâce.

Le jeune Khaled Abou Saleh est le chef de Centre de presse de l’Armée « syrienne » libre. D’après les journalistes qui ont utilisé cette installation, le Centre, placé dans un immeuble vétuste, était équipée de tout le matériel hi-tech nécessaire. Les journalistes pouvaient y faire leurs montages, et disposaient du matériel satellitaire pour des diffusions en direct. Certains ironisaient en comparant le niveau informatique du Centre à celui de l’Armée nationale syrienne, qui persiste à utiliser des systèmes de transmission archaïques.

On ne dispose d’aucune information sur les généreux sponsors qui ont offert cette installation dernier cri. Mais on dispose d’une indication lorsque l’on s’intéresse aux activités professionnelles de Khaled Abou Saleh. Le jeune révolutionnaire est lui-même journaliste. Il est correspondant permanent à Al-Jazeera, qui en outre publie son blog son site internet, et pigiste à France24, où il apparaît comme collaborateur de la rubrique « Les Observateurs ». Or, ces deux télévisions satellitaires forment l’avant-garde de la propagande de l’OTAN et du CCG pour justifier un changement de régime en Syrie, comme elles le firent pour en justifier un en Libye.

À titre d’exemple sur la déontologie de la chaîne publique française, le 7 juin 2011, France24 avait diffusé en direct une intervention téléphonique émouvante de l’ambassadrice de Syrie en France, Lamia Shakkour, annonçant sa démission pour protester contre les massacres dans son pays. Immédiatement la machine diplomatique française exerçait des pressions sur l’ensemble des ambassadeurs de Syrie dans le monde pour qu’ils suivent ce bel exemple. Las ! Bien que Renée Kaplan, la directrice-adjointe de la rédaction de France24, ait juré que la voix diffusée était celle de l’ambassadrice qu’elle connaissait bien, il s’agissait en fait de celle de l’épouse du journaliste, Fahd Alargha-Almasri. L’intoxication fit long feu [1].

Sous l’impulsion d’Alain de Pouzilhac et de Christine Ockrent-Kouchner, France24 et RFI ont cessé d’être des organes d’information pour devenir des instruments du dispositif militaro-diplomatique français. Ainsi, le 5 juillet 2011, Alain de Pouzilhac, en qualité de PDG de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF) signait un protocole d’accord avec Mahmoud Shammam, ministre de l’Information des rebelles libyens. Il s’engageait à créer des médias anti-Kadhafi et à former le personnel nécessaire pour faciliter le renversement du « Guide » libyen. Cette annonce avait soulevé la colère des journalistes de France24 et de RFI, furieux d’être instrumentés dans cette entreprise de propagande. Tout laisse à penser que des dispositions de même nature ont été prises pour encourager « le journalisme citoyen » des « révolutionnaires syriens ». Si c’est le cas, le rôle de Khaled Abou Saleh ne se limite pas à des correspondances et à des piges, il est un acteur clé de la fabrication de fausses informations pour le compte du dispositif militaro-diplomatique de la France.

Précédemment, Édith Bouvier était rétive à la mise en scène. Au contraire, cette fois, elle collabore avec son collègue de France24 et enregistre un appel à l’aide qui vise à manipuler la compassion des spectateurs pour justifier la mise en place d’un « couloir humanitaire », tel que celui dont Alain Juppé a besoin pour évacuer les mercenaires de l’Armée « syrienne » libre et leurs instructeurs occidentaux.

Premières conclusions
À ce stade de l’étude des vidéos, j’ai émis plusieurs hypothèses de travail.

- L’équipe du Sunday Times (Marie Colson et Paul Conroy) travaillait pour le MI6, tandis que l’envoyée du Figaro Magazine (Édith Bouvier) travaillait pour la DGSE.
- « Docteur Mohammed » a profité de ce que les journalistes soient alités pour enregistrer deux vidéos de plus, mais Paul Conroy en a profité pour adresser un message de détresse aux alliés.
- En définitive le pigiste de France24, Khaled Abou Saleh, a mis en scène la revendication d’Alain Juppé.
Échec des négociations ou changement de négociation ?
Tout au long des négociations, j’ai pu apporter divers éclairages qui ont été pris en considération. Mais chaque fois que j’ai évoqué les remarques ci-dessus, il m’a été répondu que ce n’était pas le moment. Il apparaissait que l’Armée « syrienne » libre refusait de laisser sortir les journalistes. L’urgence était de les sauver. On s’occuperait plus tard du statut réel de chacun.

Samedi 25 au soir, les négociations avaient échoué. Pour rétablir le contact avec les takfiristes, les Syriens cherchaient un cheikh modéré avec qui ils acceptent de parler, mais tous les religieux contactés se désistaient les uns après les autres de peur des conséquences. Fallait-il camper sur place pour pouvoir reprendre la discussion dès qu’un cheikh se présenterait ? Ou fallait-il rentrer se reposer en sécurité à Damas ?

C’est en définitive des autorités militaires syriennes que vint la réponse. Nous étions invités à rentrer et nous serions informés lorsqu’une nouvelle occasion de négociation se ferait jour. De retour dans la capitale, un SMS nous informa que les négociations étaient suspendues pour 48 heures.

Suspendues ne signifiait pas que nous pouvions nous divertir dimanche et lundi pendant que des confrères et des compatriotes étaient en danger de mort, mais que durant 48 heures une autre négociation était en cours. Sur le moment, j’ai cru que le relai avait été pris par nos amis russes.

Mardi matin, j’étais réveillé par une amie, reporter de guerre pour un grand média français, qui me téléphonais en m’apprenant l’arrivée de Paul Conroy et probablement des autres journalistes à Beyrouth. J’étais interloqué. Je réveillais à mon tour un haut responsable syrien qui manifesta sa perplexité. De coup de fil en coup de fil, personne à Damas ne savait quoi que ce soit, ou ne voulait parler.

En définitive, je découvris qu’un accord avait été négocié par le général Assef Chawkat avec une haute personnalité française de ses amis pour trouver une solution politique à cet imbroglio. Les Forces loyalistes ont ouvert leurs lignes pour laisser passer nuitamment les conseillers militaires français et les journalistes vers le Liban. Au petit matin, l’Armée « syrienne » libre a découvert leur fuite. Comprenant qu’ils étaient abandonnés, les mercenaires décidèrent de se rendre, abandonnant leur propre arsenal, tandis que les islamistes refusèrent les dernières sommations. Le général Assef Chawkat donna l’assaut final et prit l’Émirat en quelques heures, délivrant de la tyrannie islamiste les civils qui y étaient enfermés.
Depuis son quartier général à l’étranger, l’Armée « syrienne » libre –désormais réduite à pas grand-chose– annonça son « repli stratégique ». La nature ayant horreur du vide, le Conseil national syrien basé lui aussi à l’étranger annonça la création d’un Comité militaire composé d’experts syriens et surtout étrangers. En quatre jours, la question militaire s’est déplacée du champ de bataille syrien aux confortables salons des grands hôtels parisiens.
À suivre…
http://www.voltairenet.org/fr

 

Sami KLEIB



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Commentaires

Super sympa ce site. Je partage

Écrit par : casque bluetooth | 10/04/2014

Les commentaires sont fermés.