Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/05/2012

n°503 - journal de l'Afghanistan -24-04 au 10-05 - a1 - Engagement américain à protéger (.) l'Afghanistan pendant 10 ans.

n°503 - journal de l'Afghanistan -24-04 au 10-05 - a1 - Engagement américain à protéger (.) l'Afghanistan pendant 10 ans.


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



journal de l'Afghanistan

n° 503- du 24-04 au 10-05

C.De Broeder & M.Lemaire



Avant propos

La guerre menée par le terrorisme contre ses adversaires déclarés est tout à fait invraisemblable.

Pour être crédible, cette histoire exigerait triplement et simultanément une excessive stupidité des terroristes, une incompétence extravagante des services policiers, et une folle irresponsabilité des médias. Cette invraisemblance est telle qu'il est impossible d'admettre que le terrorisme soit réellement ce qu'il prétend être’.

(MICHEL BOUNAN)

 

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

Ps : Avant de vous lancer dans la lecture du journal, noter ceci: 'Al Qaïda'  & Al-Zarqaoui, Mollah Omar  = concept réducteur inventé par les Usa, pour désigner la résistance. Idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes



 Le "journal de l'Afghanistan" est  visible :

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site : 

 www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

c) sur le site de Robert Bibeau :  http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) sur le site de eva R-sistons: - http://no-war.over-blog.com/

 

Si vous voulez nous contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

Tiré à part

Engagement américain à protéger (…) l’Afghanistan pendant 10 ans…

Les résistants dénoncent l'accord illégitime signé par Kaboul avec les USA .  . 

Dommages Collatéraux...

Xinhua : 14 civils tués dans des raids aériens de l'OTAN.

L’OTAN admet une bavure

1 Analyse & déclaration

a)Paroles & action des résistants

Explosion des camions de l'OTAN, dans le Nord  

2 Politique

a) Les collaborateurs afghans

Karzai

Karzaï menace de geler l'accord signé avec Obama.

b) Les occupants 

1) Usa

Obama

Obamapromet un "jour nouveau" aux Américains

Crimes de guerre en Afghanistan et les manœuvres de diversion US…

Occupation de l'Afghanistan

Ria Novosti : Attentats à Kaboul en réaction à la visite d'Obama.

Dans le monde

Belgique

M. Dallemagne s'étonne du projet de maintien de militaires après 2014.

 



Tiré à part

Engagement américain à protéger (…) l’Afghanistan pendant 10 ans…
L’accord de partenariat stratégique préparé par l’Afghanistan et les Etats Unis prévoit l’engagement de Washington à protéger Kaboul durant dix ans après le retrait des troupes américaines prévu fin 2014, a-t-on annoncé mardi de source gouvernementale afghane.
Dimanche, la présidence afghane avait annoncé dans un communiqué que le projet d’accord sur le partenariat à long terme entre l’Afghanistan et les Etats-Unis a été finalisé et paraphé le jour même à Kaboul par les responsables des deux délégations chargées des négociations à Kaboul.
Jugeant l’accord « très important », le vice-ministre afghan des Affaires étrangères, Jawed Ludin, a confirmé mardi l’engagement militaire américain à protéger l’Afghanistan pendant dix ans, sans toutefois divulguer l’intégralité de l’accord qui doit être signé par les présidents afghan Hamid Karzaï et américain Barack Obama. Le diplomate afghan a souligné devant des journalistes que le projet d’accord ne devait pas être vu comme une menace pour la sécurité des Etats voisins de l’Afghanistan.
« Nous avons bien souligné dans ce document qu’il ne doit pas être utilisé contre un pays tiers », a-t-il déclaré. « Nous voulons montrer à nos voisins que l’Afghanistan est une force positive, et peut l’être encore plus, pour la paix et la stabilité de la région, et ils devraient considérer cet accord comme tel », a-t-il insisté.
Concluant que cet accord est « le meilleur moyen pour assurer la sécurité de l’Afghanistan », M. Ludin a souligné que son pays « a eu de mauvaises expériences ». « Nous avons besoin de garanties, et en même temps de pouvoir être forts face à des menaces telles que le terrorisme », a-t-il dit.
L’accord, intitulé « Accord de Partenariat stratégique durable entre l’Afghanistan et les Etats-Unis », conforterait un partenariat stratégique à long terme « entre deux Etats souverains égaux », avait indiqué l’ambassadeur des Etats-Unis. Kaboul a déjà posé deux conditions préalables pour signer l’accord, le transfert aux autorités afghanes du contrôle de la prison de Bagram et la fin des raids nocturnes des forces internationales contre les résistants résistants.

 24/04/2012

http://www.algerie1.com/international-2/engagement-americain-a-proteger-lafghanistan-pendant-10-ans/


Les résistants dénoncent l'accord illégitime signé par Kaboul avec les USA . 

Les rebelles résistants ont dénoncé l'accord de partenariat américano-afghan illégitime signé dans la nuit de mardi à mercredi par les présidents Barack Obama et Hamid Karzaï, qui encadre les conditions d'une présence de soldats américains en Afghanistan jusqu'en 2024.
Le prétendu pacte stratégique américano-afghan a été signé la nuit dernière (...) entre Barack Obama et sa marionnette Hamid Karzaï à Kaboul, déclarent les résistants dans un communiqué publié sur un de leurs sites internet, la Voix du Jihad.
Les rebelles y considèrent ce document comme un acte de vente de l'Afghanistan établi par une marionnette sans pouvoir (Hamid Karzaï, NDLR) à son maître et envahisseur, et le condamnent dans les termes les plus forts.
En tant que véritables représentants de la nation islamique d'Afghanistan, les résistants ajoutent qu'ils continueront de toutes leurs forces à mener la guerre sainte contre toutes les mesures contenues dans ce document illégitime et jusqu'au retrait total d'Afghanistan de tous les envahisseurs et de leurs marionnettes.
Chassés du pouvoir par les Etats-Unis à la fin 2001, les résistants mènent depuis une tenace rébellion contre le gouvernement pro-occidental de Kaboul et son allié de la force internationale de Otan (Isaf).
Cette dernière, dirigée par les Etats-Unis et composée à plus des deux tiers de soldats américains, compte également des contingents d'une quarantaine de pays et prévoit de retirer toutes ses troupes de combat du pays d'ici à la fin 2014.
Seules des troupes américaines, à part peut-être des contingents résiduels de formateurs étrangers, resteraient ainsi dans le pays au delà de cette date à laquelle l'Isaf aura en principe transmis aux forces du gouvernement afghan la responsabilité de la sécurité du pays.

02/05/2012

http://ouaga226.net/201205027147/les-résistants-denoncent-l-accord-illegitime-signe-par-kaboul-avec-les-usa.html



Dommages Collatéraux...

Xinhua : 14 civils tués dans des raids aériens de l'OTAN.

Quatorze civils ont été tués et six autres blessés alors que des avions de combat de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) dirigée par l'OTAN ont bombardé lundi les cachettes suspectes de résistants dans la province de Badghis, à 555 km au nord-ouest de Kaboul, capitale afghane, ont fait savoir mardi des responsables locaux.
"Les avions de l'ISAF ont attaqué les cachettes suspectes des résistants dans le district de Balamirghab lundi à l'aube, mais ont bombardé par erreur les bâtiments résidentiels, faisant 14 civils morts, y compris des femmes et des enfants, et six autres blessés", a indiqué à l'agence de presse Xinhua le porte-parole de l'administration provinciale Sharif Majidi.
Il a également fait savoir que la zone affectée était considérée comme foyer des résistants, où les résistants lancent souvent des attaques contre des convois des forces de sécurité.
Pour sa part, le porte-parole de la police locale Abdul Rauf Ahmadi a également confirmé l'incident, en précisant que 14 civils avaient été tués.
Dans le même temps, dans un communiqué publié lundi soir par son bureau, le président Hamid
Karzaï a demandé aux autorités concernées de mener des enquêtes sur les incidents similaires qui se sont produits ces derniers jours dans les provinces de Badghis, de Logar, de Kapisa et d'Helmand.

Source: xinhua

L’OTAN admet une bavure

L'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan, a admis mardi sa responsabilité dans la mort d'une famille afghane dans le sud du pays la semaine dernière. Lundi soir, le président Hamid Karzaï a menacé de suspendre le partenariat stratégique signé la semaine passée avec le président des Etats-Unis Barack Obama si les pertes civiles se poursuivaient.

"A ce niveau de l'enquête, nous pouvons confirmer l'incident survenu dans le Helmand (sud). Nous nous excuserons officiellement auprès de la famille dans les jours à venir", a déclaré le lieutenant-colonel Stewart Upton, un porte-parole de l'Isaf. "Nous sommes profondément attristés par les morts de civils et regrettons particulièrement quand des civils sont tués à la suite d'actions de l'Isaf", a-t-il poursuivi.

Le bureau du gouverneur de la province du Helmand a indiqué par communiqué que la famille a été tuée non intentionnellement vendredi dans un bombardement aérien consécutif à l'attaque de postes de contrôle de l'Isaf par des résistants. "Malheureusement, six membres de la famille, qui comprennent deux garçons, trois filles et une femme ont été tués à la suite de l'incident", d'après ce texte, qui ajoute que l'Isaf s'était excusée et avait promis d'aider les membres restants de cette famille.

Le président Karzaï a convoqué lundi le commandant de l'Isaf, le général américain John Allen, et l'ambassadeur des Etats-Unis à Kaboul, Ryan Crocker, pour une "réunion d'urgence". L'Isaf a indiqué enquêter sur les trois autres incidents mentionnés par le président afghan, sans plus de précision…

!

 8 mai

http://www.europe1.fr/International/Afghanistan-l-OTAN-admet-une-bavure-1074435/



1 Analyse& déclaration

a) Paroles & action des résistants

Explosion des camions de l'OTAN, dans le Nord  

Les Résistants ont fait exploser deux camions transportant des équipements nécessaires à l'OTAN, dans le Nord de l'Afghanistan.

Les membres de ce groupe ont attaqué, samedi soir,  un groupe de forces américaines, dans la province de Beghlan, a déclaré Zabihullah moudjahid.  

Lors de cette attaque, deux camions de l'OTAN  ont été détruits, selon Moudjahid. L'OTAN n'a pas encore réagi à cette information.

06/05/2012

IRIB


b) Troupes d'occupation : Analyse& déclaration

France.

Le retrait des troupes françaises conditionné à l’accord de l’Otan

Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a rappelé, lundi à Bordeaux, que le retrait des unités combattantes françaises d’Afghanistan fin 2012 était conditionné à l’accord des autres pays membres de la coalition de l’Otan.

« Le nouveau président de la République pense qu’il peut opérer ce retrait d’ici fin 2012, on verra s’il obtient un accord de nos partenaires lors du sommet de Chicago », a souligné M. Juppé, lors d’un point presse à Bordeaux. M. Juppé faisait référence au sommet de l’Otan qui se tiendra les 20 et 21 mai dans cette ville du nord-est des Etats-Unis, et auquel le socialiste François Hollande participera en tant que nouveau chef de l’Etat français.

Par ailleurs, le maire de Bordeaux a rappelé que la France va « commencer à organiser le retrait, qui a déjà commencé, avec achèvement en 2013 ». Les forces de sécurité afghanes sont prêtes à reprendre pleinement le contrôle des territoires dont l’armée française a la charge si celle-ci entame un retrait anticipé fin 2012, comme le souhaite le président élu François Hollande, a pour sa part fait savoir Kaboul lundi.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Afghanistan.-Le-retrait-des-troupes-francaises-conditionne-a-l-accord-de-l-Otan_6346-2074694-fils-tous_filDMA.Htm



2 Politique

a) Les collaborateurs afghans

Karzai

Karzaï menace de geler l'accord signé avec Obama.

Le président afghan Hamid Karzaï a menacé lundi Washington de geler l'accord de partenariat stratégique de long terme signé récemment par les deux pays si la force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) ne faisait pas plus d'efforts pour éviter de tuer des civils lors de ses opérations. M. Karzaï a lancé cet avertissement au commandant de l'Isaf, le général américain John Allen, et à l'ambassadeur des Etats-Unis à Kaboul, Ryan Crocker, qu'il avait convoqués dans l'après-midi pour une "réunion d'urgence" au palais présidentiel à propos des victimes civiles de l'Isaf, indique un communiqué publié par la présidence afghane. Selon lui, l'Isaf a tué plusieurs dizaines de civils, dont des femmes et des enfants, dans des bombardements depuis la semaine dernière.M. Karzaï leur "a fait part de ses inquiétudes à propos des victimes civiles" tuées ou blessées ces derniers jours dans les quatre provinces du Logar (sud de Kaboul), du Helmand (sud), de Kapisa (nord-est) et de Badghis (nord-ouest)."Si les vies des Afghans ne sont pas mieux protégées, l'accord de partenariat stratégique (américano-afghan) perdra de sa substance", a mis en garde M. Karzaï, cité par le communiqué. Le général Allen a indiqué accepter la responsabilité des conséquences de ces bombardements, exprimé ses condoléances aux familles des victimes et s'est engagé auprès de M. Karzaï à "mener des enquêtes approfondies" et à lui communiquer leurs résultats, a indiqué un porte-parole de l'Isaf.

Selon des responsables locaux afghans, les bombardements de l'Isaf auraient tué au moins 15 personnes à Badghis samedi et six dans le Helmand vendredi. Les victimes civiles des bombardements et raids de l'Isaf sont un sujet de friction récurrent entre M. Karzaï, qui dénonce des meurtres de civils injustifiés et impunis, et ses alliés de l'Otan, qui jugent ces opérations indispensables pour tenter de vaincre la rébellion menée par les résistants.L'accord signé mercredi dernier à Kaboul par M. Karzaï et son homologue américain Barack Obama encadre les conditions d'une présence de soldats américains en Afghanistan jusqu'en 2024, alors que les troupes de combat internationales de l'Isaf ont, elles, prévu de se retirer à la fin 2014.Il engage Kaboul à donner "accès aux forces américaines jusqu'à 2014 et au-delà". Mais il n'entérine ni des bases militaires permanentes en Afghanistan ni une éventuelle immunité des soldats américains qui resteront dans le pays après 2014, deux sujets de tension entre les deux gouvernements.En Irak, un désaccord persistant entre Washington et Bagdad sur l'immunité des soldats américains avait fait capoter le projet d'accord bilatéral similaire.Jeudi, au lendemain de la signature de l'accord, M. Karzaï avait prévenu que Kaboul et Washington devraient encore mener des "négociations encore plus difficiles" incluant "des sujets très sensibles" pour le compléter.Près de 120.000 soldats étrangers, aux deux tiers américains, sont déployés en Afghanistan sous la bannière de l'Isaf pour soutenir le fragile gouvernement de Kaboul face aux résistants. Selon des sources militaires américaines, Washington envisage de laisser environ 15.000 soldats sur place après la fin 2014.Les civils sont les premières victimes du conflit afghan, et leur nombre augmente d'année en année. Selon l'ONU, un peu plus de 3.000 ont ainsi été tués en 2011, un record, la plupart victimes d'attaques rebelles.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120507.AFP5481/afghanistan-karzai-menace-de-geler-l-accord-signe-avec-obama.html



b) Les occupants 

1) Usa

Obama

Obamapromet un "jour nouveau" aux Américains

Un après la mort de Ben Laden, le président américain était en visite surprise à Kaboul.

Son départ a été suivi d'exposions.

Barack Obama avec son homologue Amid Karzaï, en visite surprise à Kaboul, a signé un accord stratégique avec l'Etat Afghan et a tenu à rassurer les GI's. (CHARLES DHARAPAK/AP/SIPA)

Mots-clés : Barack Obama, visite, Afghanistan, Al-Quaïda, Kaboul, explosions

Deux explosions ont secoué Kaboul mercredi 2 mai peu après le départ du président américain Barack Obama, en visite surprise dans la capitale afghane où il a promis aux Américains "un nouveau jour" après plus d'une décennie de guerre.

Une de ces déflagrations est due à un attentat suicide à la voiture piégée survenu sur Jalalabad road où se trouvent plusieurs bases militaires étrangères, a indiqué le chef de la police de Kaboul, Mohammad Ayoub Salangi.

D'après les témoins des attaques, celles-ci ont fait plusieurs victimes, et visé une pension où résident des étrangers.

L'ambassade américaine a pris des mesures de confinement et fait résonner ses sirènes d'alerte en appelant son personnel à "se mettre à l'abri et à s'éloigner des fenêtres".

Regain de violences

Alors que la coalition internationale doit se retirer en 2014 pour transférer la sécurité aux forces afghanes, ces explosions, survenues peu après le départ de Barack Obama, témoignent du regain d'activité des résistants. Plus de dix ans après l'invasion des forces de l'Otan pour les chasser du pouvoir, les fondamentalistes reviennent sur le devant de la scène. 

Le 15 avril, les résistants avaient lancé six attaques coordonnées à travers le pays. Ces attaques, les plus massives en plus de 10 ans de conflit, avaient fait 47 morts, dont 36 parmi les résistants.

Lors de cette visite qui aura duré six heures dans la nuit de mardi à mercredi, un an exactement après l'élimination d'Oussama Ben Laden au Pakistan, Barack Obama a promis "un nouveau jour" aux Américains. Les GI's ont payé un lourd tribut avec 1.957 soldats tués en Afghanistan depuis 2001, selon le site icasualties.org qui compile des statistiques de l'Isaf.

Accord stratégique avec Hamid Karzaï

Il a aussi signé un accord de partenariat stratégique avec son homologue afghan Hamid Karzaï, encadrant les conditions d'une présence de soldats américains dans son pays jusqu'en 2024. Cet accord ne prévoit pas de bases militaires permanentes en Afghanistan mais engage ce pays à donner "accès et jouissance aux forces américaines jusqu'à 2014 et au delà".

Il prévoit la possibilité que des forces américaines y restent après cette date pour "former les forces afghanes et viser [les éléments] d'Al-Qaïda restants", selon la Maison Blanche.

Toujours selon la même source, "les Etats-Unis vont aussi désigner l'Afghanistan 'allié majeur non membre de l'Otan' [un statut privilégié déjà accordé à des pays comme le Japon, la Jordanie ou l'Egypte, NDLR]" . Mais ce partenariat "n'engage pas les Etats-Unis sur un nombre de soldats ou un niveau de financement à l'avenir".

Vaincre Al-Qaïda "est à notre portée"

Lors de son discours depuis la base aérienne de Bagram, diffusé mardi en début de soirée sur la côte Est américaine compte tenu du décalage horaire, Barack Obama a affirmé que vaincre Al-Qaïda était "désormais à notre portée" et renouvelé son appel aux résistants pour qu'ils participent à la réconciliation nationale.

Mais Barack Obama, qui va briguer dans six mois un second mandat de quatre ans, s'est surtout adressé à ses compatriotes. Un discours qui intervient près de 11 ans après que les Etats-Unis ont envahi l'Afghanistan dans la foulée du 11-Septembre, puis renversé le régime des résistants qui avait donné asile à Al-Qaïda et leur chef Oussama ben Laden.

"Je reconnais que de nombreux Américains en ont assez de la guerre (...) Je ne laisserai pas des Américains en danger un seul jour de plus qu'absolument nécessaire pour notre sécurité nationale. Mais nous devons finir le travail que nous avons entrepris en Afghanistan et mettre fin à cette guerre de façon responsable", a-t-il plaidé.

Un "nouveau jour"

"Nous avons évolué pendant plus d'une décennie sous les nuages noirs de la guerre. Pourtant ici, dans l'obscurité qui précède l'aube de l'Afghanistan, nous distinguons la lueur d'un nouveau jour poindre à l'horizon", a aussi affirmé le président américain. "Cette période de guerre a commencé en Afghanistan, et c'est là qu'elle prendra fin", a encore martelé l'hôte de la Maison Blanche, en évoquant la nécessité de se concentrer désormais sur la situation économique aux Etats-Unis.

Ce voyage-éclair a eu lieu alors que Barack Obama était déjà accusé par son opposition républicaine d'utiliser à des fins électorales la mort de Ben Laden, le 2 mai 2011 lors d'un raid de commandos américains au Pakistan. Les Etats-Unis entretiennent encore 87.000 soldats en Afghanistan, de loin le plus gros contingent de la force de l'Otan (Isaf), qui compte au total 130.000 militaires.

Malgré la résistance la sécurité s'améliore en Afghanistan, notamment grâce à la montée en puissance des forces afghanes, a indiqué le Pentagone dans un rapport publié mardi. Mais les sanctuaires des résistants au Pakistan et la corruption restent un problème.

Barack Obama, qui a envoyé des dizaines de milliers de GI's supplémentaires en Afghanistan dans les mois qui ont suivi son arrivée au pouvoir, fait face à une opinion publique majoritairement favorable à un retrait rapide des troupes. Face aux soldats réunis à Bagram, Barack Obama a reconnu que leur mission serait encore marquée par "du chagrin, des douleurs et des difficultés", mais qu'il existait "une lumière au bout du tunnel grâce aux sacrifices que vous avez consentis".

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120502.OBS7455/barack-obama-promet-un-jour-nouveau-aux-americains.html


Crimes de guerre en Afghanistan et les manœuvres de diversion US…  

Alors que les oppositions à la poursuite de l’occupation de l’Afghanistan s’intensifient, de jour en jour, les autorités américaines tentent de détourner l’attention de l’opinion publique des crimes commis par les forces américaines, dans ce pays, en essayant de les faire passer pour des comportements personnels, afin d’apaiser, ainsi, la colère et la rancune du peuple afghan envers les occupants.
"Le récent comportement des militaires américains, en Afghanistan, ont porté atteinte à la mission de l’armée américaine, dans ce pays", a déclaré le secrétaire américain à la Défense, Léon Panetta. "La diffusion des images et des vidéos des crimes des forces américaines et de l’OTAN, qui ont fait la Une des médiaux internationaux, ont porté préjudice à la mission de Washington et à son statut mondial, mettant en danger la vie des forces américaines", a-t-il ajouté, lors d’une conférence de presse, en Géorgie. Ces déclarations sont à prendre en considération sous deux aspects : primo, elles suggèrent que les crimes des forces américaines commis, en Afghanistan, sont de caractère personnel, secundo, elles témoignent de l’inquiétude des Américains, quant aux révélations sur ces crimes. Ces déclarations montrent, également, que la plupart de leurs crimes ne sont pas révélés, en raison d’un intense Black out. La diffusion des images des crimes des forces américaines, en Afghanistan, par les différents médias, notamment, américains et allemands, a révélé, en partie, non seulement, les crimes des militaires américains, en Afghanistan, mais encore, a soulevé une vaste vague de condamnations et de critiques envers le bilan de ces forces, en Afghanistan. Le massacre des civils afghans, par les militaires américains et de l’OTAN, pour se distraire, en coupant les doigts de leurs victimes, tout en se surpassant les uns les autres dans l’horreur, de même que lancer des grenades dans les maisons des habitants des villages, en les mitraillant, constituent une partie des crimes commis par les soldats américains et l’OTAN, déployés, en Afghanistan, qui ont provoqué plus que par le passé la colère et l’indignation du peuple afghan et des milieux régionaux et internationaux contre les Etats-Unis et l’OTAN. De l’avis des observateurs politiques, le manque de sincérité de Panetta, dans ses déclarations, est flagrant, d’autant plus que l’appareil judiciaire de l’Armée américaine n’a, jusqu’à présent, jugé personne, pour ce qu’eux mêmes appellent un mauvais comportement répréhensible, tandis que l’armée américaine, en soutenant les militaires criminels, les encourage, d’une certaine manière, à commettre leurs crimes. C’est pour cette raison que le peuple afghan est inquiet de l’immunité judiciaire que Washington tente d’imposer, dans le cadre d’un traité sécuritaire passé avec le gouvernement afghan.

05/05/2012

IRIB-


Occupation de l'Afghanistan

Ria Novosti: Attentats à Kaboul en réaction à la visite d'Obama.

Les résistants afghans ont exécuté mercredi une série d'attentats à Kaboul en réponse à la visite surprise du président américain Barack Obama en Afghanistan les 1er et 2 mai, rapportent les médias internationaux citant le porte-parole du mouvement des résistants en Afghanistan, Zabihullah Mujahid.
"C'est la réaction (des résistants) à la visite d'Obama en Afghanistan", a déclaré l'intéressé, commentant la série d'explosions survenues ce matin dans la capitale afghane après le départ du chef d'État américain.
Citant des témoins oculaires et les autorités afghanes, les médias occidentaux ont auparavant annoncé que quatre ou cinq explosions ont éclaté mercredi dans la capitale afghane.

Selon certaines sources, deux détonations sont survenues près du Green Village, où résident les employés étrangers de plusieurs organisations de l'Onu et de l'UE.
Selon les dernières informations, les explosions ont fait au moins six morts et près de 15 blessés.
Le président américain Barack Obama est arrivé le 1er mai à Kaboul pour une visite surprise. M.Obama a signé avec son homologue afghan Hamid Karzaï un accord de partenariat stratégique entre leurs deux pays.

Mercredi 2 Mai 2012

Ria Novosti



Dans le monde

Belgique

M. Dallemagne s'étonne du projet de maintien de militaires après 2014.

Le député Georges Dallemagne (cdH) – Belgique  s'est "étonné" lundi des déclarations faites par le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à son retour d'Afghanistan et dans lesquelles le chef de la diplomatie belge n'exclut pas la présence de militaires belges sur le sol afghan au-delà de 2014.
"Cette hypothèse est contraire à l'accord de gouvernement (Di Rupo 1er) qui prévoit +un retrait des troupes belges à partir de 2012, avec un retrait définitif au plus tard en 2014+", a souligné M. Dallemagne dans un communiqué. Selon lui, l'hypothèse soulevée par M. Reynders contredit également la réponse donnée par le Premier ministre, Elio Di Rupo, à sa question posée en séance plénière le 19 avril dernier sur le résultat de ses entretiens avec la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, de passage par Bruxelles. Le Premier ministre avait en effet affirmé: "je lui ai rappelé le calendrier de retrait de nos troupes. Dans l'état actuel des choses, quelque 220 militaires belges doivent revenir au pays cette année. Le retour du reste de notre contingent est prévu pour fin 2014 au plus tard". M. Dallemagne a rappelé que ce point de l'accord de gouvernement négocié entre les six partis de la coalition avait été le fruit d'"âpres négociations". Lors de leur visite la semaine dernière en Afghanistan, à l'approche du sommet de l'Otan de Chicago (Etats-Unis), les 20 et 21 mai, M. Reynders (MR) et son collègue de la Défense, Pieter De Crem (CD&V), ont indiqué envisager un rôle militaire pour la Belgique au-delà de fin 2014 - l'échéance fixée pour le retrait des troupes de combat occidentales - dans le domaine de la formation des militaires et policiers afghans, mais non sans la protection nécessaire de l'Otan. (GGD)

http://www.rtl.be/info/belgique/politique/876174/afghanistan-m-dallemagne-s-etonne-du-projet-de-maintien-de-militaires-apres-2014



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.