Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/02/2009

n°427- Dossier de Palestine -31-01 –Suite 1- : A Gaza, après les bombes, le droit international.


n°427- Dossier de Palestine -31-01 –Suite 1- : A Gaza, après les bombes, le droit international.  



                    Dossier de Palestine      

                                            N°427                                           31-01

                                                                         C.De Broeder & M.Lemaire   


Sommaire  –Suite 1-

2-9 Mechaal : nous travaillons pour créer une référence nationale palestinienne unifiée.

2-10 Sharon Weil : Tibi et Zahalka, ne faites pas appel à la Cour suprême.

2-11 Ban réclame 613 millions de dollars pour aider Gaza.

2-12 Nadine Rosa-Rosso : La gauche et l'appui à la résistance.

2-13 Un monde post-américain ?

3 Dossier

3-1 Michel Chossudovsky : L'invasion de Gaza : L'opération «Plomb durci» fait partie d'une vaste opération des renseignements militaires israéliens.

3-2 Ramzy Baroud : Briser la volonté de Gaza ? Un fantasme israélien...


2-9 Mechaal : nous travaillons pour créer une référence nationale palestinienne unifiée.
Le président du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal, a annoncé que son mouvement va travailler pour créer une référence nationale qui représente les palestiniens dans les territoires palestiniens et à l’étranger et qui comporte toutes les forces du peuple palestinien.
Mechaal: "le Hamas et les forces vivantes de la résistance saluent tout dialogue ou entente qui seront basés sur des principes nationaux". "Pas de dialogue, ni d'appel à l'entente sous l'ombre des arrestations continuelles, ainsi que les fermetures des organisations nationales et les coordinations sécuritaires avec l'occupation", qui a souligné que celui qui veut l'entente doit créer des atmosphères positives et montrer ses bonnes intentions.

Mechaal a affirmé que la résistance palestinienne a obtenu une réelle victoire lors de sa dernière guerre avec l'occupation israélienne, en précisant que Gaza dédie cette victoire au peuple palestinien, à la nation arabe et islamique après l'échec militaire et politique de l'entité sioniste qui a retiré ses forces sans aucune condition.

Mechaal a déterminé les positions qui viennent à la tête des agendas de son mouvement durant la prochaine étape en montrant qu'ils refuse de politiser le dossier de la reconstruction de la Bande de Gaza, ni de le lier à d'autres questions ou dossiers.

Mechaal a appelé la nation arabe et islamique à poursuivre leur soutien à la résistance en disant : "Non à la normalisation avec l'ennemi sioniste, aux bureaux et ambassades israéliens, et Oui au jugement des criminels israéliens".

CPI 29/1


Lire la suite

n°427- Dossier de Palestine -31-01 –Suite 2- : A Gaza, après les bombes, le droit international.


n°427- Dossier de Palestine -31-01 –Suite 2- : A Gaza, après les bombes, le droit international. 



                    Dossier de Palestine      

                                            N°427                                           31-01

                                                                         C.De Broeder & M.Lemaire   


Sommaire  –Suite 1-

3-2 Ramzy Baroud : Briser la volonté de Gaza ? Un fantasme israélien...

3-3 Robert Bibeau : Vers la "paix " sans justice. 

3-4 Daniel Vanhove : A Gaza, après les bombes, le droit international ?

3-5 Robert Fisk : L’Europe rit tandis que les Palestiniens pleurent leurs morts.

3-6 Silvia Cattori : Le temps est venu d’appeler l’Etat terroriste d’Israël par son nom.

3-7 Alain Jules : Israël : dans les méandres de l’impunité ! ...



3-2 Ramzy Baroud : Briser la volonté de Gaza ? Un fantasme israélien...

« La liberté ou la mort » est un mot d’ordre palestinien populaire. Ce ne sont pas simplement des mots, mais une loi pour laquelle les Palestiniens vivent et meurent. Gaza en est la preuve et les dirigeants israéliens ont encore à le comprendre.

Mon petit garçon de 3 ans, Sammy, est entré sans y être invité dans la pièce où j’étais, alors que je triais une nouvelle série de photos récentes de Gaza.

J’étais à la recherche d’une photo précise, une qui humaniserait les Palestiniens en les montrant dans leur vie de tous les jours, comme des êtres humains normaux, ni masqués ni mutilés. Mais c’était en vain.

Toutes les photos que j’avais reçues parlaient de la réalité qui est celle de Gaza aujourd’hui, de maisons, d’écoles et infrastructures civiles bombardées au delà de ce qui est descriptible. Tous les visages étaient des visages de personnes mortes ou mourantes.

J’ai marqué un temps d’arrêt en tombant sur une photo effroyable montrant les corps d’un jeune garçon et de sa sœur déposés sur un simple chariot à hôpital, attendant d’être identifiés puis enterrés. Leurs visages étaient noircis comme s’ils l’avaient été au charbon de bois et leurs yeux sans vie étaient encore agrandis par l’horreur qu’ils avaient éprouvée alors qu’ils étaient lentement brûlés par un obus au phosphore blanc.

C’était juste au moment où Sammy est entré dans la pièce où j’étais, cherchant partout un jouet manquant. « Qu’est-ce que c’est, papa ? » a-t-il voulu savoir.

Je me suis dépêché de cliquer sur cette terrifiante image, mais uniquement pour me retrouver face à une autre, non moins choquante. Fébrile, j’ai éteint l’écran, puis je me suis tourné vers mon fils alors qu’il restait perplexe. Ses yeux bougeaient avec curiosité tandis qu’il essayait de donner un sens à ce qu’il venait de voir.

Il avait besoin de savoir au sujet de ces enfants dont les petit corps avaient été brûlés au point de ne plus être reconnaissables.

« Où sont leurs mamans et papas ? Pourquoi sont-ils tous tellement brûlés ? »

Je lui ai expliqué qu’ils sont Palestiniens, qu’ils avaient été « un peu » blessés et que leurs « mamans et papas seront bientôt de retour ».

La réalité est que ces enfants, et des milliers d’autres comme eux dans la bande de Gaza, ont connu la douleur la plus profonde, une douleur que de toute notre vie nous ne pourrons jamais comprendre.

« Je pense que la bande de Gaza est maintenant utilisée comme laboratoire d’essai pour de nouvelles armes », a déclaré à Oslo Mads Gilbert, un médecin norvégien qui a quitté il y a peu de temps la bande de Gaza.

« Il s’agit d’une nouvelle génération de petits engins très puissants qui explosent avec une grande puissance, laquelle se dissipe ensuite dans une zone de cinq à 10 mètres. »

« Nous n’avons pas pu voir les blessures des victimes touchées directement par ces bombes, car elles sont anormalement mises en pièces et ne survivent pas, mais nous avons constaté un grand nombre de très graves amputations. »

Ces armes terribles sont connues sous le nom de DIME ( Dense Inert Metal Explosives), une sorte d’explosif expérimental, mais une arme seulement parmi la série des nouvelles armes qu’Israël a utilisées dans la bande de Gaza, la zone au monde la plus densément peuplée.

Israël ne pouvait trouver de meilleur endroit pour expérimenter les DIME ou l’utilisation du phosphore blanc que les zones d’habitations civiles dans la bande de Gaza.

Les habitants laissés sans secours dans le territoire ont été simplement niés. Le pouvoir des médias, les politiques de coercition, d’intimidation et de manipulation ont diabolisé cette nation emprisonnée et luttant pour sa vie dans les minuscules espaces qui représentent tout ce qui reste de leur terre.

Il n’est pas étonnant qu’Israël ait refusé de tolérer la présence de journalistes étrangers dans la petite enclave et ait bombardé sans aucune honte ce qui restait de présence internationale dans Gaza.

Aussi longtemps qu’il n’y aura pas de témoins des crimes de guerre commis dans la bande de Gaza, Israël est convaincu qu’il pourra continuer de vendre au reste du monde le même produit selon lequel il est comme toujours la victime, celui qui a été terrorisé et, assez étrangement, celui qui a été diabolisé.

Le Jerusalem Post a cité le 15 janvier dernier les propos de Tzipi Livni, ministre israélienne des Affaires étrangères.

« Livni a déclaré qu’il s’agissait de temps difficiles pour Israël, mais que le gouvernement avait été contraint d’agir dans la bande de Gaza en vue de protéger les citoyens israéliens. »

« Elle a ajouté que la bande de Gaza était gouvernée par un régime terroriste et qu’Israël devait dialoguer avec les modérés en même temps que lutter contre le terrorisme ».

Le même genre de message a été envoyé par le premier ministre israélien Ehud Olmert, alors qu’il annonçait le 17 Janvier le cessez-le-feu [israélien] unilatéral.

Aucune importance que le « régime terroriste » ait été démocratiquement élu et ait respecté un accord de cessez-le-feu avec Israël durant six mois, sans rien recevoir en retour si ce n’est un siège meurtrier ponctué de meurtres et destructions.

Livni n’est pas aussi perspicace et astucieuse que les médias américains l’imaginent. Ehud Barak avec ses propos si abrupts et Mark Regev avec sa face rigide ne sont pas vraiment convaincants dans le rôle de sains d’esprit. Leur logique est tordue et ne passerait pas le test de la santé mentale.

Mais ils ont un accès illimité aux médias, où ils ne sont jamais remis en cause par les journalistes qui savent bien que la protection de leurs concitoyens ne nécessite pas de violer les lois internationales et humanitaires, ni que l’on prenne pour cible les travailleurs médicaux, ni que des tireurs embusqués tirent sur des enfants et que soient démolies des maisons avec des familles entières piégées à l’intérieur. La sécurité de vos frontières ne nécessite pas d’emprisonner et de faire mourir de faim vos voisins et de transformer leurs maisons en tas de décombres fumants.

Olmert veut « briser la volonté » du Hamas, c’est-à-dire celle des Palestiniens, et ce depuis que le gouvernement du Hamas a été élu et soutenu par la majorité du peuple palestinien.

Soixante ans de souffrance et pour survivre ne sont-ils pas suffisants pour convaincre Olmert que la volonté des Palestiniens ne peut pas être brisée ? Combien de tas de décombres et de corps mutilés faudra-t-il encore pour convaincre le premier ministre [israélien] que les peuples qui luttent pour leur liberté seront soit libres soit seront prêts à mourir ?

Le politicien d’extrême extrême-droite Avigdor Lieberman, une étoile montante en Israël, n’est pas encore convaincu. Il estime que davantage peut être fait pour « sécuriser » son pays qui a été créé en 1948 sur les ruines des villes et villages palestiniens détruits. Il a un plan.

« Nous devons continuer à lutter contre le Hamas, comme les États-Unis l’on fait avec les Japonais durant la Seconde Guerre mondiale », a déclaré le chef parti Yisrael Beitenu de l’opposition ultra-nationaliste.

En lecteur sélectif de l’histoire, Lieberman ne peut que penser aux bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki en 1945. Mais autre chose s’est passé durant ces années et que Lieberman a soigneusement omis. Cela s’appelle l’holocauste, un terme que nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser pour décrire les massacres israéliens dans la bande de Gaza.

Il est étrange que les idées les plus répandues en Israël imposent encore que « les Arabes ne comprennent que le langage de la force » Si cela était vrai, alors ils auraient concédé leurs droits après les premiers massacres en 1948. Mais après plus de 60 années saturées de massacres, anciens et nouveaux, ils continuent de résister.

« La liberté ou la mort » est un mot d’ordre palestinien populaire. Ce ne sont pas simplement des mots, mais une loi pour laquelle les Palestiniens vivent et meurent. Gaza en est la preuve et les dirigeants israéliens ont encore à le comprendre.

Mon fils a insisté. « Pourquoi les Palestiniens sont-ils tout le temps couverts de fumée, papa ?"

"Quand tu grandiras, tu comprendras."

Ramzy Baroud

(*) Ramzy Baroud est l’auteur de "The Second palestinian Intifada : A Chronicle of a People’s Struggle" et rédacteur en chef de "PalestineChronicle.com"

Communiqué par l’auteur Traduction de l’anglais : Claude Zurbach

29 janvier 2009  


3-3 Robert Bibeau : Vers la "paix " sans justice. 

Les choses changent en Palestine occupée et colonisée.  Il semble probant que les USA (Obama et la section du grand capital qu'il représente) ont décidé de créer deux États sur les terres de la Palestine du mandat britannique  (voir la carte en annexe).

Ce sont des choses connues direz-vous. Ce qui a changé depuis l'agression israélienne contre Gaza, c'est que nous connaissons maintenant la tactique et la stratégie mise en place pour compléter ce méfait relativement rapidement.
L'objectif stratégique :

1) L'État sioniste d'Israël sera maintenue sur les terres volées aux palestiniens entre 1947 et 1967, incluant Jérusalem annexé illégalement par Israël (ajoutez quelques colonies comme celle  d'Ariel, en banlieue de Jérusalem, pour lesquelles les israéliens rétrocèderont quelques terrains volés au nord de Gaza ou ailleurs autour de la Cisjordanie).

2) L'établissement de la fédération des Bantoustans de La République de Palestine sur la bande de Gaza et la Cisjordanie.  Il se peut que les israéliens rétrocèdent quelques rues de Jérusalem Est aux palestiniens comme prix de consolation.  Cela dépendra des difficultés de négociation avec le Hamas et de la majorité de Livni aux élections israéliennes. Elle ne devrait pas être trop forte cette majorité pour que la négociation demeure difficile.  Si c'est Nétanyahou qui prend le pouvoir, ce sera pareil, mais en plus compliqué.

3) Une ligne de bases militaires israéliennes le long du Jourdain et de la Mer Morte afin de bloquer cette frontière en cas de nécessité, si les palestiniens résistent ou simplement font trop de tapage en Cisjordanie ou à Gaza sous protectorat ainsi que pour contrôler et s’accaparer l’eau du Jourdain.

La stratégie maintenant :

a) Livni de Kadima serait leur personnage pour faire avaler la rétrocession de certaines colonies de Cisjordanie aux israéliens.  Ceci sera présenté comme un sacrifice IMMENSE avec quasi guerre civile en Israël, quelques mutineries dans l'armée, et le reste de la mascarade des pleurs de ceux à qui on arrache la terre promise par Dieu au peuple élu. Du déjà vu à Gaza, rappelez-vous. 

Devant cet immense sacrifice requis des israéliens, les palestiniens et le reste du monde ne doivent pas en exiger davantage.  Par contre, les israéliens complètement discrédités et honni par le reste du monde doivent accepter ce «deal» suite aux bévues (massacres) commises à Gaza. En fait,  ces massacres ont donné un sauf conduit au Hamas qui peut maintenant l'échangé contre une place au conseil de direction de la Palestine des bantoustans.

b) Mustapha Barghouti serait l'homme pour faire avaler cette GRANDE VICTOIRE aux Palestiniens comprenant les 3 ou 4 rues de Jérusalem-Est rétrocédées afin de pouvoir dire que ces trois rues sont la capitale historique de la Palestine «libérée» (sous protectorat israélien).

c) Ils discuteront probablement avec le Hamas d'ici quelques semaines, comme une faveur qu'ils lui accorderont  pour sa bravoure et pour s'assurer de sa coopération,  ce Hamas  qu'ils ont saigné à Gaza et tué ou incarcéré en Cisjordanie.  Ils discuteront pour le valider et pour lui faire accepter cette solution et obtenir son assistance afin d'éliminer le Jihad Islamique  qui restera seul en résistance dans cette Palestine sous protectorat.

d) Le droit de retour des réfugiés palestiniens de 1948 sera possible à l'intérieur de la bande de Gaza ou en Cisjordanie. La clause qui sera la plus difficile à faire accepter aux palestiniens.
e) La trève de 18 mois qu'Israël négocie avec le Hamas par l'entremise de l'Égypte  sera à la fois un test pour savoir si le Hamas réussit à imposer le cesser le feu au Jihad islamique, s'il contrôle ses troupes et s'il s'avère un partenaire crédible et suffisamment souple dans les négociations.

f) Si le Hamas accepte ces propositions, il  pourra partager le pouvoir avec Mustapha Barghouti qui sort beaucoup moins discrédité que Abbas des massacres de Gaza (depuis le 9 janvier des élections sont requises à la présidence de l'Autorité palestinienne).  Si le Hamas refuse, Gaza sera isolé sans  tunnels cette fois et les portes de Rafah hermétiquement fermée par l'Égypte et le corps expéditionnaire français. Le vote d'indépendance ne serait pris qu'en Cisjordanie et Gaza entièrement isolée ne pourrait prétendre faire partie de la Palestine des bantoustans jusqu'a sa soumision.  Et si les roquettes recommencent ?...Pas de danger, la leçon sadique et crimminel a portée au moins pour plusieurs mois.

Tout ceci est transparent dans ce grand reportage fait à la chaîne CBS le 25 janvier dernier ne montrant pas beaucoup les destructions à Gaza, c'en serait trop pour les yeux et les oreilles des dames américaines, mais qui montre le MUR, les frustrations des palestiniens soumis aux vexations des soldats israéliens occupants, les check-points, les routes de contournement, Jérusalem et les destructions de maisons palestiniennes, l'apartheid, les colonies juives et les hystériques qui s'y accrochent.

Émission 60 minutes à CBS le 25 janvier 2009 : http://www.cbsnews.com/video/watch/?id=4752349n
Tout est là dans ce reportage de la chaîne CBS.  Observez bien au cours des prochaines semaines vous verrez de plus en plus de ces reportages, étonnant de vérité, une vérité qui a pourtant toujours été présente mais que la télé américaine puis occidentale se donneront le droit enfin d'exposer, afin de faire pression sur les israéliens.  Il fallait placer de fervents amis d'Israël aux postes de commande du pouvoir américain pour imposer cette solution, puisque la solution du transfert de tout le peuple palestinien hors de Palestine n'est pas vraiment praticable.

Comment réagira le peuple palestinien suite aux massacres et aux destructions à Gaza et après soixante et une années de siège, d'assassinats, de netoyage ethnique, d'occupation et de colonisation ?  Difficile de prévoir.

RobertBibeau

27 janvier 2009

http://www.robertbibeau.ca:80/palestine/paix.html


Lire la suite

n°427- Dossier de Palestine -31-01 – Fin - : A Gaza, après les bombes, le droit international.


n°427- Dossier de Palestine -31-01 – Fin - : A Gaza, après les bombes, le droit international. 



                    Dossier de Palestine      

                                            N°427                                           31-01

                                                                         C.De Broeder & M.Lemaire   


Sommaire  –Fin-

3-7 Alain Jules : Israël : dans les méandres de l’impunité ! ...

3-8 Lauranne Provenzano : Tsahal à l’abri de la justice ?

3-9 Shlomi Zakaria : En route pour un Guantanamo israélien.

3-10 L’opinion publique palestinienne, dans sa majorité, estime qu’Abbas a mal géré la situation.


Lire la suite

31/01/2009

n°426 - Journal de Palestine - 29-01- Début- : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


                       Journal de Palestine                                  

                              N°426               29-01

                                                           C.De Broeder & M.Lemaire

 



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

Tiré à part

1 Résistance

Détails par région:

2 Décompte des pertes humaines

3 Politique

Palestinienne

Suite 1

Israélienne

4 Politique internationale des territoires occupés 

Fin

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Une enfant rescapée de Zeitoun témoigne.

5-2 Alymana Bathily : Guerre contre le Hamas et contre….l’information.

5-3 Si Abou al-Aish n’existait pas, il faudrait l’inventer.

5-4 Henry Siegman : Les mensonges d’Israël.

5-5 Patrick Cockburn : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


29-01: Peuple Palestinien : 1 tué  -  8 blessés 

            Occupants              : 1 tué  -  3 blessés



Tiré a part

27/01

L'armée israélienne a rapporté mardi les premiers affrontements le long de la frontière de la Bande de Gaza entre soldats israéliens et palestiniens

Les habitants près du point de passage de Kissufim ont déclaré que le bruit sourd d'échanges de tirs à l'arme lourde pouvait être entendu tandis que les hélicoptères survolaient le secteur.

L'armée israélienne a précisé qu'un engin a explosé le long de la frontière au passage d'une patrouille israélienne. Tsahal n'a donné aucune autre précision.
http://www.lalibre.be/actu/monde/

29-01

Un sous-officier israélien a été tué et trois soldats, dont un officier, ont été blessés "lorsqu'un engin explosif a été activé au passage d'une patrouille du côté israélien du mur de la honte de la bande de Gaza", au nord de la localité de Kissoufim. L'officier a été grièvement atteint.

Des chars et hélicoptères israéliens ont ensuite ouvert le feu en direction des terres palestiniennes avant de procéder à une opération de ratissage, selon les témoins. Un Palestinien de 24 ans, Anwar Al-Dreim, a été tué par les tirs israéliens, ont indiqué des sources médicales.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

D'autres accrocs au cessez-le-feu sont survenus depuis mardi, après la mort d'un soldat israélien qui n'a pas été revendiquée, à la lisière de la bande de Gaza.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

Des troupes israéliennes ont  pénétré en territoire palestinien à l'est de Khan Younès, où elles ont ouvert le feu en direction d'une ferme située dans le secteur, selon des témoins.

Peu après, l'armée israélienne a effectué une incursion à Deir el-Balah, plus au nord, selon des témoins.

Des chars israéliens ont tiré des obus sur des maisons palestiniennes et des soldats ont pris position sur les toits de plusieurs habitations, ont ajouté les témoins.Enfin, dans la nuit de mardi à mercredi, un appareil israélien a bombardé des tunnels de contrebande reliant le sud de la bande de Gaza à l'Egypte, ont indiqué des témoins. Ils ont fait état d'une forte explosion causée par le largage d'une bombe ou d'un missile contre la frontière.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

Un Palestinien a péri dans des tirs israéliens..

http://www.lesoir.be/actualite/monde/

29-01

Un policier du Hamas circulant à moto et huit autres personnes, dont six écoliers, ont été blessés jeudi dans un raid aérien israélien dans la bande de Gaza, selon des témoins et des sources médicales.

Le raid a eu lieu à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

L'aviation israélienne a lancé une attaque nocturne dans la zone des tunnels le sud de la bande de Gaza à l'Egypte.

L'aviation israélienne a bombardé dans la nuit de mercredi à jeudi la zone des tunnels reliant le sud de la bande de Gaza à l'Egypte.

Elle n'a pas fait de victime, ont rapporté des témoins sur place. Selon eux, le raid a endommagé une fonderie à Rafah, le long de la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte.

http://www.romandie.com/infos/ats/

29-01
Des sources locales ont affirmé  qu'un avion militaire de type (F16) a bombardé un atelier de la famille de Jouda dans le quartier de Machroua, à l'est de Rafah, en causant de grands dommages.

CPI & RIA Novosti

 

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

Des témoins oculaires ont dit que 3 blindés militaires et 2 bulldozers militaires ont envahi la région située, à l'est d'Al Maghazi, en rasant des terres agricoles qui appartiennent aux citoyens palestiniens.

CPI 



1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés

Résistance

27-01

Jerusalem Post annonce : L’armée annonçait mardi que le Hamas avait lancé une roquette dimanche vers la mer, afin de tester la  portée du reste de son arsenal.

hhttp://fr.jpost.com/servlet/

27-01

Jerusalem Post annonce : Des hommes armés de l'enclave palestinienne ont ouvert le feu sur des soldats de Tsahal dans deux incidents séparés le long de la frontière avec la bande de Gaza.
Parallèlement, huit obus de mortiers ont été tirés sur le sud de l'Etat
hhttp://fr.jpost.com/servlet/

29/01

En réponse aux attaques israélienne une roquette tirée depuis la bande de Gaza a explosé jeudi matin dans le sud d'Israël.

Il s'agit de la deuxième roquette tirée vers Israël depuis l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu ayant mis fin à l'offensive israélienne qui a fait plus de 1.330 morts palestiniens et dévasté la bande de Gaza entre le 27 décembre et le 18 janvier.

Mercredi soir, une roquette avait été tirée en direction de la localité d'Ofakim (sud).

(AFP)

29-01

Les brigades d’Al Qassam, la branche militaire du  Hamas, a annoncé leur responsabilité au lancement de 3 obus de mortier sur une force spéciale de l’armée de l’occupation qui a envahi la région d’Al Maghazi, au milieu de la Bande de Gaza.
Les brigades d'Al Qassam ont affirmé que cette opération vient dans le cadre de la riposte de la résistance palestinienne aux tentatives d'entrer dans les terres de la Bande de Gaza et aux crimes et agressions sionistes continuelles contre le peuple palestinien et le sévère blocus.

Elles ont affirmé qu'elles vont poursuivre la résistance et répondre fortement aux agressions.

CPI

29-01

Des résistants ont effectué deux tirs de roquettes contre le sud d'Israël sans faire ni victimes ni dégâts.

RIA Novosti



2 La Palestine en chiffre (Depuis le début de l'Intifada le 25 septembre 2000)


Civils & résistants tués                                                                            :  6.867

Palestiniens blessés                                                                               :  54.219

Internationaux blessés                                                                             : 192 (chiffre tout a fait minimal)

(balles réelles ou caoutchoutées, gaz lacrymogène, autres moyens)

Arrêtés     :                                                                                            :  47.733

En prison :                                                                                             : 11.800

Pacifistes en prison ou arrêtés                                                                  : 108

Autres actes           

Journalistes tués                                                                                      : 9

Journalistes blessés                                                                                :  ? + 32

Nombre de maisons palestiniennes détruites ou partiellement démolies       :  66.275

 

2-2 Occupants:

Israéliens  tués                                                                                        : 1.199

                                                                                                                ( 359 militaires/policiers)

Israéliens blessés                                                                                     : 6.580

                                                                                                                ( 548  militaires/policiers)



Les chiffres indiqués sont  vérifiés par le recoupement des chiffres des pertes communiqués par la résistance & les médias occidentaux & XINHUANET (Chine)  



3 Politique

a) Palestinienne

MM Abbas & Haniyeh.

Abbas

29-01

 M. Abbas a plaidé pour une consolidation de la trêve et dénoncé la politique de colonisation israélienne qui montre selon lui "qu'Israël n'a aucune volonté de paix".

La colonisation a été le principal obstacle dans les négociations israélo-palestiniennes lancées fin 2007 sous le parrainage de l'ancien président américain George W. Bush.

Selon un rapport du mouvement anticolonisation La Paix Maintenant, le nombre de bâtiments construits dans les colonies en Cisjordanie occupée a augmenté de 60% en 2008.

http://fr.news.yahoo.com/

28-01

Olmert a lié l'ouverture permanente des points de passage de la bande de Gaza au sort du soldat Gilad Shalit

"Nous n'acceptons pas la formule 'Shalit contre l'ouverture des passages'. Shalit ne sera libéré que dans le cadre d'un échange de prisonniers", a rétorqué le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, lors d'une visite au Qatar.

Commentant la tournée de Mitchell, il a affirmé que "tous les efforts politiques qui ne tiennent pas compte des droits de notre peuple et de la résistance sont voués à l'échec".

Le Hamas exige la réouverture des passages dans le cadre d'une éventuelle trêve formelle négociée actuellement sous les auspices de l'Egypte

http://fr.news.yahoo.com/


1-1 Processus de paix.

30-01

Le Hamas souhaite le maintien du cessez-le-feu, s'efforçant de brider les activités d'autres groupes de résistance palestiniens, a appris Haaretz auprès du renseignement israélien.

RIA Novosti

29/1

Mechaal a annoncé le refus de son mouvement aux conditions israéliennes concernant la trêve, en affirmant qu'ils n'acceptent pas la proposition d'ouvrir les passages en échange de la libération de Chalit, et que l'occupation doit libérer nos captifs dans les prisons sionistes pour obtenir la libération de son soldat capturé par la résistance palestinienne à Gaza, Gilad Chalit.

CPI 29/1

29-01

Taha a affirmé que la semaine de cessez-le feu donnée par la résistance a été prolongée jusqu'au 5 février prochain, afin de parvenir à une accalmie générale qui puisse garantir la levée totale du blocus et l'ouverture de tous les passages.

Il a précisé que le problème est la violation continuelle de l'occupation israélienne à toute accalmie, tout en soulignant que les palestiniens insistent sur la levée totale du blocus et l'ouverture de tous les passages.

"On espère arriver à un accord, bientôt, entre les européens, l'autorité palestinienne, le Hamas et les égyptiens pour mettre en place un mécanisme convenable pour diriger le passage de Rafah, mais loin de l'accord de 2005", a ajouté Taha.

journal "Qods presse",

CPI 29/1


Lire la suite

n°426 - Journal de Palestine - 29-01-Suite - : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


n°426 - Journal  de Palestine - 29-01-Suite - : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.



                       Journal de Palestine                                  

                              N°426               29-01

                                                           C.De Broeder & M.Lemaire

 


Sommaire (Suite)

3 Politique Israélienne

4 Politique internationale des territoires occupés 



b) Politique Israélienne

Olmert

28-01

En recevant M. Mitchell mercredi, Olmert a lié l'ouverture permanente des points de passage de la bande de Gaza au sort du soldat Gilad Shalit capturé en juin 2006 et détenu par le Hamas.

http://fr.news.yahoo.com/

 29-01

Le premier ministre démissionné, Olmert, a précisé à l’émissaire spécial au Proche-Orient, Mitchell, l’importance du retour du pouvoir de l’autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas, à la Bande de Gaza.
Un responsable a dit qu'on doit affaiblir le pouvoir du mouvement du Hamas dans la Bande de Gaza après la guerre israélienne contre les habitants de Gaza et renforcer l'autorité d'Abbas pour qu'il retourne à Gaza.

"Olmert a déclaré à Mitchell que l'ouverture totale des passages de la Bande de Gaza doit se faire en échange de la libération du soldat capturé par la résistance palestinienne dans la bande de Gaza, Gilad Chalit, après l'échec de toutes les tentatives politiques et militaires de le libérer", a ajouté le responsable.

CPI


2-2 Des Canons ... pas du beurre.

Israël a employé d'armes microbiennes à Gaza.

IRIB- Selon un ancien officier américain, le régime sioniste a employé, dans son offensive contre la bande de Gaza, d'armes microbiennes. "Au huitième jour de son offensive d'envergure contre Gaza, le régime sioniste a employé des missiles portant des éléments microbiens ou ce qu'on appelle la bombe sale sophistiquée.", a déclaré cet officier américain cité par le journal al-Mesriyoun, qui paraît au Caire. "Le régime sioniste a largué sciemment au jour où le vent soufflait très fort, ces missiles pour que les bactéries soient aussi transférées vers les régions frontalières égyptiennes.", a-t-il dit. Durant les 22 jours d'agression barbare contre Gaza, le régime sioniste a employé aussi des bombes au phosphore à l'encontre des civils.

27-01
http://french.irib.ir/index.php?option=com_content&task=view&id=17895&ac=0&Itemid=9

27-01

Le ministre de la guerre a déclaré aux réservistes que, en dépit d'un coup massif porté au Hamas au cours de l'opération "Plomb durci", la menace d'attaques le long de la frontière était constante, ainsi que d'incidents auxquels "nous nous devrons de répondre".

hhttp://fr.jpost.com/servlet/

28-01

Le vice-ministre de la guerre Vilnaï : "Il est clair que nous allons réagir, mais il faut faire preuve de patience et nous n'avons aucune intention de dévoiler nos intentions à l'ennemi",

A propos des chefs du Hamas, M. Vilnaï a prévenu qu'il n'y avait "pas lieu de s'inquiéter, le tour de chacun d'entre eux viendra".(…)

(AFP)

28-01

Le ministre des Infrastructures et membre du cabinet du sécurité, Binyamin Ben Eliezer, a pour sa part affirmé à la radio publique que "le prix" avait "changé" pour les tirs de roquettes. Il n'a pas donné de précision sur la nature de ce "prix".

Il a souligné que si les tirs se poursuivaient, les Palestiniens ne pouvaient espérer l'ouverture des points de passage vers Gaza et le début des travaux de réhabilitation de cette région ravagée par l'armée israélienne durant les 22 jours de combats.

"Pour se lancer dans de tels travaux, il faut faire passer du ciment, des tuyaux, toutes sortes de matériaux de construction. Si les dirigeants du Hamas veulent laisser cette région dans l'état où elle est, c'est à eux que les habitants demanderont des comptes", a poursuivi M. Ben Eliezer.

(AFP)

 29-01

Un sous-officier israélien a été tué et trois soldats, dont un officier, ont été blessés "lorsqu'un engin explosif a été activé au passage d'une patrouille du côté israélien du mur de la honte de la bande de Gaza", au nord de la localité de Kissoufim. L'officier a été grièvement atteint.

Le ministre israélien de la guerre Barak a affirmé que son pays "riposterait" à cette "attaque sérieuse". Tandis qu’Olmert a promis qu'Israël riposterait durement et que "l'armée préparait sa réponse".

"La réaction de l'armée aujourd'hui était seulement opérationnelle.

Ceci n'est pas la réponse à un soldat mort et trois autres blessés.

La réponse d'Israël doit venir", a déclaré à l'AFP un haut responsable gouvernemental citant M. Olmert.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

Le vice-ministre de la Défense Matan Vilnaï a prévenu qu'Israël réagirait à la reprise des tirs de roquettes.

"Il est clair que nous allons réagir, mais il faut faire preuve de patience et nous n'avons aucune intention de dévoiler nos intentions à l'ennemi", a-t-il affirmé, en menaçant les chefs du Hamas à Gaza. "Le tour de chacun d'entre eux viendra".

http://fr.news.yahoo.com/


Lire la suite

n°426 - Journal de Palestine - 29-01-Fin - : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


n°426 - Journal  de Palestine - 29-01-Fin - : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.



                       Journal de Palestine                                  

                              N°426               29-01

                                                           C.De Broeder & M.Lemaire

 


5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Une enfant rescapée de Zeitoun témoigne.

5-2 Alymana Bathily : Guerre contre le Hamas et contre….l’information.

5-3 Si Abou al-Aish n’existait pas, il faudrait l’inventer.

5-4 Henry Siegman : Les mensonges d’Israël.

5-5 Patrick Cockburn : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


 


5 Médias/Vidéos Oradour-sur-Gaza : une rescaountémoignesuraZeitoun

5-1 Une enfant rescapée de Zeitoun témoigne.

http://www.dailymotion.com/video/k1OjSg3rLxk92oVlKp


5-2 Alymana Bathily : Guerre contre le Hamas et contre….l’information.

Interpellée par un auditeur qui demandait pourquoi Radio France Internationale n’avait toujours pas diffusé de reportage en direct de Gaza prés de trois semaines après le début de l’offensive militaire israélienne, le Médiateur de la Radio Mondiale expliquait qu’Israël avait interdit à ses journalistes comme à ceux de tous les organes de presse du monde l’accès à l’enclave palestinienne.

En effet, deux mois avant le déclenchement de la guerre, le gouvernement israélien décrétait que les deux points de passages entre Israël et la Bande de Gaza (Kerem Shalom et Karni) demeureraient fermés aux journalistes.

L’Association de la Presse Etrangère dénonça « cette interdiction d’accès sans précédent de la presse internationale à Gaza qui constitue une violation grave de la liberté de presse et range l’Etat d’Israël dans la catégorie des Etats qui empêchent régulièrement aux journalistes de faire leur travail ».

Elle porta même l’affaire devant la Cour Suprême du pays mais ne put obtenir plus qu’un engagement de l’armée à permettre que de petits groupes de journalistes puissent éventuellement être admis à l’intérieur de l’enclave palestinienne chaque fois qu’elle jugera que la situation sécuritaire le permettait.

Pendant toute la guerre le champ de bataille est demeuré interdit aux médias internationaux dont les correspondants sont restés cantonnés à la frontière, si ce n’est à Jérusalem, réduits à transmettre à leurs rédactions les « briefings » de l’état majeur israélien et les compte rendus de leurs homologues palestiniens résidants de Gaza.

Le cantonnement des journalistes hors du champ de bataille constituait en fait un élément essentiel de la stratégie militaire et politique israélienne qui ne visait rien moins qu’à détruire le régime du Hamas, après avoir liquidé son personnel militaire et politique, détruit son infrastructure administrative et discrédité son autorité.

Mme Tipi Livi, la ministre des Affaires Etrangères d’Israël et l’un des trois principaux candidats au poste de Premier Ministre, déclarait en effet à ce propos au plus fort de l’offensive de son armée :

« Les Palestiniens doivent comprendre qu’Israël ne peut partager la vision de deux états pour deux peuples et la mettre effectivement en œuvre qu’avec ceux qui acceptent cette vision, qui acceptent l’existence d’Israël, renoncent à la violence et au terrorisme…. Hamas ne représente pas les aspirations nationales des Palestiniens…. ».

IL s’agissait donc bien avec l’offensive « Plomb Durci » calquée sur le modèle de l’opération « Choc et Effroi » qui a préparé l’invasion américaine de l’Irak en 2003, à défaut d’obtenir une capitulation inconditionnelle du Hamas, de provoquer la désaffection des populations palestiniennes démoralisées à son endroit.

Pour atteindre cet objectif, les stratèges israéliens ont convenu d’éviter l’accès des journalistes sur le champ de bataille qui selon une commission d’enquête gouvernementale est à la base de la quasi défaite de Tsahal face au Hezbollah libanais en 2006.

Natchman Shai, un ancien porte parole de l’armée israélienne confiait ainsi récemment au New York Times : « Les médias étaient partout. Leurs caméras et magnétophones enregistraient les discussions des officiers (israéliens), les gens s’exprimaient à chaud et en direct à la télévision. Cela a aidé l’ennemi, semé la confusion et déstabilisé notre opinion nationale. Maintenant Israël veut contrôler l’information beaucoup plus strictement » .

En outre, les commentaires des journalistes sur les opérations militaires, les images de télévision sur les morts et la destruction du Liban auraient ému l’opinion publique en Israël et dans le monde entier provoquant l’imposition d’un cessez le feu par la « communauté internationale » alors que les objectifs militaires et politiques d’Israël n’étaient pas atteints.

Le contrôle de l’information dans la guerre contre le Hamas s’imposait d’autant plus selon les responsables politiques et militaires d’Israël qu’ils estimaient que les journalistes occidentaux étaient particulièrement sensibles à la censure si ce n’est à la propagande de l’ennemi palestinien.

M. Daniel Seaman, le Directeur du Bureau de Presse du Gouvernement d’Israël déclarait ainsi récemment : « …Tout journaliste qui entre à Gaza devient une feuille de vigne ou une façade de l’organisation terroriste du Hamas et il n’y a aucune raison pour que je facilite cela ».

En outre, pour contrôler et orienter l’opinion publique à l’intérieur et sur le plan international, le Ministère de la Défense d’Israël a mis en place un impressionnant service de presse et de relations publiques mettant à jour heure par heure les sites web du gouvernement et produit communiqués, briefings, podcasts et vidéos sur Facebook, YouTube et autres « sites sociaux ».

Le Directeur Général Adjoint chargé des médias au Ministère des Affaires Etrangères, M.Aviv Shir-On indiquait à ce propos au New York Times : « Nous nous efforçons de coordonner tout ce qui à trait à l’image et au contenu de ce que nous faisons et de nous assurer que quiconque est face sur les ondes, que ce soit un ministre, un professeur ou un ancien ambassadeur, sait de quoi il parle…nous avons des points précis (talking points) à mettre en avant et nous y tenons ».

Cette « stratégie de communication » du gouvernement israélien a été payante en Israel même.

Selon un sondage effectué deux semaines après le début de la guerre, 82% des Israéliens Juifs la déclaraient justifiée et défendaient l’interdiction faite à la presse étrangère d’accéder à Gaza (les citoyens Arabes représentent 20% de la population totale d’Israel).

Les grands journaux , le Yeddiot Aharonot, le quotidien le plus vendu en Israël et le Jérusalem Post, l’influent quotidien en langue anglaise, s’en prenaient ouvertement à la « presse internationale » et exaltaient sans retenue la guerre contre le Hamas.

Mais l’opinion publique internationale n’a pas été autant influencée par le contrôle de l’information sur la guerre exercée par le gouvernement israélien.

Les médias internationaux ont su contourner l’interdiction d’accès de leurs journalistes à Gaza, grâce à leurs correspondants palestiniens, ils ont pu rendre compte à chaud des événements, heure après heure.

La radio, la télévision et les médias en ligne du Hamas ont continué à fonctionner malgré les bombardements ciblés.

Les télévisions arabes et notamment Al Jazeira qui dispose à Gaza de deux équipes complètes de journalistes y résidant, ont couvert quotidiennement le conflit en direct dans des éditions arabes et en anglais.

Ainsi les auditeurs de radio et les téléspectateurs du monde entier ont pu suivre jour après jour le décompte macabre des victimes et apprendre qu’à la fin de l’expédition de Tsahal, plus de 1.300 habitants de Gaza auront été tués dont prés de 40 % de civils selon des sources palestiniennes (25% selon les sources israéliennes).

Les journalistes ont pu montrer la disproportion entre les forces de guérillas du Hamas et la puissance des forces armées israéliennes, rendre compte du bombardement d’une école placée sous le contrôle de l’ONU et qui servait de refuge à des populations civiles et dénoncer l’usage aveugle de bombes à phosphore blanc.

La « communauté internationale » ne pouvait rester longtemps insensible à ces révélations qui ont suscité des manifestations publiques de colères à travers le monde entier.

Aussi l’Assemblée Générale des Nations Unies dans sa session spéciale du 15 janvier 2008 accusa Israël de violation de la loi internationale pour « usage disproportionné de la force ».

« Les violations du droit international commises lors de l’attaque de Gaza ont été dûment notées : punition collective, usage disproportionné de la force et attaque de cibles civiles dont des maisons, des mosquées, des universités et des écoles » indique la résolution de l’Assemblée Générale.

C’est au moins en partie du fait de ces manifestations de l’opinion publique internationale qu’Israël décidait enfin le 18 janvier d’un cessez le feu unilatéral.

La guerre d’Israel contre la liberté d’information aura donc échoué…

Alymana Bathily

Les citations et statistiques de cet article sont issues des articles du correspondant du New York Times Ethan Bronner publiées entre le 6 et le 20 janvier 2008.

http://www.sudonline.sn/spip.php?article16239


Lire la suite

27/01/2009

n° 425 - Géopolitique et Palestine -26-01 -1- Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant


n° 425 - Géopolitique  et  Palestine  -26-01  -1-  Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.                                                       



                      Géopolitique & Palestine 

425

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

Tiré a part

Le Hamas propose une trêve d'une année et l'ouverture des points de passage vers la Bande de Gaza à Israël.

Israël, cet allié très privilégié de l'Otan...

1 Analyse - Géopolitique et stratégie

1-1 Antonio Artuso : Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.

Suite

1-2 Michel Chossudovsky : Envois d’un volume inhabituel d’armes des États-Unis vers Israël: Ces pays projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient ?

Fin

1-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine".

1-4 Une perte décisive pour Israël.

1-5 John Ging,  chef de l'UNRWA à Gaza : le Hamas est renforcé.

1-6 Abbas peut-il survivre à la guerre contre Gaza ?

1-7 Jonathan Cook : La doctrine israélienne du ravage.

2 Annexe

2-1 L’invasion israélienne et les gisements gaziers de Gaza situés au large des côtes.


Lire la suite

n° 425 - Géopolitique et Palestine -26-01 -Suite- Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.


n° 425 - Géopolitique  et  Palestine  -26-01  -Suite-  Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.                                                       



                      Géopolitique & Palestine 

425

C.De Broeder & M.Lemaire



Sommaire

1-2 Michel Chossudovsky : Envois d’un volume inhabituel d’armes des États-Unis vers Israël: Ces pays projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient ?


Lire la suite

n° 425 - Géopolitique et Palestine -26-01 -Fin- Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.


n° 425 - Géopolitique  et  Palestine  -26-01  -Fin-  Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.                                                       



                      Géopolitique & Palestine 

425

C.De Broeder & M.Lemaire



Sommaire

1-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine".

1-4 Une perte décisive pour Israël.

1-5 John Ging,  chef de l'UNRWA à Gaza : le Hamas est renforcé.

1-6 Abbas peut-il survivre à la guerre contre Gaza ?

1-7 Jonathan Cook : La doctrine israélienne du ravage.

2 Annexe

2-1 L’invasion israélienne et les gisements gaziers de Gaza situés au large des côtes.



1-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine" En affirmant qu'elle représente une immense déviation sur le conflit israélo-palestinien

Le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal, a affirmé, à Damas, que la bataille de Gaza est une grande et véritable guerre remportée par le peuple palestinien sur sa terre, en soulignant que cette bataille représente une forte déviation dans le conflit israélo-palestinien.
Lors d'un discours télévisé adressé, mercredi 21/1, au peuple palestinien, ainsi qu'à la nation arabo-musulmane et au monde entier, à l'occasion de la victoire du peuple palestinien, à Gaza, Mechaal a déclaré que cette victoire a établi une sérieuse et efficace stratégie pour la libération de
la Palestine, c'est une forte déviation entre la résistance et la procédure de négociations avec l'ennemi occupant.
Mechaal a confirmé que le peuple palestinien a montré à travers ses souffrances, ses grands sacrifices qu'il s'attache toujours à ses droits légaux, malgré la guerre sauvage des néo-nazis sionistes qui ont tenté d'affaiblir la volonté très solide du peuple palestinien qui est parue très vigoureuse durant les 22 jours d'agressions sionistes contre les civils innocents de Gaza, notamment les enfants, les femmes et personnes âgées, mais l'ennemi occupant a complètement échoué d'influer sur la patience et la résistance nationale du peuple palestinien.
"L'occupation n'a rien réalisé de ses objectifs annoncés durant sa guerre, sauf de perpétrer des crimes de guerre flagrants, ainsi que des violations, sans précédent, aux lois, chartes, règles internationales et humanitaires, avant d'être obligé de se retirer sous les frappes de la résistance nationale de toutes les factions palestiniennes", a ajouté Mechaal.
Mechaal a affirmé que les palestiniens ont résisté au niveau politique et sur le terrain de la bataille, et ont imposé leurs conditions légaux à la communauté internationale, au moment où l'occupation a perdu tout son prestige mondial, après avoir commis des crimes, sans précédent, en utilisant des armes lourdes et des obus phosphoriques interdites, contre des civils innocents, les sièges onusiens et ceux de la société civile dans
la Bande de Gaza.
Le dirigeant du Hamas a considéré que la victoire de Gaza, est un triomphe pour le peuple palestinien, la nation arabo-musulmane, les hommes libres au monde entier et pour toute l'humanité, en saluant leur soutien historique à la question palestinienne légitime face à la barbarie des néo-nazis sionistes qui tentent par tous les moyens de liquider les droits palestiniens, notamment à travers la manipulation de la communauté internationale contre les palestiniens innocents qui sont privés depuis plus de 60 ans de leurs terres d'origines.
"On veut une réconciliation basée sur des agendas nationaux de résistance et non pas sur d'autres capitulations", a souligné le chef du bureau politique du Hamas.
Mechaal a avertit que les aides humanitaires et les aides financières pour la reconstruction des infrastructures de Gaza, doivent être envoyées à ceux qui ne sont pas connus d'affaires de fraudes et de corruption, en appelant à les présenter directement aux fidèles du peuple palestinien, tout en insistant sur la levée durable du blocus, ainsi que l'ouverture de tous les passages, notamment celui de Rafah.
Mechaal a critiqué fortement la position des dirigeants de l'union européenne qui tentent de voler la victoire du peuple palestinien, par des mesures en faveur de l'occupation israélienne, tout en les rappelant que tout peuple agréssé par l'occupation a le droit de résister et lutter par tous les moyen possibles, dont la résistance militaire, et en soulignant que le Hamas a eu sa légitimité à travers des élections démocratiques et doit être traité d'une manière légale et juste, surtout que le Hamas représente une majorité écrasante dans la scène palestinienne.

http://www.alterinfo.net/Mechaal-la-bataille-de-Gaza-a-etabli-une-serieuse-strategie-pour-la-liberation-de-la-Palestine-_a28857.html


1-4 Une perte décisive pour Israël.

Les objectifs israéliens de la guerre contre Gaza ont été définis bien avant son lancement : chasser le mouvement et le gouvernement Hamas, réinstaller le leader du Fatah, Mahmoud Abbas à Gaza, et mettre fin à la résistance armée.

Deux autres objectifs n’étaient pas annoncés.

D’abord, restaurer la confiance vacillante du public israélien dans ses forces armées après leur défaite par le Hezbollah en 2006.

Ensuite, rehausser le gouvernement de coalition aux prochaines élections.
Mousa Abu Marzook (chef adjoint du bureau politique du Hamas). : En conséquence, nous déclarons qu’Israël a perdu, et perdu de façon décisive. Qu’a-t-il réussi ? Le meurtre d’un grand nombre de civils, enfants et femmes, et la destruction des maisons, des bâtiments ministériels et autres infrastructures avec les armes US de pointe, et autres produits chimiques et phosphoriques internationalement interdits. Près de 2.000 enfants ont été tués et blessés dans la poursuite désespérée de buts politiques.
Beaucoup d’organismes internationaux ont qualifié ces attaques de crimes de guerre, pourtant c’est à peine si nous avons entendu prononcer un mot de dénonciation par un quelconque dirigeant occidental. Quel message l’Union Européenne veut-elle adresser aux Palestiniens par ce silence honteux sur ces crimes, alors qu’elle parle sans cesse des droits de l’homme ?
Ces trois dernières semaines, et les 18 mois qui les ont précédées, ont à tout du moins prouvé que les Palestiniens ne peuvent être brisés par la famine, l’étranglement économique ou l’attaque brutale. Les dirigeants européens n’ont qu’une seule option : reconnaître le résultat du processus démocratique qu’ils avaient appelé de leurs vœux et soutenu.
L’attaque n’a réussi ni à miner ni à affaiblir le gouvernement dirigé par le Hamas, ni à retourner les Palestiniens contre le Hamas. Au contraire, le soutien public est plus fort que jamais, en Palestine et dans le monde entier. Les capacités militaires du Hamas n’ont pas non plus été amoindries.
Ceci explique la précipitation d’Israël à signer un accord si étrange avec les USA pour empêcher que des armes ne parviennent au Hamas. Il est voué à l’échec. Comme l’ont reconnu l’ancien chef d’Etat major israélien Moshe Ya’alon et Binyamin Netanyahu, les forces israéliennes n’ont pas atteint leurs objectifs.
Pourquoi Israël a-t-il droit à un flot continu des armes les plus léthales, dont des armes interdites, alors qu’on ne reconnaît pas aux mouvements de résistance nationale les moyens de se défendre ? Les lois internationales reconnaissent aux nations occupées le droit de résister à leur occupant, et c’est un droit que nous voulons exercer pleinement.
Israël doit accepter la réalité, à savoir qu’il est incapable de briser la résistance palestinienne. De la même manière, l’Europe doit accepter que ramener Abbas sur un char israélien n’est pas une option. Ni ne le sont les tentatives de gagner par la « diplomatie » ce que la puissance de l’armée israélienne n’a pas réussi à obtenir par la force.
Décider que toute l’aide pour la reconstruction de Gaza doit passer par le gouvernement illégal de Salam Fayyad suggère qu’il n’y a pas de fin à l’exploitation des Palestiniens par quelques parties. Nous ne cesserons jamais de prôner l’unité nationale, mais nous ne permettrons jamais qu’on y parvienne en compromettant les droits palestiniens.
Et nous disons au Président Obama : la vague d’espoir qu’a suscité votre élection a été grandement refroidie par votre silence sur le massacre de Gaza. Ceci a été aggravé par votre déclaration pré-électorale aux côtés des colons israéliens de Sderot.
Vous feriez bien de connaître l’histoire des lieux dont vous parlez. Sderot, qui est peut-être connue par certains comme une ville israélienne, a été construite sur les ruines de Najd, un village palestinien dévasté en mai 1948 par les bandes terroristes sionistes. Les villageois ont été expulsés de leurs lits et de leurs maisons, avec rien d’autres que les vêtements qu’ils portaient, faisant d’eux des réfugiés pour les 61 années à venir. Voilà l’histoire de Sderot.
Ce n’est jamais un bon début d'indifférencier le tyran et la victime, mais il y a toujours la place pour un regain d’optimisme. Vous ne pourrez démarrer une nouvelle relation avec le monde musulman que si vous décidez d’aborder avec impartialité la question des 6 millions de réfugiés palestiniens et la fin de l’occupation des terres palestiniennes.

Source : Guardian


Lire la suite

26/01/2009

n°424 - Dossier de Palestine - 25-01-Début - la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël


n°424 - Dossier de Palestine  - 25-01-Début - la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël



                    Dossier de Palestine      

     N°424                                                                                                               25-01

                                        C.De Broeder     &               M.Lemaire   



Sommaire

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 La guerre médiatique d’Israël.

1-2 Gaza : Al Jazeera place ses reportages de guerre sous licence Creative Commons.

1-3 Une délégation de journalistes visite Gaza pour voir les résultats des agressions.

2 Les brèves

2-1 Plainte contre Israël, pour « crimes de guerre systématiques.

2-2 (le culot d’ASF) des plaintes contre le Hamas pour « crimes de guerre ».

2-3 A Gaza, il faut envoyer des équipes médicales pour ramasser les preuves des crimes israéliens.

2-4 Gaza: Amnesty enquête sur les ravages des obus au phosphore israélien.

2-5 Ban Ki-moon choqué et scandalisé par ce qu'il a vu à Gaza.

2-6 La traque commence : première visée Tzipi Livni ?

2-7 Gaza : le Hamas va verser 1 000 euros à la famille de chaque tués.

2-8 La défaite d'Israël à Gaza, le début de la fin.

2-9 Obama le pacifiant…

Suite

3 Dossier

3-1 Barack Obama poussera-t-il Israël à oser la paix ?

3-2 Carlo Frabetti : Les vieux habits de l’empereur.

3-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine".

3-4 Le Hamas à l’épreuve de la guerre frontale.

3-5 Les dirigeants israéliens devront rendre compte.

3-6 Elna Sondergaard : Il est temps qu’Israël passe en jugement.

Fin

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 Carnage A Gaza: Un Remake De L'Holocauste.

4-2 Ali Larijani : la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël.

4-3 Le témoignage de M. Ramzi, médecin belge, de retour de Gaza.

4-4 Mohamed Belaali : Ils ont violé notre conscience d’hommes et de femmes.

4-5 Faites justice aux criminels israéliens, maintenant !



1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 La guerre médiatique d’Israël.

Les scènes de sang, de cadavres d’enfants et de demeures démolies ont marqué la couverture médiatique dans le monde entier de la sale guerre menée par Israël contre le peuple palestinien à Gaza. Pourtant, la tendance dominante des médias occidentaux, en dépit du refus catégorique des atrocités qui ont ponctué cette guerre, était alignée en grande partie sur Israël.
Mohamed Salmawy - Al Ahram hebdo

Les médias occidentaux ont tendance à comprendre la vision israélienne plus que la vision arabe et à sympathiser avec les Israéliens plus qu’ils ne le font avec les Arabes. La question est de savoir le pourquoi de cette position.

La réponse la plus facile à cette question et qui nous épargne la peine de faire des études et de l’analyse serait de dire que la raison revient à la nature de l’Occident qui est hostile aux Arabes, à leur religion, à leur culture, voire même à leur race. Ces dires, outre le caractère superficiel qu’ils laissent apparaître, sont déprimants car ils semblent reposer sur des a priori difficiles à changer. Cela dit une analyse subtile de cette situation pourrait expliquer les raisons de cette attitude de manière scientifique, et par conséquent chercher la possibilité de modifier ces vues.

L’une des meilleures analyses que j’ai lues à propos de la politique médiatique israélienne est celle récemment publiée par le célèbre analyste américain James Zoghby, d’origine arabe, directeur de l’Institut arabo-américain à Washington, dans son article intitulé L’observatoire de Washington. Selon Zoghby, ce qui détermine la politique médiatique dans la couverture des événements du Moyen-Orient est une stratégie qu’Israël a exclusivement adoptée depuis des années.

Zoghby affirme que cette stratégie repose sur l’insistance et la répétition des informations jusqu’à ce qu’elles se transforment en des réalités toutes faites et des constats que les Arabes ne pourront plus dénier plus tard. Cette stratégie repose sur les bases suivantes. D’abord l’idée que la victoire revient à celui qui anticipe dans la présentation des événements. Dans l’état actuel de guerre, nous remarquons qu’Israël a devancé les Arabes et a déterminé le début de la guerre devant les médias occidentaux, comme étant le 19 décembre, lorsque le Hamas a violé l’accord de trêve préalablement conclu. Ils ont ignoré évidemment les violations répétées par Israël de cet accord ainsi que son engagement à lever le blocus imposé à Gaza.

Ensuite, des idées stéréotypées prédominent. C’est à partir de cette perspective que les Israéliens ont dirigé les médias occidentaux vers les idées stéréotypées qu’ils ont contribué à ancrer. Des stéréotypes qui présentent Israël de manière positive et le côté palestinien de manière négative. Ils ont compté sur la logique selon laquelle « l’humanisme » israélien fait face au terrorisme palestinien. A partir de là, ils ont transmis les images de citoyens israéliens vivant dans un état de terreur à cause des roquettes palestiniennes. Alors que de l’autre côté, nous avons les Palestiniens qui sont exposés à la mort mais réduits à l’état de chiffres avec chaque bulletin d’informations.

D’autre part, ils anticipent les événements en comptant sur les erreurs de l’autre côté. Ainsi Israël a compté, tel qu’il l’avait prévu, sur la multiplication du nombre de roquettes lancées par Hamas, ainsi que sur le langage de menace qu’emploient ses dirigeants. Simultanément, Israël a tenu à exprimer ses regrets pour le nombre de victimes que la guerre a causées, y compris les palestiniennes.

De plus, Israël a tenu à être présent dans les médias, tout en essayant d’écarter les représentants de l’autre bord. Il a toujours tenu à débuter sa guerre par une armée de porte-parole officiels qui excellent dans le langage médiatique de chaque pays occidental. Sur ce point précis, Zoghby dit que ce n’est pas un hasard qu’Israël ait nommé un consul d’origine arabe dans la ville américaine d’Atlanta, surtout que le siège de la CNN s’y trouve. En même temps, Israël a interdit l’entrée des médias internationaux à Gaza, de quoi contrôler les atrocités qui ont lieu sur le terrain.

Il a recours aussi à un démenti rapide des informations qui auraient pu s’infiltrer et qu’il veut cacher, en présentant une version alternative qui met le tort du côté palestinien. Ainsi, si Israël avait tué des civils innocents, la version qu’il transmettrait serait de dire que cela était la faute des Palestiniens terroristes qui utilisent les civils comme bouclier. Ainsi, le massacre des Palestiniens devient la responsabilité des Palestiniens eux-mêmes.

Par ailleurs, James Zoghby démontre dans son analyse un autre facteur propre aux Etats-Unis, selon lequel, au même moment où s’applique cette stratégie médiatique, les tentatives d’influencer les milieux politiques sont activées. Ainsi l’opinion publique américaine s’aperçoit que ce qu’elle visionne dans les médias est la réalité confirmée par le Congrès et la Maison-Blanche. Une telle répétition contribue à encercler l’opinion publique et à enraciner les conceptions erronées que lui présente Israël.

Enfin, nous arrivons au dernier point de cette stratégie et auquel on a recours lorsque tous les facteurs précédents enregistrent un échec. C’est rien d’autre que le recours à l’accusation d’antisémitisme. L’objectif étant d’écarter toute opinion critiquant Israël et allant à l’encontre de la version qu’il veut ancrer. Dans ce cas-là, Israël recourt à la transmission de cas flagrants d’hostilité contre les juifs qu’il généralise à tous ceux qui le critiquent mettant chacun d’eux dans un état d’autodéfense.

Alors que je lisais l’analyse de James Zoghby, mon ami Ali Al-Biblawi m’a envoyé une lettre pour me dire qu’il a remarqué à travers son suivi des médias occidentaux qu’Israël menait une campagne d’envergure reposant sur des propos logiques et convaincants. Selon lesquels il n’y a pas de pays de par le monde qui puisse vivre sous la menace des bombardements et qu’Israël menait cette guerre pour protéger les civils de ce danger qui les menace. Selon Al-Biblawi, nous devons adopter une contre-campagne reposant sur trois axes.

Premièrement, il n’y a pas dans notre monde d’aujourd’hui d’Etats colonisateurs sauf Israël et les Etats-Unis. Et qu’il n’y a pas de peuple au monde aujourd’hui qui puisse vivre sous le joug de l’occupation plus de 60 ans sans qu’il ne résiste à l’occupation par toutes les armes qu’il possède, et que les territoires bombardés par les Palestiniens, notamment les colonies, sont à l’origine des territoires arabes que les habitants originaux ont été obligés de délaisser. Des habitants qui ont été contraints à vivre pour la plupart comme des réfugiés à Gaza. Au lieu de demander aux Palestiniens pourquoi ils bombardent ces territoires, nous devons plutôt nous adresser aux Israéliens pour leur demander : pourquoi vivez-vous sur des territoires qui ne sont pas les vôtres, alors que leurs propriétaires originaux possèdent toujours leurs contrats de propriété ? Pourquoi occupez-vous les territoires d’autrui, pourquoi refusez-vous qu’ils disposent de leur Etat, tel qu’il est stipulé dans la résolution de l’établissement du votre Etat ?

L’ami qui m’a envoyé cette lettre disait qu’il n’imaginait pas qu’Israël puisse revenir sur sa position si nous menions une telle campagne. Car Israël ne se soumet qu’à la force et ne se retire que s’il se trouve obligé de le faire sur le champ de bataille. Cependant, nous ne devons pas laisser l’arène médiatique devant Israël pour qu’il fasse ce qu’il veut. Il est probable que nous réussirons à éveiller la conscience mondiale et à affaiblir la logique israélienne si Tel-Aviv se rend compte que le monde connaît la vérité. A son avis, ceci est le droit qui revient aux héros-martyrs pour qu’ils ne soient pas considérés par les médias occidentaux comme des terroristes

Al-Ahram/hebdo - Semaine du 21 au 27 janvier 2009, numéro 750 (Opinion)

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article


Lire la suite

n°424 - Dossier de Palestine - 25-01-Suite - la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël

n°424 - Dossier de Palestine  - 25-01-Suite - la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël



                    Dossier de Palestine      

     N°424                                                                                                               25-01

                                        C.De Broeder     &               M.Lemaire   



Sommaire

3 Dossier

3-1 Barack Obama poussera-t-il Israël à oser la paix ?

3-2 Carlo Frabetti : Les vieux habits de l’empereur.

3-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine".

3-4 Le Hamas à l’épreuve de la guerre frontale.

3-5 Les dirigeants israéliens devront rendre compte.

3-6 Elna Sondergaard : Il est temps qu’Israël passe en jugement.

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 Carnage A Gaza: Un Remake De L'Holocauste.

4-2 Ali Larijani : la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël.

4-3 Le témoignage de M. Ramzi, médecin belge, de retour de Gaza.

4-4 Mohamed Belaali : Ils ont violé notre conscience d’hommes et de femmes.

4-5 Faites justice aux criminels israéliens, maintenant !


3 Dossier

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

3-1 Barack Obama poussera-t-il Israël à oser la paix ?

20 janvier

Les autorités israéliennes ont tenu à mettre un terme à leurs terribles opérations militaires dans la bande de Gaza avant la prestation de serment de Barack Obama ce mardi à Washington. Histoire, sans doute, de ne pas l'accueillir avec un dossier international trop brûlant.

Barack Obama ! Il ne se trouve guère d'Arabes à penser que le nouveau pensionnaire de la Maison-Blanche aura à cœur de régler la question palestinienne. Pourtant, on ne peut manquer de remarquer que le nouveau président américain s'est jusqu'ici refusé à faire des déclarations substantielles sur le sujet. Ce constat se révèle un peu maigre pour en déduire que les États-Unis se dirigent vers une politique plus équilibrée, moins pro-israélienne. Ce serait pourtant dans l'intérêt des Américains et aussi… des Israéliens.

Jusqu'à présent, en effet, Israël, soutenu par Washington et Bruxelles, a combattu pendant quinze mois la mainmise du Hamas islamiste à Gaza par la technique du blocus économique (avant les opérations militaires des trois dernières semaines). Ce faisant, on assistait à un curieux spectacle, celui de la seule population occupée (ici encerclée) au monde à subir un siège en bonne et due forme de la part de la communauté internationale.

La guerre et les massacres auxquels elle a donné lieu le montrent : cette méthode a échoué.

Tout en partageant la volonté israélienne de faire cesser la contrebande d'armes du Hamas, la communauté internationale réclame maintenant d'Israël qu'il rouvre les points de passage. Pour que Gaza puisse enfin revivre. Faut-il rappeler que cette revendication se trouvait être la principale requête du Hamas avant la guerre ? Que de vies eût-on pu épargner, que de destructions eût-on pu économiser si on s'était avisé plus tôt que punir une population pour les fautes de ses maîtres ne la mènera pas à choisir la modération.

Obama avait déjà inquiété plus d'un Israélien en estimant, en campagne électorale, que le dialogue était peut-être préférable avec l'Iran plutôt que l'option de la confrontation. Saura-t-il convaincre les Israéliens que leur propre intérêt exige une paix qu'ils ont jusqu'ici refusée, même au très modéré président palestinien Mahmoud Abbas ?

http://www.lesoir.be/forum/editos/barack-obama-poussera-t-il-2009-01-20-683199.shtml


Lire la suite

n°424 - Dossier de Palestine - 25-01-Fin- la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël


n°424 - Dossier de Palestine  - 25-01-Fin- la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël



                    Dossier de Palestine      

     N°424                                                                                                               25-01

                                        C.De Broeder     &               M.Lemaire   



Sommaire

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 Carnage A Gaza: Un Remake De L'Holocauste.

4-2 Ali Larijani : la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël.

4-3 Le témoignage de M. Ramzi, médecin belge, de retour de Gaza.

4-4 Mohamed Belaali : Ils ont violé notre conscience d’hommes et de femmes.

4-5 Faites justice aux criminels israéliens, maintenant !


4 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

Ndlr :La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

4-1 Carnage A Gaza: Un Remake De L'Holocauste.

J'ai été élevé comme un Juif orthodoxe et un Sioniste. Sur l'étagère de notre cuisine, il y avait une boîte en fer pour le Jewish National Fund (Fond National Juif) où nous mettions des pièces pour aider les pionniers à construire une présence juive en Palestine. Je suis allé pour la première fois en Israël en 1961, et depuis j'y suis allé un nombre incalculable de fois. J'avais de la famille en Israël et des amis en Israël. L’un d'entre eux a combattu durant les guerres de 1956, 1967, et 1973, et a été blessé lors de deux d'entre elles. L'épingle de cravate que je porte est faite d'une décoration militaire qu'il a reçue et qu'il m'a offerte. J'ai connu la plupart des premiers ministres d'Israël, en commençant par le père fondateur le Premier Ministre David Ben Gourion. Golda Meir était mon amie, de même qu'Ygal Allon, vice premier ministre, qui, comme général, s'est emparé du Negev pour Israël lors de la guerre d'indépendance de 1948.
Mes parents sont arrivés en Grande Bretagne comme réfugiés de Pologne. La plupart des membres de leurs familles ont par la suite été assassinés par les Nazis pendant l'Holocauste. Ma grand mère était malade alitée quand les Nazis son venus dans la ville où elle habitait, Staszow. Un soldat allemand l'a tuée dans son lit. Ma grand mère n'est pas morte pour couvrir les assassinats de grands mères palestiniennes à Gaza par les soldats israéliens. L'actuel gouvernement israélien exploite impitoyablement et cyniquement la culpabilité continuelle des Gentiles (Non Juifs) à cause du massacre des Juifs pendant l'Holocauste comme justification pour leurs assassinats de Palestiniens. Cela signifie que la vie juive est précieuse mais que les vies des Palestiniens ne comptent pas.
Sur Sky News il y a quelques jours, on a demandé à la porte parole de l'armée israélienne, le Major Leibovich, si les tueries israéliennes, à ce moment là de 800 Palestiniens - le total actuellement est de 1000 (depuis il a grimpé à 1300 et continuera puisque des corps ensevelis sous les gravas sont retrouvés tous les jours ndlt ). Elle a répliqué que "500 d'entre eux étaient des militants". C'était la réponse d'une Nazie. Je suppose que les Juifs combattant pour sauver leurs vies dans le Ghetto de Varsovie auraient pu être qualifiés de militants.
La ministre des affaires étrangères israélienne, Tzipi Livni, affirme que son gouvernement n'aura rien à voir avec le Hamas, parce que ce sont des terroristes. Le père de Tzipi livni, Eitan Livni, était un officier, chef des opérations du groupe terroriste, Irgoun Zvai Leumi, qui a organisé l'attentat contre l'hôtel King David à Jerusalem qui a fait 91 victimes dont 4 juifs.
Israël est né du terrorisme Juif, les terroristes Juifs ont pendu deux sergeants britanniques et ont bourré leurs cors d'explosifs. L'Irgun, ensemble avec le gang terroriste Stern, a massacré 254 Palestiniens en 1948 dans le village de Deir Yassin. Aujourd'hui, l'actuel gouvernement israélien montre qu'il serait prêt, dans des circonstances acceptables pour eux, à négocier avec le Président Palestinien Abbas du Fatah. C'est trop tard pour cela. Ils auraient pu négocier avec le dirigeant précédent du Fatah, Yasser Arafat, qui était un de mes amis. Au lieu de cela, ils l'ont assiègé dans un bunker à Ramallah, où je lui ai rendu visite. A cause de la chute du Fatah depuis la mort d'Arafat, le Hamas a gagné les élections palestiniennes en 2006. Le Hamas est une organisation profondément inquiétante, mais elle a été démocratiquement élue, et c'est la réalite de terrain. Le boycott du Hamas, inclus par notre gouvernement, a été une grave erreur, suivie de conséquences horribles.
Le fabuleux ministre des affaires étrangères israélien, Abba Eban, avec qui j'ai fait campagne pour la paix dans de nombreuses tribunes, a dit : " vous faites la paix en parlant avec vos ennemis"
Quelque soit le nombre de Palestiniens que les Israéliens assassinent à Gaza, ils ne peuvent pas résoudre ce problème existentiel en utilisant des moyens militaires. Quand et comment le combat se termine, il y aura toujours 1,5 millions de Palestiniens dans Gaza, et 2,5 millions de Palestiniens en plus en Cisjordanie.Les Israéliens les traitent comme des moins que rien, avec des centaines de barrages et avec les horribles habitants des colonies juives illégales qui les harassent aussi. Le moment viendra, bientôt, quand ils dépasseront en nombre la population juive d'Israël.
Il est temps que notre gouvernement fasse clairement comprendre au gouvernement israélien que leur conduite et politiques sont inacceptables, et d'imposer un embargo total sur les armes à destination d'Israël.
il est temps de faire la paix, mais la vraie paix, pas la solution basée sur la conquête qui est le but réel d'Israël, mais qu'il lui est impossible d'atteindre. Ils ne sont pas simplement criminels de guerre, ils sont fous.
Source : HN/MMN www.presstv.ir -19/01/09
Traduction Mireille Delamarre
http://www.planetenonviolence.org/Carnage-a-Gaza-Un-Remake-De-l-Holocauste_a1794.html


Lire la suite

25/01/2009

n°423 - Journal de Palestine - 23-01-Début - Obama défend "Israël".


Journal de Palestine                                  

n°423                              23-01

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

Tiré a part

L’holocauste israélien contre la bande de Gaza continue : 1.414 morts et plus de 5.530 blessés.

Bahr demande au TPI d’arrêter les dirigeants israéliens responsables des massacres perpétrés à Gaza.

La guerre continue ... Israël exclut de rouvrir totalement la frontière avec la bande de Gaza tant que le Hamas contrôle le territoire palestinien…

Paroles & actions du président cette semaine ...

Obama et son message pour le monde de l'Islam

Obama en phase avec la ligne de son prédécesseur…

Obama défend "Israël".

Suite 1

Résistance

Détails par région:

2 Décompte des pertes humaines

3 Politique

Palestinienne

Israélienne

Suite 2

4 Politique internationale des territoires occupés 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Témoignage d’enfants de Gaza, cas de Dalal Abu Aïcha 



Lire la suite

n°423 - Journal de Palestine - 23-01-Suite 1 - Obama défend "Israël".


n°423 - Journal  de Palestine - 23-01-Suite 1 - Obama défend "Israël".



Journal de Palestine                                  

n°423                              23-01

C.De Broeder & M.Lemaire


Sommaire  -Suite 1 -

1 Résistance

Détails par région:

2 Décompte des pertes humaines

3 Politique

Palestinienne

Israélienne



1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés

Résistance

Les tunnels de Gaza seraient à nouveau opérationnels.

Les tunnels reliant la Bande de Gaza à l'Egypte sont à nouveau opérationnels, malgré les centaines de bombes et de missiles qui les ont visés pendant la récente offensive israélienne.

C'est fonctionnel depuis ce matin", assure Abou Wahda.

Selon Abou Wahda, le passage d'un mètre de haut dans lequel il se trouve, situé sous les sables mous de Gaza, n'a pas encore été complètement consolidé. Il reste dangereux pour les huit personnes travaillant pour lui qui font la navette entre l'Egypte et la Bande de Gaza pour passer des produits.

"Mais le pire danger vient du ciel, s'ils bombardent à nouveau", précise-t-il. Un jeune a été posté à proximité pour scruter le ciel en cas d'arrivée d'avions israéliens.

Tsahal dit avoir détruit 60 à 70% des tunnels avant le cessez-le-feu de dimanche. Israël estime qu'il y avait environ 300 tunnels avant l'offensive.

Alfred de Montesquiou

AP

23-01

23-01

A Rafah, ville frontalière où la quasi-totalité des tunnels sont creusés, des résistants ont dit à l'Associated Press qu'il y avait environ 1.000 tunnels opérationnels avant le bombardement.

La plupart des tunnels ont été creusés après le blocus de Gaza par Israël et l'Egypte, en juin 2007.

La plupart des tunnels sont utilisés pour contourner le blocus israélien et importer des produits qui manquent (carburant, vêtements, matériaux de construction, cigarettes, et même des chips dont les habitants de Gaza ont très envie après un mois pendant lequel ils ont dû survivre avec des rations de guerre).

Les tunnels, qui se trouvent à une quinzaine de mètres sous terre, sont en général longs de 800 mètres entre la Bande de Gaza et l'Egypte, où leur entrée est en général caché à l'intérieur des maisons.

Le Hamas ne prècise pas s'il fait passer des armes et de l'argent à travers les tunnels, mais il considère qu'il s'agit d'un commerce légitime. "Les gens n'auraient pas besoin des tunnels si la frontière était ouverte", a expliqué jeudi à l'AP Ehab Ghussein, porte-parole du ministère de l'Intérieur du Hamas.

Alfred de Montesquiou

AP

23-01

 

23-01

"Les points de passage de Gaza devraient être ouverts pour permettre l'acheminement de l'aide internationale et les échanges commerciaux, avec les observateurs appropriés et la participation de l'Autorité palestinienne et de la communauté internationale", a déclaré M. Obama.

"Les secours devraient pouvoir atteindre les Palestiniens innocents qui en dépendent", a-t-il ajouté.

Claire SNEGAROFF

AFP


Bande de Gaza - Au jour le jour

21-01

Les forces de l’occupation ont envahi, ce matin mercredi 21/1, le village de Khouzaa, à l’est de Khan Younès dans la Bande de Gaza, en ouvrant le feu de façon hasardeuse dans une nouvelle violation au cessez-le-feu annoncé par l’occupation.
Des sources locales ont dit au correspondant du centre palestinien d'information que plusieurs chars, ainsi qu'un bulldozer militaire,  ont envahi la région, en rasant des terres agricoles.

On note que les forces occupantes ont effectué plusieurs incursions dans la région durant les derniers jours, en bombardent plus de 100 maisons palestiniennes et rasant de grandes surfaces de terres agricoles.
CPI

20-01

L’organisation des Nations unies ‘Handicap International’ et les autres membres de la Campagne internationale pour interdire l’utilisation des mines antipersonnel (ICBL), ont appelé l’Etat israélien de ne plus utiliser ces armes barbares.

Mais Israël reste sourd à ces appels et sème ces armes meurtrières dans Gaza avant de se replier.

.Les services publics ont demandé aux ambulances et aux personnes d’éviter les endroits dangereux, à cause des mines antipersonnel semés par l’état sioniste.

http://www.aljazeera.net/NR/exeres/0BA9192A-4BE5-4511-AC08-11FB6422343B.htm

20-01

Deux enfants ont été tués mardi lorsque un engin explosif laissé par l’armée israélienne a explosé à l’est de Gaza ville.
Le docteur Muawiya Hassanein, directeur général du service d’urgence et ambulancier au Ministère de la Santé, a dit que Abdullah Hassanain, 10 ans, et Shuruq Hassanein, 11 ans, «ont été tués alors qu’ils jouaient».
«Ils ont été transférés à l’hôpital. Leurs corps étaient déchiquetés», a-t-il ajouté.
Dans un autre incident depuis que l’administration israélienne a déclaré un cessez-le-feu, les sources médicales rapportent un autre mort. Le nombre des morts palestiniens s’élève ainsi à 1414.
Kamal Al-Attar, agriculteur, se trouvait à l’est de Jabalyia lorsqu’il a été tué par des tirs des forces israéliennes stationnées à la frontière dans le nord de la bande de Gaza. Il a été transporté à l’hôpital Kamal-Adwan à Beit Lahya.
Des témoins ont raconté que la flotte israélienne au large de la côte de Gaza a tiré plusieurs bombes sur les bateaux de pêche palestiniens, sans faire de victime. Après que le secteur de la pêche ait subi des pertes économiques énormes, des dizaines de Palestiniens sont repartis en mer aujourd’hui.
34 millions de dollars du Koweït et un milliard de l’Arabie Saoudite aideront en partie à les compenser. (PNN)

21-01

Les soldats d’occupation n’ont pas été seulement assassins , mais ils étaient aussi "voleurs" ; ils ont pillé les maisons à la recherche de tout ce qui peut être précieux au cours de leurs opérations militaires, qui a duré 23 jours dans le secteur.

http://www.aljazeera.net/NR/exeres/CE164DA3-98AB-4986-9AB6-45C37EDD57B9.htm

22-01

Cinq Palestiniens ont été blessés à Gaza par des tirs de navires de guerre israéliens, selon des sources médicales.

Cinq Palestiniens ont été blessés, dont deux grièvement, jeudi par des missiles tirés par des navires de guerre israéliens sur une zone dans l’ouest de la ville de Gaza, ont rapporté du personnel médical et des témoins.

Plusieurs bâtiments de guerre israéliens ont tiré des douzaines d’obus sur la côte ouest de la bande de Gaza, notamment sur le camp de réfugiés de Shati (côte), situé dans l’ouest de Gaza, blessant au moins cinq personnes, selon des habitants.

Moawiya Hassanine, responsable en chef des services d’urgence de la bande de Gaza, a indiqué à des médias que les cinq Palestiniens blessés ont été évacués vers l’hôpital Shifa, et il a ajouté que deux de ces victimes se trouvent dans un état grave.

Afp & CPI


Cisjordanie occupée par Israël depuis 1967 :  Au jour le jour

22-01

Les services de la sécurité de Mahmoud Abbas ont enlevé plus de 30 partisans du Hamas à cause de leur participation à des marches de soutien aux habitants de la Bande de Gaza.
Des sources locales ont déclaré que la sécurité d'Abbas lance des campagnes d'arrestations contre les partisans du Hamas depuis le vendredi dernier, en arrêtant plus de 30 partisans du Hamas dont des Imams, des instituteurs et des étudiants.
Cette campagne d'enlèvement aux partisans du Hamas est venue après la grande marche populaire organisée, le vendredi dernier, dans la ville de Toulkarem pour soutenir les habitants de la Bande de Gaza et appuyer la résistance palestinienne.

http://www.palestine-info.cc

22-01

Les militaires occupants ont arrêté 9 Palestiniens en Cisjordanie. D'après le website de l'agence d'information officielle qatarie, Qana, citant les sources palestiniennes, les forces du régime sioniste ont enlevé ces neuf Palestiniens, mercredi, tôt dans la matinée, après une incursion dans un village, dans le sud-est de Jenine, en Cisjordanie. Les militaires israéliens enlèvent et arrêtent des jeunes palestiniens, sous divers prétextes, dans leurs agressions contre les régions cisjordaniennes. Environ 12. 000 Palestiniens croupissent dans les geôles du régime sioniste.

http://french.irib.ir

 

Les occupants attaquent les Palestiniens de la Cisjordanie qui fêtaient la victoire de la résistance.

Le Hamas a organisé, aujourd’hui vendredi 23 janvier 2009, une manifestation pour célébrer la victoire de la résistance dans la bande de Gaza.

Nombreux étaient les participants.

La manifestation est sortie dans le quartier d’Abou Snina, au sud de la ville d’Al-Khalil (Hébron).

Les participants criaient des slogans soutenant la résistance, les brigades d’Al-Qassam et le gouvernement légitime de Gaza. Ils ont hissé des drapeaux unificateurs et des miniatures de roquettes Al-Qassam.

Les forces israéliennes d'occupation ont fait barrage à cette manifestation, dès son commencement. Des confrontations se sont produites entre les manifestants et les soldats de l’occupation israélienne. Les participants ont jeté sur les soldats des pierres et des cocktails Molotov, après que les Israéliens avaient tiré des balles réelles et des bombes lacrymogènes.

Plusieurs personnes ont été blessées et asphyxiées.

Les confrontations entre les jeunes palestiniens et les forces israéliennes d'occupation se sont propagées dans plusieurs quartiers du sud de la ville.

A noter que le mouvement du Hamas organise chaque semaine des manifestations pour soutenir Gaza, dans la région sud sous occupation israélienne.

Al-Khalil –

CPI

23-01 



2 La Palestine en chiffre (Depuis le début de l'Intifada le 25 septembre 2000)


Civils & résistants tués                                                                            :  7.47

Palestiniens blessés                                                                               :  54.581

Internationaux blessés                                                                             : 192 (chiffre tout a fait minimal)

(balles réelles ou caoutchoutées, gaz lacrymogène, autres moyens)

Arrêtés     :                                                                                            :  47.733

En prison :                                                                                             : 11.800

Pacifistes en prison ou arrêtés                                                                  : 108

Autres actes           

Journalistes tués                                                                                      : 9

Journalistes blessés                                                                                :  ? + 32

Nombre de maisons palestiniennes détruites ou partiellement démolies       :  66.275

 

2-2 Occupants:

Israéliens  tués                                                                                        : 1.198

                                                                                                                ( 358 militaires/policiers)

Israéliens blessés                                                                                     : 6.577

                                                                                                                ( 545  militaires/policiers)


Les chiffres indiqués sont  vérifiés par le recoupement des chiffres des pertes communiqués par la résistance & les médias occidentaux & XINHUANET (Chine)  



Lire la suite

n°423 - Journal de Palestine - 23-01-Suite 2 - Obama défend "Israël".


n°423 - Journal  de Palestine - 23-01-Suite 2 - Obama défend "Israël".



Journal de Palestine                                  

n°423                              23-01

C.De Broeder & M.Lemaire


Sommaire  -Suite 1 -

4 Politique internationale des territoires occupés 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Témoignage d’enfants de Gaza, cas de Dalal Abu Aïcha 



3 Politique Internationale des térritoires occupés

a) Pays Arabes & voisins

La ligue islamique :"les sionistes doivent être jugés de leurs crimes de guerre".
La Ligue islamique en Grande-Bretagne a appelé la communauté internationale, les institutions des sociétés civiles et les organisations juridiques concernées, à déployer tous les efforts pour poursuivre les criminels sionistes et les emmener devant les cours pénales internationales pour les juger de leurs crimes de guerres contre les civils innocents de Gaza, notamment les enfants, les femmes et personnes âgées, durant leur guerre barbare qui a durée plus de 22 jours consécutifs.
Le chef da la ligue islamique en Grande-Bretagne, Ahmed Al Rawi, a évalué fortement lors d'une conférence de presse, les positions arabes publiées lors des deux sommets arabes, à Doha et au Kuweit, tout en appelant à unir la position arabe et renforcer les efforts pour soutenir le peuple palestinien.

Al Rawi a salué fortement les efforts et de soutien déployés par les institutions arabes, islamiques et internationales, notamment la solidarité des hommes libres au monde entier qui ont marqué un éminent acte humanitaire envers les habitants innocents de Gaza agressés, ainsi que ceux qui ont proclamé le droit légitime du peuple palestinien à lutter contre l'occupation israélienne qui continue de confisquer les terres des palestiniens et les priver de leurs droits légaux.

Il a attiré l'attention au monde entier sur les crimes de guerre très flagrants contre plus de 1300 martyrs dont plus de 410 enfants, et plus de 5450 blessés dont leur moitié sont des enfants et des femmes, tout en révélant également que la majorité des victimes sont des civils innocents.

"Les opérations militaires sionistes sauvages, durant 22 jours, ont ciblé des civils innocents dans leurs maisons, dans les sièges onusiens, dans des endroits de la société civile, en utilisant des armes lourdes et interdites au niveau international, dont des obus de phosphore blanc, chose qui a causé de grands désastres à Gaza et beaucoup de victimes civils innocents", a souligné Al Rawi en appelant à emmener les criminels sionistes aux cours pénales internationales.

CPI 

23/1


Ahmed Jibril demande la démission de Mahmoud Abbas

Le secrétaire général du Front pour la Libération de la ‎Palestine, FPLP, a déclaré hier à l'antenne d'Al-Alam que le plan ‎de paix arabe ne garantissait pas les demandes et les droits du ‎peuple palestinien. Ahmed Jibril a souligné que certains pays ‎arabes, sous pression américano-européenne, s'étaient vus obligés ‎de mettre en avant le plan de paix arabe, alors que les Palestiniens ‎exigeaient qu'il soit annulé et remplacé par un autre plan, élaboré ‎dans le cadre de la Ligue arabe et sur la base du traité de la défense ‎commune arabe. Ahmed Jibril a réitéré que la Résistance ‎palestinienne n'avait pas de confiance en Mahmoud Abbas ni au ‎président égyptien Hosni Mobarak pour mener la médiation entre ‎Palestiniens et Israéliens. « Mahmoud Abbas n'a fait que ‎multiplier les colonies sionistes et modifier le tissu démographique ‎en faveur des sionistes à Beitolmoqaddas. », a déploré Ahmed ‎Jibril avant de souligner que Mahmoud Abbas et certains ‎dirigeants arabes ne voulaient pas que les groupes de la Résistance ‎dirige le peuple palestinien. Rappelant que le mandat de Mahmoud ‎Abbas a expiré, le Secrétaire général du FPLP, a déclaré que la ‎donne d'avant la guerre de Gaza est différente de celle d'après. Il a ‎ensuite demandé la démission de Mahmoud Abbas et proposé la ‎tenue des élections générales à l'intérieur et à l'extérieur de la ‎Palestine pour élire le nouveau président. Le Secrétaire général du ‎FPLP commandement général a vivement critiqué les positions de ‎Hosni Mobarak surtout au sujet de la tragédie de Gaza lui ‎demandant de prendre modèle de l'Iran qui a soutenu la Résistance.‎

22 Janvier

IRIB-


Lire la suite

n°423 - Journal de Palestine - 23-01-Suite 2 - Obama défend "Israël".


n°423 - Journal  de Palestine - 23-01-Suite 2 - Obama défend "Israël".



Journal de Palestine                                  

n°423                              23-01

C.De Broeder & M.Lemaire


Sommaire  -Suite 2 -

4 Politique internationale des territoires occupés -Suite 1 -

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Témoignage d’enfants de Gaza, cas de Dalal Abu Aïcha 



Organisations Mondiales & régionales

Otan - 3 Onu - 4 Nations Unies - Banque Mondiale- Mouvement des non-aligné (MNA)

Onu

 23-01

Israël a détruit les infrastructures du futur Etat palestinien plutôt que celles des terroristes(ndlr : Lire Hamas), a déclaré vendredi John Ging, directeur des opérations à Gaza de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).
 "Les responsabilités doivent être établies au sujet des raisons pour lesquelles l'armée de l'air israélienne a frappé les infrastructures de l'Etat palestinien plutôt que les infrastructures de la terreur", a affirmé M. Ging depuis Gaza lors d'un échange par téléphone avec la presse à Genève.
Selon le responsable de l'Unrwa, la majorité des destructions causées par l'offensive israélienne concerne les infrastructures du "futur Etat" palestinien ainsi que le tissu industriel de la bande de Gaza, et pas simplement les habitations.
"Différents ministères ont été complètement détruits (tandis que) le tissu industriel a été réduit à l'état de ruine", a-t-il déploré.

Pour M. Ging, il est essentiel de "restaurer dans l'esprit des gens la foi dans l'Etat de droit" et de "canaliser l'émotion des gens dans cette direction", qu'il s'agisse des civils palestiniens ou israéliens, a-t-il insisté.

(AFP

23-01

Le rapporteur spécial de l'ONU pour les territoires palestiniens, Richard Falk, a estimé jeudi que les opérations militaires israéliennes avaient eu un "caractère sans aucun doute inhumain" qui évoque "le spectre de crimes de guerre systématiques".

Afp

L'ONU prend la mesure des destructions à Gaza

L'ONU a plaidé jeudi en faveur d'une réouverture des points de passage de la bande de Gaza, ravagée par l'offensive israélienne, pour permettre sa reconstruction, l'Etat hébreu menaçant d'y intervenir à nouveau si des d'armes arrivait a Gaza par les tunnels.

Pour le coordinateur humanitaire de l'ONU John Holmes, qui a inspecté plusieurs sites bombardés, l'ouverture des points de passage est l'un des "problèmes" qui doit être discuté avec Israël.

Israël "doit permettre aux programmes d'aide d'aller de l'avant sans obstacle", a ajouté à l'AFP M. Holmes.

A Gaza, M. Holmes a dit qu'il tentait de "dresser un bilan de l'ampleur des dégâts", avant de lancer un appel à des fonds internationaux pour la reconstruction du territoire contrôlé par les islamistes du Hamas.

Selon une estimation provisoire du Bureau central palestinien des statistiques, les pertes causées par l'offensive s'élèvent à 1,9 milliard de dollars, dont 476 millions pour les dégâts dans les habitations et les infrastructures.

Mehdi LEBOUACHERA

Afp

23-01

Ban Ki-moon pourrait-il se mettre en harmonie avec les appels à condamner les dirigeants Israélien ?
Le chef de l’ONU Ban Ki-moon doit effectuer une visite à Gaza au cours de laquelle il contrôlera des bâtiments onusiens, des écoles, des habitations, des mosquées et des établissements de la société civile, pilonnés et détruits complètement par les agressions de l’occupation israélienne.
Des statistiques palestiniennes ont évalué le coût des infrastructures détruites à Gaza à plus de 2 milliards de Dollars. Des centaines d’habitations, des dizaines de mosquées et plusieurs sièges onusiens ont été complètement dévastés par, l'aviation, l'artillerie et les navires de guerre israélienne.

Des sources palestiniennes ont déclaré aujourd'hui, mardi 20/1, que Ban Ki-moon doit également examiner sur le terrain, l'école d'Al Fakhoura, œuvre de l'ONU qui a été touchée par les bombardements de l’occupation, ainsi que d'autres bâtiments onusiens.
Plusieurs instituions, organisations et hommes libres du monde entier ont appelé à condamner les dirigeants sionistes à cause de leur crimes de guerre perpétrés d'une manière barbare et sans précédente, contre les civils de la bande de Gaza.

Des sources palestiniennes, ainsi que des familles victimes de la sauvagerie israélienne s’interrogent si monsieur Ban Ki-Moon pourra se mettre en harmonie avec les appels à une condamnation immédiate des dirigeants sionistes. Il faut les emmener à la cour pénale internationale. En effet, plus de 410 enfants ont été tués, plus de 5450 personnes ont été blessés dont la moitié est des enfants et des femmes, selon des équipes médicales et de secours à Gaza.

CPI  21/1


Lire la suite

20/01/2009

n°422 - Les Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de Palestine -du 19-01 -Début- Israël n'a jamais eu qu'une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine.


n°422 - Les  Dossiers  'Géopolitique et stratégie'  de  Palestine -du 19-01   -Début-  Israël n'a jamais eu qu'une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine.



Les  Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de  Palestine 

422 du 19 01        C.De Broeder & M.Lemaire



NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

Tiré à part

Communiqué de presse 1 Analyse - Géopolitique et stratégie

1-1Antonio Artuso : Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.

Suite

1-2 Michel Chossudovsky : Envois d’un volume inhabituel d’armes des États-Unis vers Israël: Ces pays projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient ?

1-3 Comité Valmy : Pourquoi y a-t-il la guerre à Gaza ? À cause du sionisme.

Fin

1-4 Analyse de Daniel Vanhove : Scènes ordinaires de la vie en Palestine, à Gaza.

1-5 Comaguer : Israël n’a jamais eu qu’une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine

2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

2-1 Myriam Abraham : Tel Aviv lance une attaque de Propagande.

2-2 Gaston PELLET : Gaza et l'information.



Tiré a part

Communiqué de presse

Solidarité avec la résistance du peuple palestinien face aux atrocités commises par l’armée israélienne 

La guerre actuelle menée par l’Etat d’Israël n’est pas une guerre de défense, ni de protection de ses citoyens. Israël est en train de perpétrer un carnage à Gaza :

 Bombardements de la zone la plus densément peuplée au monde (où la moitié des habitants sont des enfants) au moyen d’armes interdites, comme le phosphore blanc, l’uranium appauvri, les bombes à fragmentation ou à haute densité en particules métalliques ;

 Extermination de familles entières brûlées vivantes et enterrées dans les décombres de leurs maisons après que ces bombes interdites aient été larguées par des avions F-16 et des hélicoptères Apache américains ;

 Écoles, cliniques, mosquées, prisons, infrastructures civiles (routes, ponts, universités, immeubles civils) bombardés ;

 Blocus alimentaire et énergétique en plein hiver d’un million et demi de personnes enfermées dans une « souricière » géante ;

 Mitraillage des convois des Nations-Unies, du CICR, des ambulances... jusqu’au meurtre de médecins et de personnels sanitaires.

C’est une tuerie et un massacre qui a officiellement pour cible le Hamas, mais dans un tel contexte, tout palestinien est potentiellement dans la ligne de mire.

Il y a cinq ans déjà, le gouvernement israélien définissait l’ensemble de la Bande de Gaza, femmes et enfants compris, comme « entité hostile  », dont l’éradication devenait légitime. Le carnage actuel permet de dire que ce n’était pas une métaphore, mais un plan d’action. Parler de guerre signifierait un minimum de capacité de contre-attaque de la part des Palestiniens de Gaza. Or, ils n’ont à leur disposition qu’un armement sommaire, dont la capacité de nuisance est limitée. En ce sens, comparer le bombardement massif de Gaza et les roquettes tirées par quelques groupes militants comme le Jihad islamique est dénué de tout fondement. Il n’y a pas de symétrie militaire entre la Palestine et Israël, mais surtout, il n’y a aucune symétrie morale.

Gaza est aujourd’hui à la fois le Guernica de la guerre civile espagnole et le Ghetto de Varsovie. Et alors que les journalistes sont interdits d’accès, Israël accumule les violations massives de droits humains, civils, sociaux, économiques, politiques et culturels. Silence, on tue.

En méprisant la convention de Genève, Israël commet, en effet, des crimes de guerre et contre l’humanité avec l’appui actif ou le silence complice des gouvernements des grandes puissances :

 L’Union Européenne, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy et de Bernard Kouchner, vient de renforcer son traité de Coopération avec Israël, dont le Parlement Européen avait pourtant réclamé la suspension.

 L’appui actif et criminel de Washington (que ce soit George W. Bush ou Barack Obama).

 Nous dénonçons l’indécence et l’hypocrisie morale qui consistent à mettre sur un pied d’égalité des roquettes artisanales lancées par le Hamas et le déluge de bombes qui s’abat sur la Palestine en ce moment. Ces tirs de roquettes ne sont pas, comme veulent nous le faire croire certains diplomates européens, des "provocations que rien ne peut expliquer", mais des ripostes, assez dérisoires, à un embargo sauvage imposé par Israël, depuis un an et demi, au million et demi de résidents de la Bande de Gaza, femmes, enfants, vieillards compris, avec la collaboration criminelle des Etats-Unis mais aussi de l’Europe. Tout comme l’attaque du Liban en 2006, l’agression israélienne s’inscrit dans la guerre globale permanente et préventive des stratèges néoconservateurs en place à Tel Aviv.

Nous appuyons la résistance palestinienne face aux agressions systématiques dont elle fait l’objet de la part des autorités israéliennes et de leur armée. Nous soutenons fermement le droit du peuple palestinien à un Etat pour vivre en paix sur son territoire.

Une guerre pour s’approprier les richesses naturelles de la Palestine

A l’horreur du crime, s’ajoute l’abject des motivations immédiates : dans moins de deux mois se dérouleront en Israël des élections et les victimes palestiniennes sont aussi des arguments électoraux. Les martyrs de l’attaque israélienne sur Gaza sont l’objet d’une concurrence médiatique entre Ehoud Barak, Tsipi Livni et Ehoud Olmert, à qui sera le plus déterminé dans la brutalité. Le criminel de guerre qui dirige le Parti Travailliste se vante d’avoir gagné quatre points dans les sondages. En plus de ces motivations électoralistes, il faut ajouter des objectifs économiques. Le long de la côte de Gaza, à quelques encablures seulement, dans les limites de la souveraineté maritime reconnue aux Etats, se trouvent d’immenses gisements de gaz naturel. Depuis des années, ils sont l’objet de négociations entre British Gaz, Israël et l’Autorité Palestinienne bien qu’ils appartiennent au peuple palestinien. Les bénéfices potentiels de leur exploitation sont estimés à plus de 4 milliards de dollars. Ils pourraient également subvenir jusqu’à 10% des besoins énergétiques d’Israël, et ce à moindre coût car, outre la proximité des gisements, les conditions tarifaires auraient été négociées à des conditions avantageuses… Bien sûr ces négociations sont pour l’instant dans une impasse. Alors que ces gisements de gaz naturel devraient participer à l’amélioration des conditions de vie des Palestiniens, aucune exploitation de ce gaz n’est faite : en lieu et place, la marine israélienne bombarde sans cesse la population civile palestinienne.

Paix et justice avant tout

 Depuis longtemps nous dénonçons les crimes commis par l’Etat d’Israël contre la Palestine et le Liban. Aujourd’hui, plus que jamais, nous joignons notre voix à la clameur mondiale exigeant la fin immédiate de l’agression criminelle de Tsahal contre le peuple palestinien, le retrait de ses troupes, la levée immédiate du blocus inhumain imposé sur un million et demi de personnes, et la liberté de circulation à la frontière égyptienne.

 Après application de ces premières mesures fondamentales, nous réclamons un embargo total et absolu sur les ventes d’armes à l’Etat d’Israël et la mise en place d’un boycott international culturel et économique comme celui décrété par les Nations Unies contre l’état raciste d’Afrique du Sud.

 A l’instar du Venezuela, nous interpellons les nations qui se disent civilisées jusqu’à ce qu’elles expulsent les diplomates israéliens présents sur leur sol et la Communauté Européenne afin qu’elle suspende immédiatement ses accords économiques avec Israël.

 Nous exigeons la mise en place immédiate d’une Commission internationale d’enquête sur les crimes contre l’humanité et de guerre qui sont perpétrés en territoire palestinien. Nous demandons que cela soit assorti du déploiement d’une force capable de procéder à la détention, l’incarcération préventive des militaires, dirigeants politiques et autres acteurs pouvant être poursuivis pour ces faits, en vue de leur jugement par la Cour internationale de justice ou la Cour pénale internationale.

 Pour une paix définitive, œuvrons pour que soit imposé à Israël de démanteler toutes ses colonies en Cisjordanie ainsi que le mur de la Honte, de rendre toutes les terres volées aux Palestiniens en les dédommageant pour les centaines de milliers d’oliviers et d’arbres fruitiers abattus, pour les milliers de fermes et puits d’eau détruits, pour les dommages écologiques infligés à leur environnement.

Le peuple palestinien ne doit rien

 Nous devons apporter toute notre expérience et nos capacités d’analyse pour enquêter et dénoncer les crimes économiques subis par le peuple palestinien depuis des décennies et pour aider à la qualification de dette odieuse, dette de guerre, dette écologique, dette historique et dette coloniale, toutes les dettes que certains bailleurs de fonds voudraient récupérer illégitimement.

 Veillons à ce que la Palestine ne paie pas un sou qui pourrait lui être réclamé à titre de dette, si elle n’est pas justifiée.

Le peuple palestinien est créancier net

 Veillons également à ce que l’Etat d’Israël soit considéré comme débiteur des sommes nécessaires pour réparer intégralement les immenses dommages de guerre infligés au peuple palestinien ainsi que la reconstruction de la Palestine à travers un fonds alimenté par le Trésor israélien.

 Faisons entendre haut et fort que les États-Unis devraient participer au financement de ce fonds du fait de leur complicité militaire et criminelle avec Israël : plus de 90% de l’équipement de l’armée israélienne est de technologie ou de fabrication états-unienne. Dans ce mécanisme de réparation, il devra y avoir un volet qui prendra en charge le retour des réfugiés et leur dédommagement. Ce fonds devra être géré par et pour le peuple palestinien.

Mais l’urgence, aujourd’hui, est d’arrêter les massacres.

 Nous appelons toutes les organisations syndicales, tous les partis politiques, mairies, administrations territoriales, entreprises, et citoyens du monde entier à dénoncer l’entreprise criminelle de la 4è armée du monde contre tout un peuple, et à s’engager au côté du peuple palestinien.

Sans justice il n’y aura pas de paix. Nous sommes tous des palestiniens.

http://www.cadtm.org/spip.php?article4061


Lire la suite

n°422 - Les Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de Palestine -du 19-01 -Suite - Israël n'a jamais eu qu'une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine.


n°422 - Les  Dossiers  'Géopolitique et stratégie'  de  Palestine -du 19-01   -Suite -  Israël n'a jamais eu qu'une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine.



Les  Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de  Palestine 



Sommaire   -Suite

1-2 Michel Chossudovsky : Envois d’un volume inhabituel d’armes des États-Unis vers Israël: Ces pays projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient ?

1-3 Comité Valmy : Pourquoi y a-t-il la guerre à Gaza ? À cause du sionisme.



1-2 Michel Chossudovsky : Envois d’un volume inhabituel d’armes des États-Unis vers Israël: Ces pays projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient ?

Cette version française a été révisée le 18 janvier 2008.
Une très grosse cargaison d'armes, composée de 3000 tonnes de munitions, doit être envoyée des États-Unis vers Israël. La taille et la nature de cette expédition sont qualifiées d’« insolites » :

 

« L’envoi inhabituel de 3000 tonnes de munitions en une seule fois, cela fait beaucoup » déclarait un courtier sous couvert d’anonymat.

 

« Cela (ce type de demande) est assez rare et on n’en a pas vu beaucoup sur le marché ces dernières années » a-t-il ajouté.

 

À Londres, les courtiers maritimes spécialisés dans le transport d’armes pour les armées étasunienne et britannique, ont affirmé que ce genre d’affrètement vers Israël était rare. (Reuters, 10 janvier 2009).

 

Une compagnie de la marine marchande grecque a été chargée par le Pentagone de livrer les armes à Israël :

 

Les documents du ravitaillement maritime vus par Reuters montrent que les États-Unis ont cherché à louer un navire marchand pour expédier des centaines de tonnes d'armes vers Israël depuis la Grèce à la fin de ce mois-ci.

 

L'US Navy's Military Sealift Command a déclaré que le navire devrait transporter en deux voyages distincts 325 conteneurs standards de 6 mètres, dont le contenu était enregistré sous le nom de « munitions », depuis le port grec d’Astakos jusqu’au port israélien d'Ashdod, durant la deuxième moitié de janvier.

 

Sur le manifeste de cargaison, l’identification de « matières dangereuses » évoque des substances explosives et des détonateurs, mais aucun autre détail n’y figure. (Ibid)

 

Il est à noter que l’envoi d’un stock inhabituellement important de munitions des États-Unis vers Israël avait également été programmé début décembre [2008] :

 

Les documents indiquent que le navire allemand loué début décembre par les États-Unis transportait aussi une énorme cargaison d'armes, pesant plus de 2,6 millions de kg [2600 tonnes], qui remplissait 989 conteneurs standard de 6 mètres.

La provenance était la Caroline du Nord et la destination était Ashod. (Press TV, 10 janvier 2009).

 

Ces grandes expéditions de munitions sont-elles liées à l'invasion de Gaza ?

 Selon Reuters, la demande du Pentagone de transporter des munitions dans un navire de commerce a été faite le 31 décembre, 4 jours après le début des bombardements aériens sur Gaza par les avions de chasse F16.

Les analystes ont conclu à la légère, sans preuve, que les deux expéditions de « munitions » sont destinées à approvisionner les forces armées d’Israël pour l’aider dans son invasion militaire de Gaza.

 

À Londres, un analyste militaire chevronné, a indiqué sous couvert d’anonymat, qu’à cause du timing, les expéditions pourraient être « irrégulières » et liées à l'offensive contre Gaza. (Reuters, 10 janvier 2009).

 

Ces rapports sont erronés. Dans une opération militaire, la livraison de munitions précède toujours l'attaque. Les munitions requises pour l'opération « Plomb Durci » ont été déterminées en juin 2008. Suite à la demande de Tel-Aviv dans le cadre du programme étasunien d'aide militaire à Israël, le Congrès a approuvé en septembre 2008 le transfert de 1000 Guided Bomb Units 39 (GBU-39), des bombes perce-bunker de haute précision, de petit diamètre et guidées par GPS.
Les bombes GBU-39 produites par Boeing ont été livrées à Israël en novembre. Elles ont été utilisées lors des premiers raids aériens sur Gaza :

 

L’armée de l’air israélienne (IAF) a utilisé les nouvelles GBU-39 Small Diameter Bomb achetées aux États-Unis dans les récentes attaques contre Gaza. Le [Jerusalem] Post a signalé que ces nouvelles armes, commandées en septembre, étaient arrivées le mois dernier [novembre], et étaient déjà utilisées par les avions de chasse de l’IAF. Ces armes ont pu être larguées par les F-15Is de l’IAF, car jusqu'ici ces bombes de petit diamètre ne peuvent être utilisées que par ce type d'avion.

 

Il est hautement improbable que le gros de l'armement inclus dans ces deux envois massifs, qui doivent arriver en Israël vers fin janvier, soit destiné à servir dans l'opération militaire menée par Israël à Gaza. La GBU-39 est légère (130 kg). Le poids total de l'expédition des GBU-39 (1000 unités) serait de l'ordre de 130 modestes tonnes. En d'autres termes, les spécifications de la GBU-39 ne correspondent pas à la description de l’envoi d’armement « exceptionnellement grand » et « lourd ».
 

 

GBU-39

Le scénario de l'escalade

L'expédition commandée le 31 décembre est de l'ordre de 3000 tonnes, une cargaison de « munitions » très pesante et volumineuse, qui indique un transfert d’armes lourdes vers Israël.

Selon les déclarations de l'armée étasunienne, les munitions doivent être entreposées pour un usage « en urgence » dans l'éventualité d'un conflit :

 

Cet envoi de routine avait déjà été programmé et n’est pas destiné à l’opération actuelle à Gaza. Les militaires étasuniens pré-positionnent des stocks de sécurité dans certains pays, en cas de besoin urgent. (Reuters, 10 janvier 2009, souligné par l’auteur)

 

Quelle que soit la nature de ces grandes cargaisons d'armes, elles sont destinées à servir lors d’une opération militaire future au Moyen-Orient.

Depuis le lancement de la Theater Iran Near Term Operation (TIRANNT) en mai 2003, un scénario d'escalade impliquant des actions militaires contre l'Iran et la Syrie a été envisagé. TIRANNT a été suivie par une série de plans militaires visant l'Iran. De nombreuses déclarations officielles et des documents militaires étasuniens suggèrent l'élargissement de la guerre au Moyen-Orient.

Ces expéditions d’armes indiquent que le « scénario de l'escalade » non seulement existe, mais est passé à une phase de planification militaire israélo-étasunienne plus active.

On ne sait pas encore si ces armes seront utilisées ou non. À cet égard, la question centrale est de savoir si l'invasion de Gaza fait partie d'une aventure militaire de plus grande envergure contre le Liban, la Syrie et l'Iran, dans laquelle des armes lourdes des États-Unis, bombes perce-bunker comprises, seront utilisées.

 

L’histoire des envois d’armes étasuniennes en Israël

Le stockage en Israël de bombes perce-bunker made in USA est en cours depuis 2005 :

Les États-Unis vont vendre à Israël près de 5000 bombes intelligentes. Ce serait le plus gros contrat de ventes d’armes entre ces deux alliés depuis des années.

 

Parmi les bombes que recevra l'armée de l'air [israélienne], il y a 500 bombes perce-bunker d’une tonne capables de transpercer des murs de béton de deux mètres d'épaisseur, 2500 bombes ordinaires d’une tonne, 1000 bombes de 500 kilos, et 500 bombes de 250 kilos. Les bombes achetées par Israël incluent des versions aéroportées, des systèmes de guidage, des bombes d’entraînement et des détonateurs. Elles sont guidées par un satellite israélien utilisé par les militaires.

 

La vente augmentera les fournitures de bombes intelligentes israéliennes. Le Pentagone a déclaré au Congrès que les bombes étaient destinées à maintenir l'avantage qualitatif d'Israël [contre l'Iran], et à mettre en avant les intérêts stratégiques et tactiques des États-Unis. (Jewish Virtual Library,  21-22 septembre 2004, Haaretz / Jerusalem Post).

 

Les expéditions actuelles de bombes perce-bunker made in USA ont débuté en 2005. En avril 2005, les États-Unis ont approuvé la livraison d’environ 5000 « armes intelligentes air-sol », dont quelque 500 bombes perce-bunker BLU 109. Ces munitions (enrobées d’uranium) seraient plus « adéquates pour viser l'ensemble des cibles iraniennes, à l'exception peut-être de l'installation souterraine de Natanz, qui pourrait exiger la perce-bunker BLU-113 [plus puissante, une variante de la GBU 28] ». (Voir Michel Chossudovsky, Planned US-Israeli Nuclear Attack on Iran, Global Research, 1er mai 2005).

La BLU-109 est plus petite que la GBU 28. « C’est une ogive de 900 kg, utilisable avec un kit de guidage GPS [...], et qui peut percer jusqu'à 4,5 mètres de béton armé » (voir F16.net).

Selon le New York Times, en août 2006, au summum de la guerre contre le Liban, une importante cargaison de bombes GBU 28 de 2,2 tonnes a été envoyée en Israël.  

La GBU 28 est produite par Raytheon. Utilisée en l'Irak lors de la guerre du Golfe en 1991, elle a la capacité de percer environ 6 mètres de béton armé (Haaretz, 9 novembre 2008). Contrairement aux bombes GBU 39 de 130 kilos utilisées à Gaza, chaque GBU-28 pèse 2,2 tonnes.

 

Selon la Federation of American Scientists, « la Guided Bomb Unit-28 (GBU-28) est une arme spécialement développée pour transpercer les centres de commandement irakiens fortifiés, profondément enterrés. La GBU-28 est une arme conventionnelle de 2,2 tonnes à guidage laser, qui utilise une ogive pénétrante de 2 tonnes ».

 

(Pour une représentation visuelle, voir « Bob Sherman, How the GBU-28 works, » USA Today en ligne).

 

 GBU-28 

Vidéo de démonstration de la GBU 28 sur UTube

Ces expéditions d'armes récentes vers Israël, d’une importance exceptionnelle, sont financées par l'aide militaire étasunienne à Israël et font partie de l'accord de 2004 entre Washington et Tel-Aviv.

Comme mentionné ci-dessus, les livraisons de bombes perce-bunker (incluant la GBU 28) remontent à 2005. Bien que la nature et la composition de ces dernières cargaisons d'armes soient inconnues, on soupçonne qu'elles comportent la version perce-bunker lourde, comme la GBU-28.  

À cet égard, il convient de noter que l'été dernier, Israël a demandé au Pentagone de lui fournir des bombes perce-bunker GBU-28. Le but déclaré était de les utiliser dans l'éventualité d'une opération militaire dirigée contre l'Iran.

En septembre 2008, selon la presse étasunienne et israélienne citant des fonctionnaires du Pentagone, la demande de Tel-Aviv a été rejetée. Selon ces rapports, Washington a catégoriquement refusé de livrer la cargaison de bombes perce-bunker GBU 28, qui auraient pu être utilisées pour attaquer les installations nucléaires iraniennes. À la place, Washington a accepté de livrer la GBU-39, plus légère, pour qu’elle soit utilisée à Gaza.

 

Les États-Unis ont « rejeté une demande d’Israël, qui requérait des équipements militaires et une aide qui lui permettrait d'améliorer sa capacité à attaquer les installations nucléaires iraniennes ».

 

Les Étasuniens ont considéré la demande [d'Israël], transmise (et rejetée) au plus haut niveau comme un signe du stade de préparation avancé d'Israël pour attaquer l'Iran. Ils ont donc mis en garde Israël contre toute attaque, affirmant que ce genre d’intervention allait à l’encontre des intérêts étasuniens. Ils ont aussi demandé à Israël d’être prévenus en avance, au cas où l’état hébreu déciderait malgré tout d’attaquer l'Iran. Début septembre, Haaretz a signalé que la demande comportait des bombes perce-bunker GBU-28.

 

Selon AP, les États-Unis ont convenu à la mi-septembre de vendre à Israël 1000 bombes perce-bunker GBU-39 à la place, qui, selon les experts militaires israéliens, « pourraient constituer une nouvelle arme puissante » contre Gaza.

 

Ainsi, quand Israël a demandé aux des armes qui auraient pu servir à bombarder l'Iran, les États-Unis ont refusé, ajoutant explicitement qu'ils ne souhaitaient pas voir d’attaque israélienne contre l'Iran. Et il n'y a pas eu d’attaque israélienne contre l'Iran. (Defense Update.com, décembre 2008).

 

La désinformation médiatique

Les déclarations officielles et les communiqués de presse sont bidon. Israël et les États-Unis ont toujours agi en étroite coordination. Washington « n’exige pas qu’Israël lui fournisse un préavis » avant une opération militaire :

Le rapport d’Haaretz suggère que l'administration Bush était intransigeante et ne voulait pas que les Israéliens attaquent l'Iran. Le rapport laissait même penser que les États-Unis abattraient tout avion israélien essayant d'attaquer l'Iran :

 

Autorisation de l’espace aérien : une attaque contre l'Iran nécessiterait de traverser l'espace aérien irakien. Pour ce faire, il faudrait ouvrir un couloir aérien que les avions de combat israéliens pourraient emprunter sans être pris pour cible par les avions étasuniens ou les missiles antiaériens. Les États-Unis ont aussi rejeté cette demande. Un compte rendu indique que pour esquiver le problème, les Étasuniens ont répondu aux Israéliens de demander l'autorisation à Nouri al-Maliki, le premier ministre irakien, en leur tenant à peu près ce langage : « Si vous voulez, arrangez-vous avec lui » (Haaretz 9 novembre  2008).

 

Ce rapport israélien est trompeur. Israël est l'allié des États-Unis. Les opérations militaires sont étroitement coordonnées. Israël n'agit pas sans l'approbation de Washington et les États-Unis n’abattent pas les avions de son plus proche allié.

 

Nature et composition des dernières livraisons d'armes des États-Unis vers Israël

 Ces envois de « munitions » anormalement volumineux devraient en principe nécessiter l'aval du Congrès. À notre connaissance, il n'existe pas de dossier public sur l'approbation de ces envois de munitions vers Israël.

 

La nature et la composition des cargaisons sont inconnues. La demande de livraison par Israël de GBU 28 de 2,2 tonnes a-t-elle été acceptée par Washington, en court-circuitant le Congrès ? Ces bombes GBU 28 font-elles partie de la cargaison de 3000 tonnes envoyée vers Israël ? Des mini-bombes nucléaires tactiques perce-bunker sont-elles incluses dans l'arsenal d'Israël ? Ce sont les questions à poser au Congrès des États-Unis.

Les deux expéditions de « munitions » devraient arriver en Israël au plus tard les 25 et le 31 janvier.

Le Secrétaire Robert Gates, qui reste à la tête du Département de la Défense, assure la continuité du calendrier militaire.

 

Préparation à une confrontation avec l'Iran : renforcement du système de défense antimissile d’Israël

Début janvier, le Pentagone a envoyé en Israël quelque 100 militaires de l’US European Command (EUCOM) pour aider à installer un nouveau système radar d’alerte précoce en bande X. Ce projet fait partie de l'aide militaire pour Israël approuvée par le Pentagone en septembre 2008 :

 

Le gouvernement israélien a demandé ce système pour l’aider à se défendre contre une éventuelle attaque de missiles de l'Iran. Le Secrétaire à la Défense Robert M. Gates a signé l'ordre de déploiement à la mi-septembre.

 

Selon les fonctionnaires de l'US Missile Defense Agency, ce système pourra, dès qu’il sera pleinement opérationnel, suivre et identifier de petits objets à grande distance et à très haute altitude, notamment dans l'espace. De plus, la défense antimissile d’Israël s’intégrera au réseau mondial de détection de missiles des États-Unis.

 

« Cela permettra aux Israéliens de suivre les missiles balistiques à moyenne et longue portée bien mieux que ce que permet leur système actuel » a déclaré Morrell. « La portée des radars de la défense antimissiles israélienne doublera et accroîtra son temps d’engagement disponible ».

 

D’après lui, cela permettra d'améliorer grandement la capacité défensive d'Israël. Et il ajoute « les missiles balistiques, notamment ceux de l’Iran, représentent une menace grandissante dans la région, et personne ne devrait se sentir plus nerveux que les Israéliens à ce sujet. Il est clair qu'ils le sont et ils ont demandé notre aide ». (Defense Talk.com, 6 janvier 2009, souligné par l’auteur).

 

Le nouveau système radar en bande X « permet l'interception précoce, dès le lancement sur le territoire ennemi au lieu du territoire ami » (Sénateur Azzolina Joseph, Protecting Israel from Iran's missiles, Bayshore News, 26 décembre 2008).

Le radar en bande X intégrerait la défense antimissile d'Israël dans le réseau de détection mondial des États-Unis, qui comporte des satellites, des navires de l’Advanced Electronic Guided Interceptor System, en Méditerranée, dans le Golfe Persique et en Mer Rouge, ainsi que les radars et les intercepteurs au sol du système Patriot. » (Ibid)

Ce que cela signifie, c'est que Washington fait la pluie et le beau temps. Ce sont les États-Unis, et non Israël, qui contrôleront le système de défense : « Ceci est, et restera, un système radar étasunien » a déclaré le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell. « Ce n'est pas quelque chose que nous donnons ou vendons aux Israéliens, c'est quelque chose qui nécessitera du personnel des États-Unis pour fonctionner ». (Cité dans Israel National News, 9 janvier 2009, souligné par l’auteur).
En d'autres termes, l'armée étasunienne contrôle le système de défense aérienne d'Israël, qui est intégré au système mondial de défense antimissile des États-Unis. Dans ces circonstances, Israël ne peut pas lancer de guerre contre l'Iran sans l’aval du haut commandement des États-Unis.

Les envois de munitions des États-Unis, qui devraient arriver en Israël après la prise de fonction de Barack Obama à la présidence des États-Unis et comme commandant en chef, font partie du programme plus général de coopération militaire US-israélienne avec l'Iran en ligne de mire.

Le renforcement de la défense antimissile d'Israël, conjugué aux expéditions d’armes étasuniennes, font partie d'un scénario d'escalade qui pourrait entraîner le Moyen-Orient dans une guerre élargie sous l’administration Obama.

Une nouvelle Guerre froide ?

Les deux camps ont renforcé leurs capacités militaires. L'Iran a répondu à l'initiative israélo-étasunienne en étoffant son propre système de défense antimissile avec le soutien de la Russie. Selon des rapports (21 décembre), Moscou et Téhéran ont tenu des pourparlers sur la fourniture par la Russie de systèmes de défense aérienne à moyenne portée, en particulier des systèmes sol-air de défense antimissile S-300 » (Asian Times, 9 janvier 2009).

Lire l'article original en anglais: Unusually Large U.S. Weapons Shipment to Israel: Are the US and Israel Planning a Broader Middle East War?, publié le 11 janvier 2008.
Traduction: Pétrus Lombard. Révisé par Nicolas Gourio pour Mondialisation.ca.

Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur d'économie à l'Université d'Ottawa. Il est l'auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en 11 langues).    

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11795 


Lire la suite

n°422 - Les Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de Palestine -du 19-01 -Fin- Israël n'a jamais eu qu'une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine.


n°422 - Les  Dossiers  'Géopolitique et stratégie'  de  Palestine -du 19-01   -Fin-  Israël n'a jamais eu qu'une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine.



Les  Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de  Palestine 



Sommaire (fin)

1-4 Analyse de Daniel Vanhove : Scènes ordinaires de la vie en Palestine, à Gaza.

1-5 Comaguer : Israël n’a jamais eu qu’une politique : éliminer toute présence palestinienne de la terre de Palestine

2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

2-1 Myriam Abraham : Tel Aviv lance une attaque de Propagande.

2-2 Gaston Pellet : Gaza et l'information.



1-4 Analyse de Daniel Vanhove : Scènes ordinaires de la vie en Palestine, à Gaza.

Dès le réveil, si vous avez pu voler quelques heures de repos, vous ressurgit immédiatement en tête votre enfermement, devenu obsessionnel : vous êtes parqué dans un gigantesque camp, entouré de tous côtés par un incontournable mur d’acier. Un mur qui, depuis toutes ces années, a marqué votre esprit au point qu’il fait désormais partie de votre être. Un mur qui vous enserre non seulement dans vos déplacements de chaque jour, dans vos rêves de chaque nuit, mais aussi à l’intérieur de vous-mêmes. Un mur tellement omniprésent que vous l’emportez avec vous où que vous alliez, quoi que vous fassiez. Qui s’est insinué jusque dans la moindre cellule vous constituant. Un mur qui vous contraint le cerveau, qui pèse en vous de tout son poids, tel un impossible destin. Qui vous fait sentir à chaque instant votre insignifiance. Votre petitesse. Votre nullité. Votre impuissance à vivre et vous développer. Votre inexistence. Un mur qui a brisé en vous tout élan, tout projet, toute perspective. Un mur qui vous est devenu consubstantiel. Dont le poids pèse de toute son ignominie en votre tête et votre chair devenus aussi lourds que l’univers …

Inutile de penser à ceux qui se trouvent de l’autre côté des barreaux de cette infranchissable cage, ils sont inaccessibles. Des tonnes d’obstacles de toutes les sortes en complètent l’architecture obscène. Et des machines humaines, harnachées de la tête aux pieds en parachèvent les dernières ouvertures, si tant est que vous eussiez encore imaginé pouvoir passer entre une maille laissée entrebâillée. L’extérieur vous est définitivement hors de portée. Impossible à atteindre. A jamais, inabordable.

Un peu comme une prison, donc ? Comme dans une immense prison à ciel ouvert, pour reprendre l’expression de certains qui tentent désespérément de nommer l’innommable ? Non ! En prison, vous êtes nourri. En prison vous êtes chauffé. En prison si vous êtes malade, vous êtes soigné. En prison vous recevez des colis et des visites de l’extérieur. En prison il arrive un moment où vous avez terminé de purger votre peine. En prison, vous pouvez encore décompter les jours qui vous restent à tirer. En prison vous avez des contacts avec vos gardiens. En prison, vous pouvez rêver de ceux qui vous attendent à l’extérieur. Et de la joie des prochaines retrouvailles. Et ainsi, en prison ne vous est pas brutalement arrachée cette part d’humanité qui vous reste. Mais vous, engeance de Gaza, qui pourrait bien vous attendre au-dehors ? Personne, puisque votre condition indiffère le monde entier. Puisque votre situation connue depuis des années, n’a eu de cesse de se détériorer. Dans l’indifférence quasi générale. C’est que donc, personne ne vous attend et que tout le monde s’en fout. Et puis, en prison, vous avez l’électricité pour regarder la télé ou écouter la radio. Et vous avez l’eau, aussi, pour la douche, pour les toilettes et un minimum d’hygiène, quoi ! Mais à Gaza, point de tout cela. Même l’élémentaire vous est supprimé, confisqué, interdit. Non, Gaza n’est même plus une prison. Plutôt un camp. Un immense camp où comme d’autres, comme tous les autres qui s’y trouvent retenus, vous êtes privé de tout. D’absolument tout… Tout ce que vous faites, vous devez l’avoir imaginé d’abord, pour savoir comment vous y prendre. Le geste le plus anodin, la démarche la plus courante, l’initiative la plus banale devient toute une entreprise. Et il vous faut impérativement rester en bonne santé. Même privé de chauffage par ce temps d’hiver, avec les vitres des fenêtres éclatées par la violence des déflagrations, la moindre maladie qui risquerait de vous toucher pourrait avoir des conséquences irréversibles, parce que les médicaments manquent aussi, évidemment. Et n’allez surtout pas contracter une maladie chronique qui vous obligerait à des soins réguliers. Ce serait précipiter votre fin à la vitesse d’un TGV.

Autour de vous tout est gris. Les ruines éventrées par les tirs quotidiens des geôliers. Les murs des masures encore debout, où s’entassent vos semblables. Les rues dans lesquelles ils errent comme des ombres. Leurs visages mêmes dont les yeux semblent se cacher le plus profondément possible dans leurs orbites. Leurs vêtements devenus trop larges. Et leur âme. Perdue, égarée dans un monde qui jour après jour se déshumanise. Même le ciel est devenu gris, avec son horizon où un soleil étrange poursuit sa course imperturbable, comme s’il ne vous voyait même plus. D’ailleurs il ne vous voit plus. Vous êtes tellement gris, qu’il vous confond avec la couleur du bitume déchiré, et avec la poussière laissée par tout ce que les chars israéliens ont retourné sur leur passage dantesque. Gris comme l’absence de tout avenir. Gris comme un décor n’ayant pour tout horizon que des perspectives avortées. Gris comme un regard qui s’éteint déjà, même à la fleur de l’âge. Gris comme la mort qui rôde…

Cependant, depuis quelques jours, tout encagé de Gaza a compris que ce n’était pas encore assez. Que ces conditions pourtant infra humaines n’étaient pas assez rapides et efficaces sans doute pour en venir à bout. S’y ajoutent à présent des bombardements massifs et quotidiens. Avec leur bruit assourdissant qui déchire l’air tel un orage tellurique. Tant le jour que la nuit. Afin d’empêcher aussi que vous puissiez grappiller quelques heures de repos. Et n’allez surtout pas croire que l’occupant est à court d’idées. Il en a encore plein des idées dans ce genre-là. D’ailleurs, régulièrement il teste sur vous de nouvelles techniques. Vous êtes utilisé comme cobaye, c’est toujours çà ! Ses armes sont toujours à la pointe du progrès, comme on dit dans les pays civilisés. Un tel progrès, qu’il lui permet de vous envoyer des bombes au phosphore et à l’uranium appauvri, made in USA. Ainsi, on ne vous enferme plus dans quelque archaïque chambre à gaz, on vous l’envoie par avion ou par hélicoptère, et il vous tombe du ciel en larges gerbes au sol. Il vous brûle le larynx, les yeux, les poumons et la peau d’une manière très efficace. Les médecins horrifiés par le raffinement d’une telle barbarie le confirment. Evidemment, ces procédés à l’encontre des populations civiles sont strictement interdits sur papier, dans quelque Convention classée dans de prestigieux bureaux de hauts fonctionnaires, mais ces gens-là n’ont pas le temps de venir voir sur place les dégâts collatéraux que ce formidable progrès occasionne. Ils ont beaucoup trop de réunions au sommet, d’assemblées générales, de colloques exceptionnels auxquels ils participent. Avec tous ces déplacements en avion à tout bout de champ, et ces dîners, en plus ! Ces gens-là sont vraiment épuisés. Depuis les décennies que vous résistez à ces carnages, vous tiendrez bien encore un moment…

Ces machines à tuer restreignent donc encore un peu plus votre approvisionnement en électricité au point que deux tiers de la population en est privée ; de même avec l’eau dont ne bénéficie plus que la moitié de vos codétenus. Et quelle qualité d’eau, je ne vous dis pas ! Parallèlement, les trois cents camions d’approvisionnement nécessaires chaque jour – d’après des spécialistes – pour nourrir le million et demi d’habitants ont été ramené à une cinquantaine. Afin de tester sur vous toujours, l’arme de la faim. Et de la même manière, les médicaments n’arrivent plus qu’au compte-goutte. Au point que les opérations chirurgicales se pratiquent à présent sans gants, et sans anesthésie… Et ne parlons pas des hôpitaux, qui débordent, ni de certains cimetières, totalement saturés.

Officiellement, les plus hauts responsables de ce plan machiavélique ont déclaré qu’il n’y avait pas de crise humanitaire à Gaza… Et la presse entière a relayé ce message apaisant. Les chancelleries ont dès lors été rassurées, poussant un « ouf » de soulagement : le pire n’est pas encore advenu !  Et dans la foulée, un grand nombre de citoyens aussi. Au point que si vous dénoncez cette situation intolérable avec quelque insistance, vous devenez tout de suite suspect. Vous n’êtes pas dans l’alignement requis pour parler de ces choses. Vous êtes rappelés à l’ordre et mêmes ceux que vous pensiez  être des militants proches de vous, vous exhortent à la retenue. Votre vocabulaire, les mots et les images que vous utilisez ne sont pas en adéquation avec la situation. Votre propos n’est pas politiquement correct. N’allez surtout pas qualifier la Bande de Gaza de Camp concentrationnaire et encore moins de camp d’extermination, vous n’obtiendriez que le mépris. Quant à la sonnette d’alarme que vous pourriez tirer aux fins de prévenir d’un « lent génocide » entamé il y a 60 ans, vous serez probablement taxé d’entité hostile sous le nom d’antisémite !

Non, franchement, ayez un peu de retenue et gardez un verbe policé. Voyez comme ces Gazaouis de malheur, ces sauvages enturbannés, ces terroristes patentés menacent toujours les acquis d’une exemplaire démocratie, en continuant à lui envoyer ses armes de destruction massive bricolées et lancées à l’aveuglette, par dizaine chaque jour ! Allons, rentrez chez vous, bonnes gens, bien-pensants de tout poil, bons citoyens de l’Occident des Droits de l’homme. Et attelez-vous donc à ne pas rater les derniers jours des soldes, face à la terrible crise qui vous assaille. Tout va bien à Gaza. Juste quelques habituelles échauffourées avec le rebus du monde, dont le peuple élu, défenseur de nos démocraties éclairées finira bien par venir à bout. Rien d’autre, finalement, qu’une scène très ordinaire de la vie à Gaza, en lointaine, de plus en plus lointaine Palestine…

Daniel Vanhove

Observateur civil

Jeudi 15 janvier 2009

Livres :

- Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos rêves – 2004

- La Démocratie mensonge – 2008

Aux Ed. Marco Pietteur – coll. Oser Dire

Source : A. Dehbi

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Daniel_Vanhove.150109.htm


Lire la suite

19/01/2009

n°421 - Dossier de Palestine -17-01-: Réveil amer dans les ruines de Gaza.

 



       L'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et fermant les oreilles aux autres sources 



                    Dossier de Palestine      

                                        n°421                                    17-01

                                                               C.De Broeder & M.Lemaire   

 



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse fa032881@skynet.be


Sommaire

Tiré à part

Objecteurs de conscience dans l'armée sioniste

Réveil amer dans les ruines de Gaza

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 VIDEOS :

Gaza: la guerre à l'écran

Bébé calciné par des Bombes aux Phosphores

CCIPPP Propositions et analyses politiques (interviews de Nahla Chahal, de Omar Somi et de Michèle Sibony)

Holocauste à GAZA

"A Gaza, il y a deux niveaux d'horreur"

1-2 Dimi Reider : La censure d’Israël sur la guerre de Gaza vue par un journaliste et activiste pacifiste israélien.

2 Les brèves

2-1 Abdel Rahman Ghandour : Gaza: «Le traumatisme enduré par les enfants est inimaginable»

2-2 A Gaza, Ville terrorisée, même l'aide humanitaire et les morts sont attaqués.

2-3 Même les morts sont attaqués.

Suite 1

3 Dossier

3-1 Chris Hedges – Truthdig : Le langage de la mort.

3-2 Peter Schwarz : Gaza : La Diplomatie Européenne Prépare Un Piège Aux Palestiniens.

3-3 Gabi Ashkenazi, dit le Bulldozer, criminel de guerre de l'ombre.

3-4 Perversions : Tourisme De Guerre/Voyeurisme
Suite 2

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 Michel Chossudovsky : Envoi d’armes des États-Unis d’une ampleur exceptionnelle en Israël : Les États-Unis et Israël projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient ?

4-2 Saleh Al Naami : Le rabbin Israel Rosen et sa croyance judeo-nazie

Fin

5 Analyse - Géopolitique et stratégie

5-1 Hassan Qashghavi : « Pour l’Occident, les limites de la démocratie s’arrêtent là où les intérêts du régime sioniste commencent ».

5-2 Israël : base avancée de l’OTAN.

6 Annexe

6-1 Beyrouth 1982, Gaza 2009.



Tiré a part

Objecteurs de conscience dans l'armée sioniste

Ils ont préféré être jetés dans une prison militaire pour deux semaines plutôt que de participer au carnage.

Au moins dix soldats des forces d’occupation sionistes ont refusé de servir pour l’offensive contre Gaza. Ils ont préféré être jetés dans une prison militaire pour deux semaines plutôt que de participer au carnage.
L’un d’entre eux, le lieutenant No’em Levna a déclaré que la mort de centaines de civils est injustifiable.

La logique israélienne qui consiste à frapper de plus en plus fort ne peut qu’aboutir à semer le haine et la colère qui reviendront en boomerang sur l’entité sioniste.
//www.convergencedescauses.com/content/view/1377/1/
13 janvier 2009

 

Réveil amer dans les ruines de Gaza

Le Hamas a déclaré hier une semaine de trêve, répondant au cessez-le-feu unilatéral proclamé samedi par Israël. Dans les décombres, le bilan des victimes n’en finit pas d’enfler: on compte à présent au moins 1300 morts.

Les dégâts sont énormes. «C’est un séisme! Les gens sont assis devant les ruines de leur maison en pleurant. Les immeubles, les champs, les poteaux électriques… tout est détruit», témoigne par téléphone Rami Souleiman, un habitant de Gaza qui a pu se rendre hier matin à Beit Lahiya, dans le nord du territoire, l’une des zones les plus touchées par les bombardements.

Les dizaines de milliers de personnes qui ont fui les combats pour se réfugier dans la ville de Gaza retournent progressivement chez eux, à la faveur de la suspension de l’offensive «Plomb durci» annoncée samedi soir par Israël. Dans les quartiers désormais accessibles, les équipes de secours découvrent de nouvelles victimes, ensevelis sous les décombres.

L’odeur de la mort, insupportable
«J’ai vu sortir cinq corps dans le quartier d’Al-Atatrah. L’odeur de la mort est insupportable», ajoute Rami Souleiman. Les services médicaux palestiniens affirment avoir ainsi trouvé une centaine de

corps, alourdissant encore le bilan de ces vingt-deux jours d’offensive: 1255morts palestiniens et plus de 5000blessés, selon un décompte provisoire.

Le premier ministre israélien, Ehud Olmert, a dit ses «regrets» pour le nombre élevé de victimes civiles tout en rejetant la responsabilité sur le Hamas, accusé d’avoir «pris en otage la population». Treize Israéliens, trois civils et dix soldats, ont également trouvé la mort.

A Gaza, les rues retrouvent un semblant d’activité. Les magasins sont ouverts, mais les points de passage permettant l’approvisionnement du territoire restent fermés. Le gouvernement israélien a déjà fait savoir que la bande de Gaza resterait bouclée tant que le soldat Gilad Shalit, capturé par des militants palestiniens en juin 2006, n’aura pas été libéré.

Les policiers du Hamas étaient de nouveau visibles dans les rues, preuve que le gouvernement Hamas est toujours en place. «Ce n’est pas la fin. Ce n’est que le début. Personne ne croit sérieusement que cette trêve va durer», prédit Tarek Tamimi, un habitant du centre-ville.

Craignant sans doute de s’aliéner une population exsangue, la direction du Hamas en exil à Damas (Syrie) a toutefois annoncé un cessez-le-feu d’une semaine, dans une conférence commune avec les autres factions palestiniennes. Le mouvement islamiste donne à l’armée israélienne une semaine pour quitter la bande de Gaza.

Pour l’heure, l’armée israélienne reste déployée en dehors des zones urbaines. Les militaires sont également positionnés au sud de Gaza, à l’endroit de l’ancienne colonie juive de Netzarim, coupant le territoire en deux.

«Si le Hamas arrête totalement ses attaques, nous jugerons à quel moment nous quitterons la bande de Gaza», a déclaré le premier ministre israélien Ehud Olmert, prenant acte d’une réoccupation de facto de la bande de Gaza.

Karim Lebhourramallah

19.01.2009

http://www.24heures.ch/actu/monde/reveil-amer-ruines-gaza-2009-01-18


Lire la suite